Infos du Jeudi 11 Mai

Aulas envoie un message à Maxime Gonalons

Lequipe.fr

Sous contrat jusqu'en juin 2018, le capitaine de l'OL Maxime Gonalons n'a toujours pas vu ses dirigeants pour évoquer son avenir. Une situation que le milieu a évoquée dans un entretien publié mercredi par le Progrès : «Il y aura des discussions. Ce seront des négociations importantes. Je ne veux pas rester à Lyon si les ambitions sont à la baisse. Et on trouvera la meilleure solution. (...) J'ai besoin d'avoir des ambitions en face de moi.»


«Pas le moment de parler de soi-même»


Même s'il a également précisé qu'il est «bien à Lyon» et qu'il se voit «complètement lyonnais à la reprise», ses déclarations ne sont pas passées inaperçues auprès de son président Jean-Michel Aulas. «Je suis persuadé que Max, sous contrat avec l'OL, va montrer la voie au regard de ses déclarations, rétorque le dirigeant rhodanien. Ce n'est pas le moment de parler de soi-même quand on s'apprête à affronter un combat qui engage toute l'institution et le groupe. Je compte donc maintenant sur lui pour être un leader dans la préparation du match puis au cours de celui-ci. Le public a besoin de mots positifs.»

À l'heure du grand rendez-vous entre Lyon et l'Ajax Amsterdam, ce jeudi (21h05) en demi-finale retour de la Ligue Europa (défaite 1-4 à l'aller aux Pays-Bas), pour Aulas, tous les leviers sont bons à actionner.

 


 

Lyon et Nice intéressés par Angelo Fulgini (Valenciennes)

Lequipe.fr

Angelo Fulgini a marqué 6 buts cette saison en Ligue 2.

Les jeunes prometteurs de Valenciennes, 13e de Ligue 2, ont la cote. Après Adrien Tameze (23 ans) sur les tablettes de Nice, c'est son partenaire Angelo Fulgini (20 ans), qui plaît au club azuréen. Ce jeune défenseur, qui a disputé cette saison 33 matches de Championnat, est aussi courtisé par Lyon. L'indemnité de transfert, comme pour Tameze, devrait avoisiner les 3 M€.

 


 

Ne pas changer une équipe qui perd, le pari osé de Bruno Genesio

Football365.fr

Bruno Genesio n’a même pas tenté de coup de bluff. L’entraîneur de l’Olympique lyonnais n’a rien caché de ses intentions mercredi lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match : il ne bouleversera pas ses plans pour la demi-finale retour de Ligue Europa contre l’Ajax Amsterdam jeudi (21h05). Peu importe que les Gones n’aient plus réalisé de match plein depuis deux mois, et la prestation aboutie contre Toulouse (4-0) dans la foulée d’une deuxième période de folie face à l’AS Rome (4-2). Peu importe que le 4-2-3-1, avec la paire Maxime Gonalons – Lucas Tousart devant la défense, ait affiché ses limites semaine après semaine. Peu importe que le scénario du match aller aux Pays-Bas (4-1) puisse inciter aux grandes manœuvres avant d’aborder la deuxième manche. Genesio a pris un parti, celui de rester fidèle à ses convictions et à ses idées, même si elles ont fluctué tout au long de la saison, entre le choix des hommes et celui des systèmes tactiques.


Gonalons-Tousart, ce n’est pas complémentaire


Sa confiance sans borne en son dispositif, le Lyonnais pur jus la tire de deux rencontres : le nul ramené de Turin contre la Juventus lors de la phase de groupes de la Ligue des Champions (1-1) et la victoire à Monaco en décembre (1-3). Certainement les deux matchs-référence de la saison de l’OL jusqu’à maintenant. Mais ce n’étaient pas les mêmes joueurs qui animaient alors le 4-2-3-1. A chaque fois, il y avait Tolisso parmi les deux récupérateurs, à côté de Gonalons ou de Tousart. Ce qui est reproché aujourd’hui à Genesio, c’est son obstination pour un double pivot qui fragilise la relance en phase offensive et qui incite deux joueurs au profil similaire à se marcher dessus dans la récupération du ballon. En somme d’aligner un duo dépourvu de la moindre complémentarité, mettant ainsi en danger tout l’édifice lyonnais. La paire n’est pas responsable de tous les maux des Gones (défense aux abois, manque d’efficacité offensive, mental défaillant), mais elle ne fait rien pour solidifier l’entrejeu.


Difficile d’envoyer le capitaine sur le banc


Genesio a pourtant des solutions dans son effectif, comme celle de relancer Sergi Darder, dont la seule apparition depuis un mois s’est soldée par une défaite avec l’équipe bis de l’OL contre Monaco (1-2). Le milieu espagnol nage en plein doute à force de passer son temps sur le banc des remplaçants. Mais il a cette qualité technique et ce volume de jeu pour redonner vie à l’animation offensive lyonnaise, sans laisser sa défense à l’abandon pour autant. Il y a aussi la possibilité de faire descendre Corentin Tolisso d’un cran et d’aligner Nabil Fekir en 10 derrière Alexandre Lacazette. Mais ces deux options ont un tort : imposer à Genesio un choix entre Gonalons et Tousart. Et comme le rapport de forces est indiscutablement en faveur du second depuis des semaines, il faudrait sacrifier le capitaine de l’OL pour le match le plus important de la saison du club. Un acte fort, bien plus compliqué à faire qu’à envisager, malgré toutes les raisons qui pourraient le motiver.


« Je ne prends pas ce match comme un challenge personnel »


Genesio jouera ainsi une partie de son avenir à Lyon avec cette équipe bancale, portée à bout de bras par Anthony Lopes lors de son parcours européen et maîtresse de son sujet au mieux par intermittence. Jean-Michel Aulas a beau parler de « confiance absolue » en son coach et laisser entendre qu’il sera toujours le coach des Gones la saison prochaine, il a ouvert une autre porte récemment. « Évidemment que si les choses n’étaient pas ce qu’on imagine, on a toujours la possibilité de changer d’entraîneur », avait lâché le président lyonnais sur RMC la semaine dernière. Une élimination en demi-finales de la Ligue Europa, ultime objectif pour sauver une saison où l’OL a déjà perdu dix-neuf matchs toutes compétitions confondues, pourrait définitivement faire basculer le destin de Genesio. « Je ne prends pas ce match comme un challenge personnel, a indiqué le principal intéressé mercredi. C’est tout le club qui va tenter un exploit. Ce qui m’intéresse, c’est ça, cette opportunité, peut-être, unique de participer à une finale. C’est cela qui m’anime. » Il n’empêche que le résultat de jeudi pèsera lourd dans son bilan. Très lourd même.

 


 

Jhon Rachid lance l'opération #24hGenesio si Lyon se qualifie

Foot01.com

Comédien, humoriste, youtubeur vedette avec plus d'un million d'abonnés à sa chaîne, star des réseaux sociaux, Jhon Rachid est également supporter revendiqué de l'Olympique Lyonnais. Et, avant la demi-finale retour d'Europa League entre l'OL et l'Ajax Amsterdam, ce jeudi soir au stade du Parc OL, il a décidé de lancer une opération sur Twitter en créant le hashtag #24Genesio. Jhon Rachid a expliqué le but de ce défi : « Ma parole que si on fait une remontada je mets Bruno Genesio en photo de profile pendant 24h ».

Comme d'autres, Jhon Rachid n'est pas vraiment fan de l'actuel entraîneur de l'OL, mais il acceptera de rendre cet hommage à Bruno Genesio si Lyon renverse la vapeur face à l'Ajax. Et l'opération semble bien fonctionner, puisque de nombreux twittos se sont également engagés à faire la même chose en cas de résultat positif pour l'Olympique Lyonnais.

 


 

Ajax, Bertrand Traoré ciblé par les Gones

Butfootballclub.fr

Bertrand Traoré, qui fait l'objet d'un prêt à l'Ajax Amsterdam de la part de Chelsa FC, pourrait faire l'objet d'un transfert à l'OL lors du mercato estival à venir.


Bertrand Traoré estimé à 10 M€


Comme cela est de coutume à l'approche d'un match européen, les meilleurs joueurs d'une équipe sont souvent envoyés chez l'adversaire présumé plus fort (en marge de leur rencontre). Cela avait par exemple été le cas pour Cristiano Ronaldo et le PSG à l'automne 2015, lorsque le Real Madrid de Benitez (en convalescence) défiait le PSG de Laurent Blanc, qui écrasait alors la Ligue 1. C'est désormais au tour de Bertrand Traoré d'être envoyé chez l'ennemi du soir.

Véritable bourreau de l'Olympique Lyonnais au match aller, avec un doublé, l'attaquant de l'Ajax Amsterdam serait dans le viseur de l'OL en vue du mercato estival. L'information a été confirmée ce jeudi dans les colonnes de L'Equipe, le jour même de la demi-finale retour de Ligue Europa entre les deux équipes. Chelsea FC réclamerait un peu plus de dix millions d'euros pour le transfert de Bertrand Traoré, qui souhaiterait ce coup-ci quitter les Blues de manière définitive.

 


 

Valbuena sera « suivi par sa sextape pour toujours »

Foot01.com

Mathieu Valbuena termine une saison plutôt réussie avec l'Olympique Lyonnais, le milieu de terrain ayant fait oublier une première année cataclysmique sous le maillot rhodanien, au point que son départ avait été envisagé lors du mercato 2016. Outre des performances sportives gâchées par les blessures, Mathieu Valbuena a surtout dû gérer la fameuse affaire de la sextape, laquelle l'a marqué moralement et sportivement, puisqu'on peut tout de même penser qu'elle l'a éloigné durablement de l'équipe de France.

Evoquant cette histoire, le joueur de l'Olympique Lyonnais admet que sa carrière sera éternellement entachée par cette affaire. « Ce milieu est extrêmement cruel parce qu'il brasse beaucoup d'argent. Je suis devenu beaucoup plus méfiant, même si je l'étais déjà un peu à Marseille, vu le contexte très particulier là-bas. Malheureusement, cette affaire me suivra pour toujours, c'est regrettable parce que certains ne retiendront que cela. Ça ne m'affecte pas plus que cela mais c'est vrai que mes blessures de la saison dernière ont peut-être été liées à cette affaire. Je ne m'étais quasiment jamais blessé aux ischio-jambiers, et ça m'est arrivé trois ou quatre fois la saison dernière... Tu essayes de montrer que cela ne t'affecte pas mais tu ne peux pas passer complètement au-dessus de ça », confie, dans L’Equipe, un Mathieu Valbuena qui précise qu’il est prêt à jouer avec n’importe qui, y compris avec Karim Benzema. A priori, ce n'est toutefois pas demain la veille qu'on verra les deux sous le même maillot.

 


 

11 interpellés après un fight de hooligans

Lequipe.fr

Onze supporters ultras ont été interpellés mercredi soir lors d'un affrontement organisé à Lyon et étaient toujours en garde à vue jeudi avant la demi-finale retour de l'Europa League opposant l'OL et l'Ajax Amsterdam, a-t-on appris auprès des autorités.

Dix hooligans français et un néerlandais ont été arrêtés, alors qu'ils participaient à un combat programmé entre deux groupes très violents d'une cinquantaine de personnes, vers 22h00 dans le quartier de Gerland, a-t-on précisé de même source, confirmant une information du quotidien régional Le Progrès.

Pour éviter que les supporters des deux camps ne se croisent, ceux de l'Ajax ont rendez-vous au parc des Expositions, dans l'est de l'agglomération, d'où il seront acheminés en bus au parc OL à Décines-Charpieu et accèderont aux tribunes sans croiser leurs rivaux.

 

Last modified on jeudi, 11 mai 2017 17:06