L'actu du Lundi 4 Novembre

Voir aussi... OL - Benfica : L'Avant Match

Aulas : "Hors de question de se priver de Marcelo"

Goal.com

Le président de l'Olympique Lyonnais est revenu sur les insultes des supporters envers Marcelo, le défenseur central des Gones.

L'Olympique Lyonnais va mieux sur le terrain. Les Gones ont enchaîné un second succès consécutif en Ligue 1 ce week-end en l'emportant dans les derniers instants de la partie contre Toulouse grâce à un but de Memphis Depay. Pourtant, tous les feux ne sont pas au vert à l'OL. En effet, durant la rencontre et après, Marcelo, le défenseur brésilien des Gones, a été ciblé par les supporters du club rhodanien et a été insulté à plusieurs reprises.

La faute a un accrochage qui a opposé Marcelo à certains supporters à l'aéroport de Lisbonne après le match contre Benfica. Une situation qui ne peut pas durer comme l'a confirmé Jean-Michel Aulas dans les colonnes de L'Equipe, excluant une mise à l'écart du Brésilien : "Hors de question de se passer de Marcelo ! On ne va pas se tirer une balle dans le pied. Rudi Garcia en a fait un choix sportif et Juninho est dithyrambique sur Marcelo. Les problèmes de l'institution, je vais les régler avec Juni. Et on peut compter sur le KVN".


Aulas envoie un message aux supporters


Le président de l'OL est revenu sur la genèse de ce conflit : "Ça fait partie de l'institutionnel et on ne doit pas pénaliser le sportif, surtout que nous sommes en pleine remontée. Je vais prendre le problème en main avec "Juni". On a proposé une réunion au KVN (Kop Virage Nord qui comprend les Bad Gones). J'attends leur réponse ce soir (dimanche) ou demain (lundi). Ça va être compliqué avant Benfica mais dans la semaine certainement. On doit passer au-dessus des réticences entendues. Et quand on voit Memphis (Depay) étreint comme ça à la fin par nos supporters... Certains avaient aussi douté de lui et d'autres à un moment. Cet incident aurait été plus grave si on avait été 17e de L 1. On a quand même vu pleins de choses positives insufflées par Rudi (Garcia) à Toulouse".

"C'est assez banal au départ. À un moment (à l'aéroport de Lisbonne), il y a eu des critiques, voire des insultes de la part de certains supporters et le joueur concerné -mais aussi d'autres - a répondu. Je veux dire aux supporters qu'on ne peut pas réclamer des joueurs qu'ils se comportent en hommes, qu'ils soient agressifs, conquérants, et qu'on réagisse de cette manière avec eux. C'est cet esprit de révolte qui nous a fait gagner à Toulouse", a ajouté Jean-Michel Aulas.

Le président de l'Olympique Lyonnais a toutefois nié donner une importance trop grande à ses supporters dans ses prises de décisions : "Non, on ne donne pas trop de poids aux supporters, mais c'est plus un problème de société, de relation supporters-joueurs. Regardez en Angleterre, même Arsenal a eu ce souci (avec Granit Xhaka). Les supporters peuvent faire des erreurs dans la passion. Moi le premier j'en ai commis comme dirigeant".

 

 


 

Une charnière centrale au presque parfait

Butfootballclub.fr

L’OL, victorieux samedi à Toulouse en toute fin de match (3-2), a pu compter sur sa charnière centrale, Denayer-Andersen. Ce sont en tous les cas les chiffres qui le disent.

Certes, tout n’a pas été parfait pour l’OL face au TFC samedi soir. Un CSC de Lopes, du déchet dans le jeu, un réveil tardif, mais une victoire, une de plus, qui vient (re)donner de la confiance à un groupe qui a en a bien besoin.

En défense centrale, alors que le problème Marcelo devrait être réglé par Jean-Michel Aulas en personne, Jason Denayer et Joachim Andersen ont parfois, eux-aussi, affiché d’inquiétantes carences. Demeure toutefois une évidence, imparable : leurs statistiques sont excellentes. Andersen, impliqué sur l’ouverture du score du TFC, a touché 97 ballons au cours des 90 minutes. Résultat ? 20 gagnés, 7 perdus et 93% de passes réussies.


Depay et ses ballons perdus


Quant à Denayer, il est le joueur de Rudi Garcia qui a touché le plus de ballons (105). Pour 17 gagnés, 9 perdus, et 95% de passes réussies. On notera également que Memphis Depay, décisif au Stadium, a gagné 1 ballon pour 27 perdus…

 


 

Juninho balance quelques vérités sur Lyon

Foot01.com

Même si l'Olympique Lyonnais reste sur deux victoires consécutives en Ligue 1 avant de recevoir Benfica en Ligue des champions, Juninho reste très prudent car l'OL ne l'a pas totalement rassuré.

Il y avait de la crispation dans l’air du côté de Toulouse samedi à quelques minutes du coup de sifflet final, la télévision ayant filmé les dirigeants de l’Olympique Lyonnais juste avant le but libérateur de Memphis Depay. Et même si l’attaquant néerlandais a soulagé tout le monde en arrachant la victoire, tout n’est pas réglé du côté de l’équipe de Rudi Garcia dans la perspective d’un match décisif face à Benfica au Groupama Stadium. Et si l’essentiel était les trois points, Juninho a quand même ramené tout le monde à la réalité.

Répondant au Progrès, le directeur sportif de l’Olympique Lyonnais a fait remarquer qu’il y avait des erreurs à rapidement corriger sous peine de voir l’OL faire un retour brutal sur terre. « J’ai beaucoup d’expérience dans le foot, c’est tôt, je ne vais pas m’enflammer, j’ai félicité les joueurs, mais on a pas mal de défauts encore. On a pris deux buts quand même, or l’idéal c’est de ne pas trop en concéder comme lors de nos deux matches précédents. Mardi, c’est la Ligue des Champions, et il faudra être beaucoup plus attentif. Il faut qu’on trouve un équilibre dans nos matches, ne pas accepter de trop subir parfois, parce que quand les adversaires seront plus forts, ils marqueront et nous mettront en difficulté », a prévenu un Juninho, qui ne se voit pas trop beau.

 


 

La 800e d’Aulas !

Football.fr

Le succès arraché dans les ultimes minutes par l’Olympique Lyonnais grâce à Memphis Depay, samedi, lors du déplacement à Toulouse (2-3) avait forcément une saveur particulière pour Jean-Michel Aulas. En premier lieu évidemment parce qu’il permet à l’OL d’éviter une rechute et de poursuivre au contraire son redressement.

Cette victoire en Haute-Garrone est est également la 800e des Gones depuis l’arrivée aux affaires de Jean-Michel Aulas en 1988. Et le bilan est plutôt flatteur pour le président lyonnais puisque dans le même temps, l’OL a concédé 396 défaites et enregistré 388 nuls.

 


 

Ménès proche du fan club de Memphis

Foot01.com

Sous les ordres de Sylvinho, l’Olympique Lyonnais avait connu un début de saison très compliqué. Mais avec Rudi Garcia, les Gones sortent peu à peu la tête de l’eau.

Après douze journées de Ligue 1, le club rhodanien est revenu au milieu de tableau de la Ligue 1… à trois petites unités du podium et du FC Nantes. Qui aurait pu croire cela il y a encore quelques semaines, après la cuisante défaite dans le derby du côté de Saint-Etienne (0-1) ? Pas grand-monde peut-être. Mais pour l’instant, la greffe Garcia prend. Outre la défaite à Benfica en Ligue des Champions, l’OL reste invaincu en championnat sous ses ordres. Mieux encore, Lyon a pris sept points sur neuf possibles lors des trois derniers matchs. Une vraie allure d'Européen. Pour arriver à cela, l’ancien coach de l’OM a notamment pu compter sur le talent de Memphis Depay. Ce que Pierre Ménès ne contredit pas.

« Memphis a fait du Depay. On sait que Memphis Depay est capable de faire de bonnes choses. Ce n’est pas un monstre de régularité, mais quand il joue avec ce niveau de détermination, ça peut être un très grand joueur. Et puis on retrouve l’ADN de Lyon. C’est-à-dire une équipe qui prend des buts, mais une équipe qui en marque aussi », a constaté, sur le plateau du Canal Football Club, le journaliste, qui estime donc que l’OL est en train de retomber dans son train-train lyonnais, comme à l’époque de Bruno Genesio en définitive.

 


 

Marseille interdit le trash-talking avant Lyon

Foot01.com

Avec deux victoires durant les trois dernières journées, Marseille et Lyon se sont replacés en Ligue 1. Le choc de dimanche prochain sera donc très attendu au Stade Vélodrome…

Cette rencontre toujours très électrique ne manquera pas de piquant cette année avec le retour de Rudi Garcia dans l’enceinte du boulevard Michelet. Et du côté de Marseille, on aimerait éviter que l’ancien entraîneur de l’OM réalise un coup avec les couleurs de l’Olympique Lyonnais. Raison pour laquelle les joueurs refusent d’enflammer le match avant l’heure dans la presse. Jordan Amavi, Boubacar Kamara… Plusieurs Olympiens ont été interrogés au sujet de Rudi Garcia après la victoire face à Lille. Mais comme précisé par RMC, aucun joueur n’a souhaité commenter le retour du technicien français en Provence.

De plus, la radio affirme que les joueurs de l’Olympique de Marseille ont récemment été sensibilisés sur l’importance de ne pas envenimer les débats et de ne pas provoquer les adversaires avant les gros matchs face au PSG, Lyon ou Saint-Etienne et Lille par exemple. C’est la raison pour laquelle les joueurs ont pris des pincettes, voire ont botté en touche au moment de commenter la situation de Rudi Garcia et son futur come-back dans la cité phocéenne. Sous la houlette de l’entraîneur André Villas-Boas, la communication du club est verrouillée. Et c’est sans doute mieux comme ça. Surtout quand on se souvient que les déclarations incendiaires avaient été reprochés à l’OM par le passé…

 


 

Garcia choisit un 5e et nouveau capitaine

Sports.fr

A la veille de recevoir Benfica, mardi soir en Ligue des champions, Rudi Garcia a annoncé que Léo Dubois sera le nouveau capitaine de l’OL.

Marcelo, Memphis Depay, Anthony Lopes et Jason Denayer ont hérité du brassard lors des quatre premiers matches de Rudi Garcia à la tête de la formation lyonnaise.

"Je considère que si je n’ai pas vu tous les leaders à l’œuvre, je n’aurais pas encore d’avis complet", a expliqué le coach des Gones.

 


 

Garcia : « Seuls les résultats permettent de retrouver une confiance importante »

OL.fr

Alors que l'OL s'apprête à accueillir le Benfica pour le début de la manche retour de la phase de groupes de l'UEFA Champions League, Rudi Garcia a pris part à la traditionnelle conférence de presse d'avant-match.

Le point en Champions League

Avec 7 points sur 9, on est revenu dans des eaux plus calmes. Ce n’est pas un parcours parfait, mais le groupe avait besoin de retrouver de la confiance. Seuls les résultats permettent de retrouver une confiance importante. On doit être capable de prendre deux buts et de gagner par la suite. Il n’y a que 6 matches donc chacun d’eux compte énormément. Nous avons perdu des points à l’extérieur, donc il faudra les prendre chez nous.
 
Le Benfica

Benfica est une équipe performante et redoutable. C’est un grand club. Nous les avons beaucoup étudié. Il ne faudra pas leur permettre de s’exprimer. Toutes les équipes ont des points forts et des points faibles. A nous de trouver la clé. Je préfère voir les bons joueurs sur la pelouse. Battre une équipe à 100% est plus intéressant. Rafa Silva a très bien joué à l’aller et sera absent, mais il y beaucoup d’autres joueurs de qualité dans l’équipe.
 
Les matches aller et retour

On méritait mieux. On a fait une belle seconde période. On a été capable d’égaliser, mais pas de gagner. Maintenant la poule est relancée. Nous sommes à domicile et je pense que c’est un gros avantage. Il faudra être à 100% mentalement et physiquement pour l'emporter. Nous sommes à domicile et je pense que c’est un gros avantage. Il faudra être à 100% mentalement et physiquement pour l'emporter. Nous sommes très motivés. Nous voulons être dans les deux premiers du groupe. Chaque match de Champions League est difficile. Pour nous et pour les adversaires. Toutes les équipes méritent d’être là donc c’est difficile pour tout le monde. Il faut être capable de répondre à tous les scénarios et cela de la meilleure manière possible pour prendre les 3 points.
 
La situation actuelle

On est une équipe convalescente. Il faudra prouver sur la durée qu’on est capable de se qualifier et de remonter en championnat. Tant que nous ne serons pas dans les deux premiers du groupe, nous ne serons pas satisfaits. Il faut montrer qu’après Toulouse, on peut battre un grand d’Europe.
 
Le capitaine contre le Benfica

Léo Dubois sera capitaine. Il se passe des choses dans le vestiaire et sur le terrain que vous ne voyez pas.
 
Ses choix d’entraîneur

Je fais des choix en fonction des caractéristiques sportives de mes joueurs. Je choisis ceux qui nous ferons gagner. Il n’y a que cela qui guide mes choix.
 
La connexion Memphis/Dembélé

Contre Metz ils se sont beaucoup cherchés. La relation s’améliore sur le terrain. S’ils arrivent à être aussi performants par la suite qu’à Toulouse, cela devrait être très intéressant.
 
La défense

Défendre concerne toute l’équipe. Tout le monde doit être impliqué. Nous le sommes, mais parfois pas assez. Contre Toulouse, nous avons eu de belles transitions. Avoir une équipe très offensive ne fonctionne que si toute l’équipe est impliquée défensivement.
 
Anthony Lopes

Anthony va bien, il sait que je compte sur lui. C’est un gardien qui a permis de gagner beaucoup de points. Je n’ai pas de doute sur le fait qu’il le fera encore à l’avenir.

 


 

Memphis Depay : « Je veux être important pour l'équipe »

OL.fr

Décisif lors des dernières sorties de l'OL, Memphis Depay s'est exprimé face aux journalistes à la veille de la réception du SL Benfica.

LES CHANGEMENTS APPORTÉS PAR RUDI GARCIA

« Je pense que ce coach aime le jeu offensif. On essaye de mettre beaucoup d’énergie à aller de l’avant, à construire nos attaques. Mais c’est toujours le résultat qui importe, comme lors des deux derniers matches. On a parfois manqué de chance mais l'entraîneur nous apporte énormément d’énergie positive. Avant, les résultats n’allaient pas et c'est ce qui a poussé le club à faire des changements. Depuis son arrivée, on est sur le bon chemin. »
 
SON BUT VICTORIEUX À TOULOUSE

« C’était très important de gagner nos deux derniers matches. Bien sûr que je suis heureux d'avoir marqué. Ces buts donnent de la confiance à l’équipe et au club. Maintenant, la Champions League est une compétition complètement différente et il faudra encore obtenir un bon résultat demain. »

SA FORME ÉTINCELANTE EN CHAMPIONS LEAGUE

« J’essaye de faire de mon mieux pour aider l’équipe. Si je peux aider avec des buts ou des passes décisives, je dois le faire. J’espère continuer ainsi. »
 
LE MORAL D’ANTHONY LOPES

« Antho est un joueur très professionnel. Il a beaucoup d’expérience, cela fait longtemps qu'il est dans le milieu. C'est un très bon joueur et il nous a sauvé tellement de fois parle passé qu’on ne peut pas oublier cela. Quand il va bien, l’équipe va bien aussi. »
 
SON AVÈNEMENT EN TANT QUE LEADER

« Depuis que je suis arrivé, mon rôle est clair. Depuis trois ans, je veux être un joueur important pour l’équipe. J’ai de l’expérience, cela fait près de dix ans que j'évolue au sein du monde professionnel. Je fais tout ce que je peux pour mener l'équipe à la victoire, pour lui transmettre le bon état esprit. J’apprends beaucoup de mes coéquipiers et j’espère qu’ils apprennent également beaucoup de moi. Les leaders ne disent parfois rien mais montrent certaines choses. Pour ma part, je veux faire les deux. »

BIENTÔT SON 50ème BUT AVEC L’OL ?

« Oui, cela compte. Je suis ravi d’avoir autant marqué pour l’OL. Je veux toujours en faire plus. Je travaille tous les jours pour être meilleur. Cela signifie énormément pour moi. Je suis venu ici pour apporter du succès au club et j’espère y parvenir. Mais le plus important, cela reste le résultat et la victoire au bout, que je marque ou que d’autres joueurs s’en chargent. »
 
SA RELATION AVEC MOUSSA DEMBÉLÉ

« Parfois, je joue à côté de lui, parfois derrière. On attend beaucoup l’un de l’autre. On essaye de travailler nos automatismes afin de progresser individuellement et d’améliorer notre duo. On communique sur la façon qu’on a de jouer, sur ce que l’autre attend de nous et sur ce que l’on attend de l’autre. »

 

 
Voir aussi... OL - Benfica : L'Avant Match

 

Last modified on lundi, 04 novembre 2019 19:23