Infos du Mardi 16 Mai

Boudebouz à Lyon ? Pourquoi tout le monde y gagnerait

Football365.fr

Arrivé au MHSC à l’été 2015 en provenance de Bastia, Ryad Boudebouz (27 ans) n’a coûté que 1,7 millions d’euros au club héraultais. Une somme qui devient anecdotique lorsqu’elle est mise en parallèle avec ses performances. Encore plus quand est évoqué le prix de son potentiel départ. Auteur d’une très bonne saison, avec 11 buts et 10 passes décisives toutes compétitions confondues, le milieu offensif rapporterait une très belle somme au club de Louis Nicollin, à deux ans de la fin de son contrat. Montpellier aurait ainsi fixé l’indemnité de transfert à 15 millions d’euros.

Les enchères pourraient même grimper si certains clubs étrangers entrent dans le jeu des négociations. Newcastle, Everton, Southampton et la Lazio ont été évoqués dans les colonnes de L’Equipe. Et lorsqu’on connaît la puissance financière des clubs anglais (et leur tendance à dépenser des sommes folles pour des joueurs sans référence), difficile d’écarter l’hypothèse d’une explosion de l’indemnité de départ. A ce petit jeu-là, Lyon, qui va sérieusement renflouer ses caisses grâce aux probables départs de Corentin Tolisso et Alexandre Lacazette, aura son mot dire.


Pour Lyon, une vraie plus-value sportive


Dans le système en 4-2-3-1 actuellement utilisé par Bruno Genesio, Boudebouz pourrait combler à lui seul plusieurs manques de l’effectif rhodanien. Capable d’évoluer derrière l’attaquant, mais aussi sur les deux côtés voire en milieu relayeur, le gaucher dispose d’un profil polyvalent et compenserait d’abord numériquement une partie des départs. Celui de Tolisso, donc, qui a régulièrement évolué en soutient de l’attaquant, mais aussi celui, toujours en suspens, de Rachid Ghezzal.

Deuxièmement, il viendrait concurrencer Maxwel Cornet, souvent très décevant cette saison sur son côté droit, et Nabil Fekir qui, même placé à son poste de prédilection derrière Alexandre Lacazette, n’a donné entière satisfaction que par éclairs. Tout cela en étant capable de s’installer dans un milieu à trois, que l’OL a fréquemment utilisé dans un passé récent. Dans les faits, Boudebouz est aussi un très bon tireur de coups de pieds arrêtés, et compte 300 matchs de L1, pour 45 buts et 53 passes décisives. Une valeur sûre, régulière et capable de coups d’éclats.


Pour Boudebouz, un palier supérieur sans prendre trop de risques


Pour franchir ce fameux palier, le joueur formé à Sochaux est à l’écoute des offres en provenance de l’étranger. Mais les joueurs de son profil (et pas seulement) qui se sont exportés sans véritable succès sont nombreux. Plutôt que de rejoindre une équipe de seconde zone en Premier League ou en Serie A , Boudebouz a l’opportunité de jouer dans un club français plus huppé que ne l’est Montpellier et qui lui garantirait de jouer une Coupe d’Europe chaque saison. De plus, avec le départ annoncé de plusieurs piliers d’une génération dans le secteur offensif, une place de choix attend l’international algérien dans la nouvelle ère lyonnaise qui se dessine. En clair, le gaucher a l’occasion d’être titulaire dans un club du top 5 français, qui le désire (Jean-Michel Aulas lui a déjà fait la cour à plusieurs reprises). Le tout dans un championnat qu’il connaît parfaitement puisqu’il ne l’a jamais quitté. Bref, ce serait tout bénef’.

 


 

Aulas défend Genesio stats à l’appui

RMC.fr

Pour expliquer son soutien à Bruno Genesio, qu’il veut garder comme entraîneur la saison prochaine, Jean-Michel Aulas a tenu à souligner ce mardi que des quatre derniers coachs du club, il était celui avec la meilleure moyenne de points.

Une grande partie de la conférence de presse de Jean-Michel Aulas ce mardi a été consacrée à Bruno Genesio. Durant de longues minutes, le président de l’OL a tenu à défendre son entraîneur qu’il veut conserver la saison prochaine.

"Je trouve que Bruno a les caractéristiques qui permettent à l’OL de s’inscrire dans la durée. On le critique sur la tactique et la qualité du jeu mais on n’a jamais marqué autant de buts sur une saison", a notamment confié Jean-Michel Aulas qui a étayé son propos avec des statistiques.


1,85 point par match pour Genesio


"Bruno est un garçon qui n’a pas l’expérience des plus grands coachs internationaux mais il a les qualités, qui font qu’il a des performances, qui sont parmi les meilleures des quatre derniers coachs qui ont été présents, dans toutes les statistiques. Genesio a remporté 1,85 point par match, Hubert Fournier (2014-2015) 1,77, Rémi Garde (2011-2014) 1,68 et Claude Puel (2008-2011) 1,82."



L'agent de Gonalons répond à l'attaque d'Aulas

Foot01.com

Ce mardi, en conférence de presse, Jean-Michel Aulas a sérieusement secoué Maxime Gonalons, s'offusquant des propos du capitaine de l'Olympique Lyonnais, qui avait affirmé qu'il cherchait d'abord à jouer pour un club ambitieux. Et le président de l'OL avait fermement prévenu qu'il n'allait pas proposer de prolongation de contrat à son milieu de terrain, lequel est à un an de la fin de son engagement avec Lyon. Des propos très sévères à l'encontre de Maxime Gonalons, un ancien de la maison lyonnaise.

Frédéric Guerra, l'agent de Maxime Gonalons, a répondu sobrement à cette charge de Jean-Michel Aulas. « Nous actons Gonalons et moi même les déclarations de jean michel Aulas. Pour autant nous aurions préféré en parler en toute discrétion avant », a prévenu, via Twitter, le représentant de Maxime Gonalons, qui en retour a reçu une multitude de messages pas très aimables à son encontre et à celui du milieu défensif de l'Olympique Lyonnais.



Ca se bouscule pour Rybus

Footmercato.net

Il y a quelques jours, nous relayions l’intérêt du CSKA Moscou pour le flop de l’Olympique Lyonnais Maciej Rybus (27 ans). Mais l’écurie russe n’est pas la seule sur le coup. Selon les informations du quotidien russe Izvestia, deux autres clubs sont intéressés par le gaucher des Gones.

Le Lokomotiv Moscou et Galatasaray seraient ainsi sur les rangs pour tenter de récupérer l’international polonais (44 sélections, 2 buts, 10 passes décisives) cet été. Sous contrat jusqu’en juin 2019 avec l’OL, l’ancien du Terek Grozny (2011-2016) a donc l’embarras du choix.


 

Paris refuse de vendre Ben Arfa en Ligue 1

Foot01.com

Tricard au Paris Saint-Germain, où Unai Emery n'en veut plus, Hatem Ben Arfa va très probablement encore une fois changer de club durant le mercato. Un an après avoir rejoint le PSG en provenance de Nice, Ben Arfa sait depuis quelques semaines que son avenir ne s'inscrira pas dans son club de coeur. Cependant, tandis que l'Olympique Lyonnais, via les propos de Jean-Michel Aulas, et l'OGC Nice, via ses supporters, sont déjà cités comme d'éventuels points de chute pour le joueur parisien, Nasser Al-Khelaifi a lui déjà pris une décision radicale concernant Hatem Ben Arfa, qui était pourtant son chouchou.

France-Football affirme en effet, que le patron du Paris Saint-Germain refuse de voir Ben Arfa rejoindre un club de Ligue 1 la saison prochaine et que si le milieu offensif doit partir, alors ce sera uniquement pour l'étranger. Une condition impérative qui va calmer directement les éventuelles ambitions des formations tricolores capables de s'offrir financièrement le joueur formé à l'OL. Reste qu'après son expérience ratée en Premier League, et sa saison transparente au PSG, les offres étrangères pourraient se faire rares et surtout moins prestigieuses pour Hatem Ben Arfa.



Aulas se paie encore Riolo

Maxifoot.fr

Très en forme ce mardi en conférence de presse (voir la brève de 14h35), Jean-Michel Aulas s'est une nouvelle fois payé le journaliste de RMC, Daniel Riolo, qui n'en finit plus de lui conseiller de se séparer de Bruno Genesio pour prendre un grand entraîneur étranger à Lyon.
"La magie du foot, c’est que Monsieur Riolo peut faire usage de compétences non autorisées. Il peut dire des choses sans aucune chance d’être démenti car il est dans le virtuel. Le foot, c’est de la science-fiction quand on le fait à l’envers. Quand Monsieur Riolo dit un certain nombre de choses qui me touchent, je me pose la question : où a-t-il joué ? Où a-t-il été dirigeant ? Quand a-t-il été entraîneur ? La réponse : jamais. Il a le droit d’avoir ses idées et de les exprimer. S’il veut débattre, je lui répondrai mais en face à face avec lui. Je lui démontrerai que ce qu’il dit est faux et à la limite de l’agression. A la limite de l’incompétence aussi. Il veut un entraîneur confirmé à l’OL mais c’est uniquement une question de buzz", a réagi le président des Gones qui a par ailleurs rappelé son attachement à Bruno Genesio.

 



Alex Morgan, les nouvelles ne sont pas bonnes !

Foot-sur7.fr

L’Olympique Lyonnais encaisse un coup terrible en cette fin de saison marquée par des échéances capitales. Le club enregistre la blessure de sa recrue hivernale Alex Morgan. L’internationale américaine a été gravement touchée face au Paris Saint-Germain.

« Blessée samedi lors du match de championnat contre le PSG, Alex Morgan a passé ce matin (mardi) une échographie qui a mis en évidence une lésion du biceps des ischio-jambiers de la cuisse gauche », a indiqué le club rhodanien sur leur site internet officiel.

La joueuse de 27 ans est d'ores et déjà forfait pour la finale de la Coupe de France contre Paris, vendredi (21h) à Vannes. Néanmoins, Lyon compte tout mettre en oeuvre pour qu’Alex Morgan puisque être opérationnelle pour la finale de la Ligue des Champions féminine, encore face aux Parisiennes, le 1er juin à Cardiff.

« Le staff médical du club espère que le protocole de soins suivi dès samedi par la joueuse lui permettra d'optimiser le délai de cicatrisation et d'être ainsi rétablie pour la finale de la Champions League », a communiqué l’OL.

Alex Moragan a été recrutée par les Gones en décembre 2016, en provenance d'Orlando Pride (USA) et s'est engagée pour 6 mois.



Genesio, Lacazette, Gonalons… La conférence de presse cash de Jean-Michel Aulas

Football365.fr

Jean-Michel Aulas, comment voyez-vous la suite de votre collaboration avec Bruno Genesio ?
Pour moi, la tendance est que Bruno reste, évidemment. Je n’ai pas trouvé qu’il était complètement las. On peut s’interroger : j’entends dire que tactiquement, il n’est pas à la hauteur, dans la qualité de jeu aussi. Mais savez-vous qu’on bat le record de buts ? On ne peut pas dire dans le même temps qu’il n’y a pas de qualité de jeu. Il faut pondérer. On joue dans un système où l’on marque beaucoup de buts, ça implique que l’on peut aussi en prendre. En nombre de victoires, on est sur le meilleur rythme depuis le titre. Pour moi, un bon entraineur, c’est la relation avec ses joueurs. On a battu la Roma, on a fait des matchs avec une intensité extraordinaire. Je participe à toutes les causeries, elles sont bonnes. Comment peut-on entendre autant de choses négatives quand tant sont positives ? J’ai réuni hier (lundi) le comité de gestion, qui a pensé à l’unanimité ce que je viens de vous dire.

Son maintien est-il dès lors entériné ?
Personnellement, je trouve que Bruno a les caractéristiques pour s’inscrire dans la durée. Quand on change d’entraineur, il y a des risques qu’il change complètement l’équipe. J’écoute ce qui se dit. Un Conseil d’Administration se réunira après le match de Nice et il prendra une décision, avec l’apport de mes conseils. On n’a pas pris de décision définitive. On est dans une logique de progression, où le club est costaud économiquement. On n’est pas parti pour changer de coach, la décision n’est pas définitive, elle le sera après le Conseil d’Administration.

Que pensez-vous des critiques qui s’abattent sur Genesio et son management ?
Je pense que ce que vit Bruno n’est pas facile à vivre, parce qu’il y a une inéquité d’analyse qui est flagrante. Il a des performances comparables aux quatre derniers coachs. Il y a eu un activisme sur les réseaux qui fait qu’il se sent meurtri. Après c’est moi qui décide, avec le CA. Il me parait prétentieux d’entendre des jugements issus du café du commerce. Pour que Bruno n’ait pas le sentiment de lassitude, il faut le soutien du comité de gestion, une visibilité dans les médias. On peut toujours se remettre en cause et rentrer dans le jeu de ce qu’est le réseau social.

N’êtes-vous pas tenté, comme beaucoup en France, d’aller chercher un technicien étranger ?
Je suis responsable DTN à la fédération, qui forme les meilleurs entraineurs français. Quand je vois la durée à laquelle reste les entraineurs étrangers dans les clubs français, ça peut tuer un club. Je n’ai pas l’intention de prendre ce risque de prendre un entraineur étranger. C’est un danger pour les investisseurs. C’est vrai qu’on a loupé la Ligue des Champions et qu’on a raté des matchs, mais en contrepartie, que de rencontres réussies ! On a battu Monaco par exemple (1-3), fait match nul à Turin contre la Juventus (1-1). Dire qu’on fait une saison excellente, je ne l’ai jamais dit. Mais de là, à prendre le risque de tout casser… Provoquer le départ du staff, c’est au moins 10 millions d’euros. Il y aurait une inconnue totale. J’ai la responsabilité de diriger un club pour les 5 à 10 ans à venir.


Aulas : « Lacazette ? Ça dépend de son club de cœur »


Quel est le cap que vous vous êtes fixé pour poursuivre la progression du club ?
Il faut se situer dans une logique d’efficacité. L’OL est le club français le plus efficace sur les dix dernières années. Il a construit des infrastructures incroyables, correspondant à la dynamique de demain. On a construit l’OL des dix prochaines années, avec le stade aux performances économiques exceptionnelles. C’est le premier business-center. Sur 10 ans, en termes de classement, on est numéro 1. On est les seuls à avoir les infrastructures, on est parmi les 2-3 à avoir disputé une demi-finale de Coupe d’Europe.

Comment analysez-vous le recul sportif de l’OL cette saison ?
Dix-sept fois au cours des dix-neuf dernières saisons, on a été sur le podium. C’est vrai que quand arrive le PSG, c’est plus difficile d’être champion. Aurait-on pu concurrencer Paris et Monaco dès cette saison ? Je ne le pense pas. Mais je ne vous entends pas parler de Manchester United, du Milan AC, de l’Inter : ils sont moins bien que nous, avec un train de vie supérieur. Marseille, avec des investissements et un nouveau coach français de niveau international, est resté derrière. Après, il y a quand même 16 points d’écart avec Nice. Combien de fois ont-ils été devant nous ? Ma déception, c’est de ne pas avoir titillé Nice. Mais elle pèse sur tout un club.

Qu’envisagez-vous pour le prochain Mercato estival ?
On va attendre que le match se termine, faire la fête ensemble et écouter les joueurs face à Nice. On aura les profils et on va lancer un recrutement très ambitieux pour revenir dans les dix premiers européens. Il y a un joueur qui a un bon de sortie, c’est Alexandre (Lacazette), ce qui ne veut pas dire qu’il va partir. Ça dépend du club de cœur pour lequel il a ce bon de sortie. Si un certain nombre de joueurs ont l’impression que le club n’est pas assez grand pour eux, on ouvrira la porte et on ira chercher des joueurs du même niveau, avec le mental en plus. On consacrera au moins autant d’argent à l’arrivée qu’il y aura eu de départs.


Aulas : « Gonalons n’aura pas de prolongation cette année »


Le secteur défensif est-il à renforcer en priorité ?
Sur la défense, avec Nicolas (Nkoulou) et (Emmanuel) Mammana, on n’a pas lésiné. Le nouveau médecin a estimé, contrairement au médecin précédant, qu’on pouvait remettre sur pied Nicolas. Ça a marché. Pour le cas de Nicolas, l’entraineur n’y est absolument pour rien, le recruteur non plus. Emmanuel a 20 ans. On ne l’a pas fait venir pour qu’il soit titulaire dès les premières semaines. Il a eu des blessures, des soucis psychologiques.

Comment avez-vous vécu les récentes déclarations de Corentin Tolisso et de Maxime Gonalons, qui ont ouvert la porte à un départ ?
J’entends Corentin dire qu’il a envie de jouer la Ligue des Champions. Ne sont-ce pas lui et ses collègues qui loupent ça ? Corentin ne s’est pas gêné pour parler à la presse, Max aussi. J’ai été blessé. Corentin m’a fait pleurer l’été dernier quand il m’a appelé pour me dire qu’il ne partait pas, il est jeune. Max est capitaine. Comment peut-il se permettre de dire qu’on n’est pas ambitieux ? Il a appelé pour s’excuser. Je ne suis pas prêt à m’en séparer, c’est lui qui dit qu’il regardera les offres des clubs. J’ai le droit de dire qu’il m’a fait beaucoup de peine, les joueurs sont mes enfants. Il n’aura pas de prolongation cette année.

Quel bilan tirez-vous de l’arrivée de Gérard Houllier dans l’organigramme du club ?
L’apport de Gérard a été positif sur le plan international, il était là pour nous apporter une crédibilité vis-à-vis de l’UEFA. Il a participé à réformer l’Académie, au recrutement de Memphis (Depay). Quand on a discuté avec les Chinois, Gérard est allé en Chine pour. Quand il a fallu choisir Bruno (Genesio), il a choisi Bruno. Est-ce que la liaison Bernard (Lacombe) – Gérard a été bonne ? Elle a été nulle. Cette relation ne va pas perdurer, on va changer. Mon idée serait d’aller chercher un ancien de la maison. Il faut peut-être faire revenir des gens qui ont eu le mental pour finir premier. Juninho ? Pourquoi pas, même si je ne lui en ai pas parlé. Directeur sportif ou directeur technique, il faut en discuter avec les intéressés.