L'actu du Vendredi 7 Février

L'actu du Vendredi 7 Février

Aulas règle l’avenir de Garcia au club

RMC.fr

Dans une interview au Dauphiné Libéré, Jean-Michel Aulas a fait passer le message qu’il ne comptait pas lâcher Rudi Garcia, un entraîneur dont il a voulu lister les qualités. Et elles sont très nombreuses, selon le président de l’OL.

Rudi Garcia est arrivé à Lyon dans un contexte tendu. L’Olympique Lyonnais était 14e lors de sa signature, avec seulement un point d’avance sur l’avant-dernier, Dijon. Le voici 6e de Ligue 1. Et même si le club est toujours très loin de ses ambitions, à treize points de la deuxième place occupée par l’OM, son président Jean-Michel Aulas salue le travail d’un "très bon entraîneur".

L’avenir du Rudi Garcia, sous contrat jusqu’en 2021, va-t-il dépendre d’une qualification pour la Ligue des champions ou d’un titre en fin de saison ? Ni l’un, ni l’autre, semble suggérer le président de l’OL dans un long entretien accordé au Dauphiné Libéré.

"Il est avec nous jusqu’en 2021 donc je ne me pose pas de question, a indiqué Jean-Michel Aulas. Nous avons tenu compte du passé en lui offrant un contrat où il a tout pouvoir sur le plan sportif. En revanche, le recrutement dépend de Juninho et de Florian Maurice. Nous constatons que Rudi a un savoir-faire que nous n’avions pas en terme de rigueur, de professionnalisme, d’expérience. Il a un sens tactique surdéveloppé… même moi j’ai du mal à suivre ! Il faudrait vraiment que la foudre s’abatte sur le club pour que nous ne continuions pas avec lui. Il n’est d’ailleurs pas prévu de discuter avec lui en fin de saison."

 


 

Le TOP 10 des salaires à l’Olympique Lyonnais

Actufoot.com

L'Equipe a publié ce matin et comme chaque saison, le top 10 des salaires des clubs de Ligue 1.

Le TOP 10 (estimations bruts)


1) Memphis Depay (420 000 euros)
2) Anthony Lopes (400 000 euros)
3) Bertrand Traoré (350 000 euros)
4) Houssem Aouar (300 000 euros)
5) Mapou Yanga-Mbiwa (280 000 euros)
6) Jason Denayer (270 000 euros)
– Marcelo (270 000 euros)
8) Joachim Andersen (260 000 euros)
– Moussa Dembélé (260 000 euros)
–  Thiago Mendes (260 000 euros)

Chez les entraîneurs de Ligue 1, Rudi Garcia arrive à la 5e position avec 250 000 euros bruts mensuels. Il est devancé par Tuchel (PSG), Villas-Boas (OM), Sousa (Bordeaux), Moreno (Monaco).

 


 

Depay, Kalulu… Aulas promet deux prolongations !

Butfootballclub.fr

Dans les colonnes de L’Equipe, Jean-Michel Aulas s’est voulu très optimiste sur les prolongations de Memphis Depay et Pierre Kalulu avec l’OL.

Si l’Olympique Lyonnais était très occupé par le Mercato lors du mois de janvier, le club rhodanien va désormais avancer sur ses prolongations de contrat. Libre en juin 2021, Memphis Depay fait partie des priorités. Profitant de la blessure du Néerlandais, les Gones ont entamé des discussions en ce sens pour s’éviter un été 2020 délicat pour un joueur acheté à Manchester United pour 16,5 M€.

« On va le prolonger, on a toujours eu de super rapports avec lui », a confié, dans « L’Equipe », un Jean-Michel Aulas très confiant sur le dossier. D’après le quotidien sportif, la décision ou non de Depay et son retour à la compétition plus ou moins rapide pourrait avoir une grosse incidence sur le prochain marché des transferts.

Autre dossier sensible : le cas de Pierre Kalulu (19 ans), jeune défenseur en fin de contrat stagiaire en juin et très courtisé sur le marché. Là aussi, JMA a fait part de sa confiance : « C’est la première fois que je signe huit contrats pro depuis que je suis à l’OL et il n’y a pas Kalulu. Il était dans le groupe et il va signer aussi ».

 


 

Aulas allume l'OM "complètement en dehors des clous du fair-play financier"

RMC.fr

Dans un entretien accordé au Dauphiné Libéré, le président de l’OL Jean-Michel Aulas a critiqué les résultats économiques de l’OM et vanté dans le même temps les performances du PSG dans ce domaine.

Jean-Michel Aulas est contrarié. Le président de l’OL estime que les résultats de son club ne sont pas assez mis en exergue dans la presse. "Plus d’objectivité pour notre OL encore à l’honneur avec le partenariat signé avec Emirates: nous sommes sixièmes de Ligue 1, qualifiés dans toutes les compétitions masculines et féminines, en règle avec le FPF contrairement à d’autres qui chantent très forts en ce moment", lançait-t-il sur Twitter jeudi soir, dans une allusion à peine voilée au rival olympien. Ce n’est sans doute pas un hasard d’ailleurs, car Lyon s’apprête à accueillir l’OM en quart de finale de la Coupe de France (mercredi 12 février).

Aulas rappelle le "climat insoutenable" à Marseille

Dans une interview au Dauphiné Libéré, Jean-Michel Aulas a profité de l’occasion qui lui était offerte pour revenir sur le premier match entre les deux équipes, cette saison, en Ligue 1 (2-1 pour l'OM, le 10 novembre). Interdits de déplacement, comme le seront les Marseillais la semaine prochaine, les supporters lyonnais n’étaient pas présents. Mais le bus du club avait été caillassé. "Je ne vous fais pas de dessin mais j’estime que le match de championnat à Marseille s’est déroulé dans des circonstances qui n’honorent ni la Ligue, ni la Fédération et encore moins l’OM, a tancé le président de l’OL. Nous avons été victimes de brutalité, d’agressions, d’erreurs d’arbitrage et de la VAR. Le tout dans un climat insoutenable. Je l’ai dit à l’époque et ça n’a pas fait plaisir, mais c’est un état de non-droit. Mais je le redis parce que c’est la vérité."

Aulas tire son chapeau au PSG

A cinq jours du choc contre Marseille en Coupe de France, un trophée que les deux équipes convoitent, Jean-Michel Aulas joue parfaitement son rôle de déstabilisateur, comme il avait pu le faire par le passé avec le Paris Saint-Germain. Jean-Michel Aulas estimait alors que le soutien apporté par le Qatar pouvait nuire à la compétitivité de la Ligue 1. Mais ça, c’était avant. "Ils ont bien travaillé sur le plan économique, a été forcé d’admettre Aulas. Ils ont signé avec Accor pour 50 millions d’euros par an et, à ma connaissance, c’est un accord de sponsoring tout à fait légitime. Ils ont renégocié avec Nike et sont arrivés à des montants bien supérieurs à ceux de l’équipe de France, que je connais bien, donc chapeau !"

Aulas: "Le meilleur, ce n’est pas le meilleur à n’importe quel prix"

"Je pense qu’ils ont retrouvé l’équilibre sans le Qatar", estime Aulas, qui en profite pour égratigner cette fois les résultats économiques de l’OM. Le parallèle était trop tentant. "Ils ont annoncé 80 millions d’euros de pertes il y a un an, 92 millions cette année, reprend le président de l’OL. S’ils devaient terminer devant Lyon, ils devront respecter les règles du FPF (fair-play financier) pour pouvoir jouer la Ligue des champions. Je remercie l’OM de me donner l’occasion de dire qu’ils sont complètement en dehors des clous du fair-play financier, avec la bénédiction de la DNCG. Pour que le football en France et en Europe reste crédible, il faut que les règles économiques soient respectées, au même titre que l’arbitrage. Le meilleur, ce n’est pas le meilleur à n’importe quel prix."

 


 

Commission de discipline : Marçal et Jean Lucas prennent 1 match ferme

LFP.fr

Réunie le 6 février 2020, la Commission de Discipline de la LFP a pris les décisions suivantes :

Suspension à titre conservatoire

Au regard de la nature des faits, la Commission de Discipline décide de placer le dossier en instruction et suspend à titre conservatoire Gelson MARTINS (AS Monaco) pendant la durée de celle-ci.

Trois matchs de suspension dont un match avec sursis

Tiemoué BAKAYOKO (AS Monaco)
Jean-Charles CASTELLETTO (Stade Brestois 29)

Deux matchs de suspension

Adam OUNAS (OGC Nice)

Deux matchs de suspension dont un match avec sursis

Joris CHOTARD (Montpellier Hérault SC)
Dimitry BERTAUD (Montpellier Hérault SC)
Fernando MARÇAL (Olympique Lyonnais)

Un match ferme suite à un troisième avertissement dans une période incluant 10 rencontres de compétition officielle (Ligue 1 Conforama, Coupe de la Ligue BKT, Coupe de France) ou par révocation du sursis. La sanction prend effet à partir de mardi 11 février 2020 à 0h00.

Jordan AMAVI (Olympique de Marseille)
Benjamin ANDRE (LOSC Lille)
Duje CALETA-CAR (Olympique de Marseille)
Pierrick CAPELLE (Angers SCO)
Lionel CAROLE (RC Strasbourg Alsace)
Bakaye DIBASSY (Amiens SC)
JEAN LUCAS (Olympique Lyonnais)
Thomas MONCONDUIT (Amiens SC)
Mateo PAVLOVIC (Angers SCO)
Adrien SILVA (AS Monaco)
Ibrahima SISSOKO (RC Strasbourg Alsace)
Aurélien TCHOUAMENI (AS Monaco)
XEKA (LOSC Lille)

 


 

Vidéo : la reprise de Memphis

Twitter

 


 

Bruno Guimarães arrive à Lyon lundi

Footmercato.net

Recruté par l’Olympique Lyonnais pour 20 M€, Bruno Guimarães se trouve actuellement avec la sélection brésilienne U23 pour disputer le tournoi pré-olympique. Après avoir affronté l’Uruguay, le milieu de terrain auriverde jouera le dernier match de la Canarinha dimanche face à l’Argentine.

Ensuite, UOL Esporte annonce que le joueur ne rentrera pas au Brésil et prendra un vol direct pour Lyon le lundi. Le média brésilien ajoute même qu’il devrait être officiellement présenté le lendemain, mardi.

 


 

Garcia : « Il faut faire confiance aux joueurs »

OL.fr

Avant le choc de la 24ème journée de Ligue 1 Conforama entre le Paris Saint-Germain et l'Olympique Lyonnais, Rudi Garcia était en conférence de presse afin d'évoquer l'actualité auprès des médias.

Point santé

"Léo (Dubois) recommence avec le groupe mais ne postule pas pour Paris évidemment. Il lui faut parfaire sa préparation athlétique avec le groupe. On récupère Rafael et Marçal qui étaient suspendus. Maxwel (Cornet) est un petit peu malade, on espère que ça ira."
 
La confrontation face au PSG

"Il faut qu’on soit plus fluide à Paris. Il faut être capable de mieux utiliser le ballon sans le rendre trop facilement, comme on a pu le faire contre Amiens. On serait bien inspiré de jouer simple et rapidement. Notre objectif est de faire un résultat et donc d’exister avec le ballon, en éliminant les touches de balles inutiles qui nous ralentissent et nous empêchent de faire les bons choix. Le PSG met beaucoup de buts à tout le monde en ce moment, peu importe l'adversaire. On met les pieds chez le leader et chez une équipe bâtie pour gagner la Ligue des Champions. Paris est encore qualifié dans cette compétition d’ailleurs, comme nous. Il faut voir comment on va réagir et voir si on réussit à s’adapter."
 
La situation de l’équipe

"Il y a six jours on louait l’équipe et le turnover. On aurait dû revenir avec un autre résultat de Nice. Le match contre Amiens est une contre-performance qui ne nous avance pas au classement. On est en manque de points. En battant Nantes, qui était 4ème, et en éliminant Lille en Coupe de la Ligue, on voit que l’on peut battre des gros. On est l’OL et on va tout faire pour se montrer à la hauteur de l'évènement.  En football, quand vous ne gagnez pas les matches, on se pose beaucoup de questions. Il faut faire confiance aux joueurs, être derrière eux et les pousser. Il n’y a pas de raison que l’on ne reparte pas de l’avant. Avant de penser à Marseille, tous les joueurs sont déjà concentrés sur le match contre Paris car on a perdu des points en championnat contre Amiens."
 
Ce qu’il faudra faire face au PSG

"Il va falloir être solide en plus de bien utiliser le ballon. Antho (Lopes) va devoir faire des arrêts également pour aider l’équipe. Il faut s’inspirer de ce qu’ont fait les Amiénois car ils se sont défoncés chez nous et étaient heureux de faire un résultat. C’est le chemin à suivre pour faire de même dimanche. Il faut être prêt à être solidaires et combatifs. Il faudra bien utiliser le ballon car on n’aura certainement pas la possession. On doit faire avec nos moyens du moment, qui sont très intéressants en cette année 2020. Les gros matches vont s’enchainer mais on fait aussi ce métier pour ça, pour jouer contre des grosses équipes et jouer la C1. On sait qu’ils sont meilleurs que nous et favoris mais le football est ainsi fait que, sur un match, tout peut se passer. On va vendre très chèrement notre peau. On serait bien inspiré de revenir au moins avec un match nul de Paris. N’oublions pas que nous avons l'un des groupes les plus jeunes du championnat. C’est ce genre de match contre Paris qui va permettre à certains de grandir."
 
Moussa Dembélé

"Moussa (Dembélé) a un rendement très intéressant. Même Messi et Ronaldo ne marquent pas à tous les matches. Il est jeune et doit encore progresser mais il est très bien."
 
Karl Toko Ekambi

"Karl (Toko Ekambi) connait bien la Ligue 1, c’est un joueur qui parle français. On savait que le temps d’adaptation serait rapide. Il rentre dans les caractéristiques que l‘on cherchait. Il peut jouer aux trois postes de l’attaque. Il a déjà marqué à plusieurs reprises. Il répond pour l’instant totalement aux attentes. Il s’est vite intégré dans le groupe."
 
Rayan Cherki

"Rayan (Cherki) a été dynamique et est allé récupérer des ballons contre Amiens, ça fait plaisir. Quand on perd Memphis Depay et Jeff Reine-Adelaïde, ça fait de la place pour les jeunes derrière, donc, s’ils sont bons, c’est normal qu’ils puissent s’exprimer."

Jean-Michel Aulas

"Le président est plus qu’important dans le club, c’est très appréciable. Je suis ravi de l’entendre dire des choses positives sur moi, bien entendu. Il est toujours là pour protéger les joueurs et le staff. C’est toujours intéressant d’avoir quelqu’un qui n’est pas au quotidien avec le groupe mais qui sent les choses grâce à son expérience."

 


 

Lopes : « Il ne faut pas nous enterrer trop vite »

OL.fr

À deux jours du choc qui verra l'OL se déplacer au Parc des Princes pour y affronter le Paris Saint-Germain, le portier portugais s'est exprimé face à la presse.

Le match contre Amiens

« Nous sommes assez lucides sur notre performance. Il y avait des choses bien plus simples à réaliser sur le terrain. Nous savons que dimanche nous n’aurons pas beaucoup d’occasions et il faudra les mettre au fond. Contre Amiens, nous savons dans quel domaine nous avons pêché. Nous avons perdu deux points à la maison face à une équipe en position de relégable. Nous aussi nous sommes déçus de notre performance. Nous comprenons le ressenti des supporters, notamment au niveau comptable. La saison est encore longue, il y a beaucoup de beaux matches à jouer et nous ferons les comptes à l’issue du championnat. »

Le match contre le PSG

« Nous sommes dans une période où nous devons récupérer beaucoup de points pour atteindre nos objectifs de fin de saison. Il faudra bien aborder ce match, dès les vingt premières minutes. Il ne faudra pas leur rendre trop facilement le ballon, ça nous a porté préjudice par le passé. J’espère que nous aurons tous cette envie de faire tomber le PSG dans son stade. Ça nous permettrait déjà de prendre trois points mais, surtout, de relancer la machine avec un beau succès. Nous préparons ce match comme les autres. J’ai maintenant beaucoup d’expérience et je dois m’appuyer dessus, comme certains de mes coéquipiers. Nous avons parfois pris quelques valises, comme la saison dernière, et nous essayerons de faire mieux. Nous irons à Paris avec nos armes. Il faut s’inspirer des équipes qui sont allées les accrocher chez eux, mais il faudra aussi jouer comme nous savons le faire pour pouvoir ramener un ou plusieurs points. Le PSG est un rouleau compresseur mais si nous faisons le match parfait, nous pourrons ramener quelque chose. »

Rayan Cherki

« Il n’a que 16 ans. Il a besoin d’acquérir un maximum d’expérience, de beaucoup travailler à l’entraînement. Il doit continuer à être bon quand on fait appel à lui et doit prouver qu’il a les épaules pour se fondre dans cette équipe. Nous ne l’attendons pas comme un sauveur, même s’il a déjà prouvé sa valeur, comme à Nantes par exemple. Nous attendons beaucoup d’un joueur de ce talent mais il faudra lui laisser le temps de grandir. Nous connaissons sa qualité balle au pied, devant le but. Il deviendra un joueur important de ce club. À lui d’enchaîner et de continuer à faire preuve d’une belle mentalité. »

La fin du championnat

« Le podium sera toujours un objectif tant qu’il sera mathématiquement atteignable. Il reste beaucoup de journées, il ne faut pas nous enterrer trop vite. Ce sera à nous de montrer le vrai visage de l’Olympique Lyonnais, en enchaînant les victoires. Seul l’avenir nous dira si nous finissons sur le podium, mais nous mettrons tous les moyens en oeuvre pour y parvenir. Par le passé, nous avons souvent su remonter lors du sprint final. Aux cadres du groupe de motiver les autres pour finir fort et accrocher ce podium qui nous ouvrirait les portes de la Ligue des Champions. »

 

 

Last modified on vendredi, 07 février 2020 19:17