L'actu du Mardi 17 Septembre

Voir aussi... OL - Zenit : L'Avant Match

Juninho pointe le manque d'humilité des joueurs

RMC.fr

Avant le début de la campagne européenne de l'OL (ce mardi à 18h55 contre le Zenit), le directeur sportif Juninho a accordé un entretien à l'UEFA. Le Brésilien fait le tour de plusieurs sujets. Parmi eux, l'état d'esprit de son groupe, jugé encore défaillant pour le moment.

Cet été, l'Olympique Lyonnais a changé son organigramme. Exit Bruno Genesio et place à un ticket Juninho-Sylvinho pour s'occuper du sportif. Après un début de saison en fanfare, avec deux victoires consécutives avec la manière (3-0 à Monaco, 6-0 contre Angers), le soufflé est retombé avec une série de trois matchs sans succès, dont une défaite face à Montpellier (1-0).


"Ça ne respire pas encore le football"


Des résultats qui ont fait resurgir les fantômes du passé, avec une équipe irrégulière capable du meilleur comme du pire. Lucide sur les lacunes de sa formation, Juninho fait l'état des lieux. "Ce n'est pas une équipe qui maîtrise encore le collectif. Ça ne respire pas encore le football, il n'y a pas ce plaisir qui se dégage", a-t-il commenté sans langue de bois, dans un entretien accordé à l'UEFA, avant d'aller plus loin en évoquant la mentalité.


"Il manque l'état d'esprit et l'humilité"


"Nous travaillons là-dessus. Nous avons le talent pour y arriver. Il faut que les joueurs et le staff prennent conscience que ce qui manque pour gagner est l'esprit d'équipe et l'humilité", a lâché l'homme fort de l'OL. Un discours qui fait échos à celui de Sylvinho, obsédé par le fait de changer la mentalité de son vestiaire.

 


 

L'OL en 4-4-2 losange, la solution miracle pour Sylvinho

Football365.fr

Avec Moussa Dembélé et Memphis Depay, ses meilleurs éléments offensifs, Lyon dispose de deux joueurs qui préfèrent évoluer dans l’axe. Un casse-tête tactique à résoudre pour Sylvinho, qui pourrait être contraint d’abandonner son 4-3-3 pour trouver la solution.

Sylvinho ne s’en est jamais caché, il a ses idées et elles sont bien arrêtées. Dès sa présentation à la presse fin mai, l’entraîneur de l’OL avait fait du 4-3-3 son système préférentiel. Le technicien brésilien ne l’a jamais délaissé depuis le début de la préparation, en dehors de tests sporadiques dans un 4-2-3-1. Mais le dispositif utilisé lors des cinq premières journées de L1 ne donne pas pleinement satisfaction. D’abord les Gones restent sur trois matchs sans succès en championnat et sont vite retombés dans leurs travers des dernières saisons, notamment sur le plan mental. Ensuite le jeu proposé ne séduit pas vraiment. Circuits de passes trop stéréotypés, latéraux bridés pour toujours maintenir une ligne de quatre derrière, créativité limitée devant : les défauts de l’OL sautent aux yeux. Il était reproché à Bruno Genesio de ne pas avoir de philosophie, celle de Sylvinho ne donne pour l’instant pas les résultats espérés.


SYLVINHO CROIT EN L’ASSOCIATION DEPAY – DEMBÉLÉ


Le 4-3-3 enferme surtout l’ancien latéral du FC Barcelone, là où il a développé son appétence pour ce système, dans un carcan problématique. Il n’offre qu’une seule place axiale à un joueur offensif, quand les deux meilleurs de son effectif y prétendent. Moussa Dembélé y est irréprochable depuis le début de la saison, tant par son efficacité (5 buts en 4 matchs de L1 disputés) que par son travail de sape sur les défenses adverses. Memphis Depay s’y sent aussi plus à l’aise que sur un côté, comme il le montre à chaque trêve internationale avec les Pays-Bas. Ses meilleures périodes avec l’OL coïncident aussi avec ses recentrements chroniques et les résultats de son équipe s’en ressentent. En conférence de presse lundi, à la veille de défier le Zenit Saint-Pétersbourg en Ligue des Champions (18h55), Sylvinho s’est montré confiant sur leur possible association. « Moussa Dembélé est un numéro 9, c’est un tueur. Memphis est un grand joueur, il peut évoluer à tous les postes. Ils sont compatibles. » Ce qui ne l’a pas empêché d’envoyer le premier sur le banc contre Bordeaux (1-1) et le second à Amiens (2-2). Preuve que ce n’est pas si simple.


LE RETOUR D’UN DÉBAT QUI EXISTAIT DÉJÀ AVEC FEKIR


Dans un 4-3-3, c’est possible, Depay s’excentrant à gauche. Les deux premières sorties officielles de la saison contre Monaco (0-3) puis Angers (6-0) incitaient sérieusement à l’optimisme. Mais il est tentant d’envisager Dembélé et Depay se retrouver tous les deux dans l’axe, pour combiner au mieux et utiliser pleinement leurs qualités. Un 4-2-3-1 pourrait être une option pour Sylvinho, avec le Néerlandais en soutien de l’ancien Parisien. Se poserait toutefois la question de l’animation des ailes. Martin Terrier donne satisfaction à gauche et Bertrand Traoré a retrouvé son envie de multiplier les efforts sous Sylvinho, tout en restant parfois frustrant dans l’utilisation du ballon. Mais le premier reste lui aussi avant tout un joueur d’axe. Alors le 4-4-2 losange, vieille rengaine à Lyon, où le débat faisait déjà rage quant à la position optimale de Nabil Fekir, pourrait être la solution miracle de l’OL.


SYLVINHO A L’EFFECTIF POUR ANIMER SON LOSANGE


Depay pourrait y évoluer devant en compagnie de Dembélé, ou dans une position plus reculée de meneur de jeu. Ça ouvrirait alors une place à Terrier, Traoré, Maxwel Cornet voire Amine Gouiri, encore un joueur d’axe, pour évoluer aux côtés de l’ex-star du Celtic Glasgow. Sylvinho ne manquerait pas de solutions pour animer son losange. Lucas Tousart et Thiago Mendes resteraient en concurrence pour le rôle de sentinelle. Le Brésilien pourrait monter d’un cran comme relayeur, pour évoluer avec Jean Lucas, Houssem Aouar ou Jeff Reine-Adelaïde, les deux derniers étant aussi candidats pour le rôle de numéro 10. Maxence Caqueret, promis à du temps de jeu, aurait aussi davantage de place dans ce système. Sans oublier que les latéraux de l’OL (Youssouf Koné et Rafael à gauche ; Léo Dubois et Kenny Tete à droite), peu utilisés en phase offensive pour l’instant cette saison, ont les qualités pour croquer leurs couloirs sur toute la longueur. Autant d’arguments qui doivent nourrir la réflexion de Sylvinho. Pour qui il ne sera pas si simple de renoncer à ses principes de base après seulement deux mois sur le banc lyonnais.

 


 

Malcom (Zénit) a déclaré forfait contre l'OL en Ligue des champions

Football365.fr

L'ancien Bordelais est le seul absent du Zénith, en déplacement à Lyon ce mardi (18h55) en Ligue des champions.

L'attaquant brésilien Malcom (22 ans), qui a inscrit trois buts au Groupama Stadium avec Bordeaux lorsqu'il évoluait en Ligue 1 (un doublé en août 2017 et un autre but en septembre 2016), a dû rester en Russie en raison d'une douleur à une hanche.

Il est le seul forfait notable dans une équipe du Zénith Saint-Pétersbourg au sein de laquelle l'ancien défenseur argentin de l'OL, Emanuel Mammana (23 ans), n'est que remplaçant, après avoir failli être prêté à Sassuolo, cet été. « Je lui ai posé des questions sur Lyon, et on en a discuté, a indiqué le capitaine et milieu de terrain, Madomed Ozgoev, qui devrait être titulaire ce mardi soir. Mais il m'a dit que l'équipe avait beaucoup changé. »

 


 

Le ticket Aouar-Sylvinho prend cher, ça pique !

Foot01.com

Deux victoires et puis c’est tout. L’Olympique Lyonnais est très vite retombé dans ses travers, concédant deux matchs nuls et une défaite durant les trois derniers matchs en Ligue 1. Assurément, le problème d’état d’esprit régulièrement pointé du doigt par Bruno Genesio l’an passé n’a pas été résolu par Sylvinho. Et cela commence à devenir inquiétant selon Emmanuel Petit, lequel n’a pas été tendre avec le coach brésilien ni avec Houssem Aouar, joueur qui représente l'emblème des maux de Lyon à ses yeux.

« Il y a un joueur qui symbolise les problèmes de Lyon, c’est Houssem Aouar. C’est un joueur fantastique dans les matchs importants. Mais dès que les matchs sont moins galas, moins médiatisés, il devient un joueur médiocre et peu impliqué. Face à Amiens, je ne l’ai pas vu dans le replacement défensif, dans la volonté d’aller faire un pressing… Ok, on débarque Genesio et on fait venir Sylvinho mais je ne vois aucun changement. Je veux bien lui donner autant de temps que vous voulez mais je pense que dans six mois, nous parlerons des mêmes problèmes » a témoigné sur RMC l’ancien milieu défensif d’Arsenal. Aux deux hommes de répondre, si possible dès ce mardi face au Zénith.

 

 Voir aussi... OL - Zenit : L'Avant Match

 

Last modified on mardi, 17 septembre 2019 12:07