L'actu du Lundi 11 Mai

L'actu du Lundi 11 Mai

Le départ d'Aouar est acté

Maxifoot.fr

Houssem Aouar (21 ans, 37 matchs et 9 buts toutes compétitions cette saison) et l'Olympique Lyonnais, c'est bientôt fini ? Suivi par Manchester City, où Josep Guardiola n'a jamais caché son intérêt, mais aussi par la Juventus Turin, le Gone disposera d'un bon de sortie cet été, selon L'Equipe.

Le quotidien affirme que les dirigeants lyonnais ont acté le départ de leur milieu de terrain, sous contrat jusqu'en 2023. Ils espèrent obtenir environ 50 millions d'euros avec sa vente. Une somme qui pourra être réinvestie en partie sur le marché des transferts pour se renforcer.

En revanche, l'OL compte garder Bruno Guimaraes, dont le nom a circulé du côté de Barcelone ces dernières heures.

 


 

Abidal serait fixé pour le nouveau crack de l'OL !

Le10sport.com

Annoncé dans le viseur de Barcelone, après seulement quelques apparitions en Ligue 1, Bruno Guimarães devrait poursuivre l'aventure à Lyon.

Il n’aura pas mis longtemps avant de s’adapter au football européen. Recruté par l’OL en janvier dernier, après trois saisons à l'Athletico Paranaense, Bruno Guimarães dispose déjà d’une piste prestigieuse pour son avenir. Comme l’indique AS, le milieu de terrain de 22 ans aurait convaincu la direction du FC Barcelone. Les Blaugrana s’intéresseraient donc au profil de la recrue hivernale de Jean-Michel Aulas en tant que successeur de Sergio Busquets ou remplaçant d’Arthur Melo, en cas de transfert de l’international brésilien lors du mercato estival. Mais pas question pour l’OL de se séparer aussi rapidement de Guimarães.

À en croire les révélations de L'Équipe, l’OL commencerait à dessiner son effectif pour la prochaine saison. Alors qu’Houssem Aouar devrait quitter le club rhodanien d’ici quelques semaines, il n’en serait rien concernant Bruno Guimarães. Le quotidien sportif assure que le Brésilien sera le leader du "nouveau Lyon", lui qui formera une doublette avec Thiago Mendes, son compatriote, dans l’entrejeu. Les portes pour un éventuel départ de Guimarães, lié aux Gones jusqu'en 2024, cet été seraient donc fermées. Les dirigeants du FC Barcelone sont prévenus…

 


 

Aulas intéressé par M’Baye Niang ? La réponse !

Butfootballclub.fr

Alors que l’OM ferait les yeux doux à M’Baye Niang, Jean-Michel Aulas aurait bien l’intention de se positionner pour l’attaquant de Rennes et venir ainsi embêter le club phocéen.

La saison prochaine, l’OM disputera la Ligue des Champions. André Villas-Boas a ainsi été clair, il n’entend pas faire de la figuration et pour cela, il espère des recrues cet été. Malgré des moyens réduits, Andoni Zubizarreta s’activerait tout de même pour trouver du sang neuf et l’une des priorités mènerait à M’Baye Niang. Toutefois, l’OM serait loin d’être le seul pour l’attaquant de Rennes. En effet, dernièrement, Le 10 Sport vous révélait également un intérêt de l’OL. Sur les bords du Rhône, Niang pourrait ainsi débarquer pour remplacer Moussa Dembélé, possiblement sur le départ cet été.

Ce lundi, Le Phocéen se penche également sur le dossier M’Baye Niang confirmant alors l’intérêt de l’OL pour l’attaquant de Rennes. Toutefois, comme l’explique le média spécialisé, cet intérêt de Jean-Michel Aulas pour le Sénégalais pourrait bien être pour des raisons non-sportives. En effet, avec un secteur offensif très fourni, qui sera d’ailleurs renforcé par Tino Kadewere cet été, les Gones se seraient positionnés pour Niang uniquement dans l’objectif de venir embêter l’OM. La guerre entre les deux Olympiques se poursuivrait donc même loin des terrains…

 


 

Houllier : "Je suis à 150% avec Jean-Michel Aulas sur tout"

Europe1.fr

Le conseiller du président de l’Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas, Gérard Houllier était l’invité d’Europe 1 Sport, dimanche. L’ex-entraîneur de Liverpool est sur la même ligne et estime l’arrêt du championnat de Ligue 1 prématuré, que ce soit pour Lyon, septième, mais aussi pour Amiens, relégué en Ligue 2.

L’Olympique Lyonnais poursuit son entreprise de communication. Avec l’arrêt du championnat, prononcé par la Ligue de football professionnel le 30 avril dernier, Lyon se retrouve 7e et donc privé de compétition européenne. Ce que ne semble pas accepter le club rhodanien, qui n’a pas manqué une édition de la Coupe d’Europe (Ligue des champions ou Ligue Europa) depuis 24 ans. "Je suis à 150% avec Jean-Michel Aulas sur tout, mais je trouve qu'on a été hâtifs", regrette Gérard Houllier sur Europe 1.

"On ne peut pas dire ce qui va se passer dans 15 jours. Les Allemands reprennent, les Portugais vont reprendre… On avait jusqu’à la première semaine de de juin. On aurait même pu jouer du 15 juin jusqu’au 15 juillet. On aurait encore pu attendre, c’est tout", déplore l'ancien coach des Gones.

"Un sentiment d’injustice"

Gérard Houllier reproche en partie cette décision au gouvernement qui, selon lui, a presque été prise sur un coup de tête. "Moi-même j’étais étonné, les pouvoirs publics n’ont jamais évoqué le sport dans toutes les interventions. Ce n’est qu’à la dernière intervention d'Édouard Philippe qu’on a dit 'les manifestations sportives sont évidemment finies'."

"Je pense que le sport représente énormément pour un pays, pour tous les pays", poursuit Gérard Houllier sur Europe 1. "Quand on va gagner une Coupe du monde, cela a un retentissement mondial, je crois qu’on aurait pu avoir une réflexion plus pesée, plus lente. En fait, on est guidés par ce qu’il se passe sur le plan sanitaire (sic), peut-être que les Anglais ne pourront pas reprendre, peut-être que les Italiens non plus, mais au moins ils auront attendu jusqu’au bout."

Le bras droit de Jean-Michel Aulas a aussi une pensée pour Amiens, relégué en Ligue 2 avec Toulouse. "Il y a un sentiment d’injustice si vous voulez, il y a eu différentes formules amenées, où je me mets à la place d’un club comme Amiens, c’est dur !", avoue Gérard Houllier. "Ils ont l’habitude de finir le championnat très, très fort, ils ont joué deux fois le PSG, deux fois Lyon, deux fois Marseille, ils avaient joué tous les gros, ils vont se retrouver en L2 alors qu’il y a 30 points à prendre."

Favorable à une Ligue 1 à 22 clubs

Le vainqueur de la Coupe de l’UEFA avec les Reds de Liverpool en 2001 est du même avis qu’Antoine Kombouaré, favorable à une Ligue 1 à 22 clubs, ce qui n’est pourtant pas prévu dans les textes. "Il n'y a plus de coupe de la Ligue, il y a donc cinq dates supplémentaires, ça arrangerait tout le monde, même avec quatre descentes, ce serait plus juste", estime-t-il.

Gérard Houllier concède à demi-mot que la décision d’arrêter le championnat à la 28e journée est la moins mauvaise :"À dix journées de la fin, c’était le classement qui correspondait à la valeur des équipes, et surtout au football qu’ils ont pratiqués. De toute façon, il n’y pas de solutions idéales. La seule chose, c’est que ça me semble injuste à partir du moment où il y a 30 points à jouer."

Le bras droit de Jean-Michel Aulas pense surtout à l’été prochain, si la Ligue des champions venait à continuer. l'UEFA envisage la poursuite de la C1 au mois d'août. Lyon et le PSG sont  toujours engagés en quarts de finale.

Réunion décisive le 27 mai

"Les clubs français actuellement auraient fait cinq mois d’entraînement individuel, un mois d’entraînement collectif si tout se passe bien en juillet, et ensuite ils joueront une compétition six mois sans jouer, que ce soit Paris ou Lyon, c’est un handicap énorme", se désole Houllier sur Europe 1.

"L’UEFA a une réunion le 27 mai qui est décisive et qui va dépendre de ce qu’il se passe en Angleterre, en Italie ou en Espagne. Si ça ne reprend pas, la Champion’s League sera morte." Lyon peut-il remettre en cause la tenue du match, si la Juventus par exemple a pu reprendre la Serie A italienne ? "Ce sera handicapant surtout s’il l’adversaire aura repris, on n’aura pas le choix. On navigue à vue." Lyon est censé disputé son quart de finale retour le 7 août prochain, à Turin.

 


 

Aulas répond à Caiazzo avec un gros coup de pression

Butfootballclub.fr

Alors que Bernard Caiazzo avait évoqué Jean-Michel Aulas plus tôt dans la journée, le président de l’OL a vite répliqué.

Dans la période actuelle où Jean-Michel Aulas est d’une grande réactivité pour réagir sur les sujets chauds, Bernard Caiazzo a pris un risque. Le président du conseil de surveillance de l’ASSE avait invité Jean-Michel Aulas à calmer ses ardeurs en acceptant les décisions prises pour la fin du championnat.

Une position qui n’a évidemment pas plus au patron de l’OL. Sur son compte Twitter, le président lyonnais n’a pas manqué de pointer du doigt les trois présidents ayant pris la parole pour Première Ligue dans la mesure où l’arrêt du championnat est plutôt avantageux pour eux. Par ailleurs, Aulas a mis un gros coup de pression au dirigeant stéphanois.

« Que Bernard Caiazzo, comme Loïc Féry ou encore Nicolas Holveck confirment que la décision d’arrêter le championnat leur convienne est normal, ils sont parmi les premiers bénéficiaires. L’Asse reste en L1, Lorient remonte en L1 et Rennes joue le tour préliminaire. Oui, pour l’ASSE c’est mieux mais l’arrêt va mettre en difficulté économique tous les clubs et le président de Première Ligue devra assumer une grosse responsabilité devant l’histoire avant le 30/06/2021 : tout le monde s’en souviendra je pense », a asséné Aulas.

 


 

Holveck recadre Jean-Michel Aulas

Footmercato.net

Depuis l'officialisation de l'arrêt de la saison en Ligue 1 (en en Ligue 2) par la LFP et le choix d'acter le classement final selon un système de quotients, les réactions sont diverses et variées. Il y a évidemment les heureux et les malheureux, dont le plus actif est sans aucun doute Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, qui a terminé 7e du Championnat de France. Les Gones ne disputeront en effet pas de Coupe d'Europe la saison prochaine, à moins qu'ils ne remportent l'édition de Ligue des Champions en cours ou qu'ils ne triomphent du PSG en finale de la Coupe de la Ligue (si elle se joue). JMA croit encore à une reprise de la saison et n'a de cesse de le faire savoir à la LFP et aux acteurs du foot français. Ce qui a de quoi agacer Nicolas Holveck, le président du Stade Rennais.

«Aujourd'hui, ce n’est même plus un débat, la situation est très claire, il y a 19 clubs qui ont admis la décision de l’Etat, quand bien même on ne peut l’admettre, on ne peut que la constater et mettre en œuvre pour arrêter le championnat. Encore une fois, cette décision émane du président de la République. On est républicains et on accepte la décision du président, ce n’est plus la peine d’en parler», a ainsi lâché le successeur d'Olivier Létang dans les rangs du 3e de Ligue 1 au micro d'Europe 1. Après Bernard Caïazzo (ASSE), un autre président de club membre du syndicat Première Ligue en a donc remis une couche sur ce sujet fâcheux dans l'Hexagone. Pas sûr que cela refroidisse pour autant Jean-Michel Aulas.

 


 

Herrera au soutien de Jean-Michel Aulas

Lequipe.fr

Le milieu de terrain espagnol du PSG Ander Herrera a expliqué être d'accord avec le président de l'OL, regrettant l'arrêt prématuré de la saison sur la Cadena Cope.

Jean-Michel Aulas bataille depuis plusieurs jours contre la décision prise par la LFP d'arrêter définitivement la saison de Ligue 1. Il a trouvé un allié inattendu : Ander Herrera, le milieu de terrain espagnol du PSG ! Dans une interview accordée à Cadena Cope, dans l'émission « Tiempo de Juego », le joueur a avoué sa frustration de ne pas achever le Championnat.

« J'aime gagner sur le terrain, parce que gagner comme de cette façon, ça vous rend triste », a confié, selon Marca, Herrera, qui a aussi reconnu être « d'accord avec Aulas » sur le sujet. Très en verve, l'ancien joueur de Manchester United, interrogé sur ses coéquipiers Kylian Mbappé et Neymar, a offert un autre commentaire remarqué à leur sujet. « Si je devais parier un café sur le fait qu'ils restent à Paris, je le ferais », a-t-il expliqué. Puis il a ajouté : « Tout indique que s'ils partent, il y en a un qui ira au Real Madrid et l'autre au Barça, mais moi je veux qu'ils restent avec moi. »

Régulièrement, les médias espagnols évoquent l'intérêt des deux plus gros clubs de Liga pour Le Français, qui serait très convoité par le Real en vue du mercato 2021. De son côté, la presse catalane multiplie les unes concernant un retour du Brésilien au Barça.

 


 

Lyon tire le signal d'alarme financier, c'est grave

Foot01.com

L'Olympique Lyonnais n'échappe pas à la crise financière provoquée par le Covid19 et OL Groupe pousse le curseur des aides un peu plus loin pour s'en sortir.

Jean-Michel Aulas a beau avoir un business model solide, le président de l’Olympique Lyonnais n’avait pas vu venir la crise sanitaire et ses effets dévastateurs sur le plan économique. Et pour pouvoir se sortir sans trop de dégâts de ce cataclysme, l’OL doit utiliser l’ensemble des leviers mis en place par l’Etat pour aider les entreprises, et donc les clubs de football. Ainsi, ce lundi Le Progrès annonce qu’une grosse partie des 500 salariés de l’Olympique Lyonnais reste au chômage partiel, tandis que l’OL a demandé 90ME et non plus 77ME de prêt garantie par l’Etat (PGE) tout en espérant aussi profiter d’une part du PGE que la Ligue de Football Professionnel a négocié de son côté.

S’exprimant dans le quotidien régional, Jean-Michel Aulas ne cache pas qu’il attend plus des autorités. « Comme le stade est malheureusement fermé, tous les gens qui sont concernés par l’activité foot restent en effet au chômage partiel. Ceux en télétravail vont continuer pour l’essentiel. Et tous ceux qui peuvent revenir, dont le président, vont le faire. On a fait des travaux pour les open spaces, tous les gens qui viennent sont testés. On va redémarrer avec le maximum de protection pour créer une dynamique indispensable au pays (...) On a demandé le prêt garanti par l’Etat, et si on peut bénéficier du PGE de la Ligue, on le demandera car la situation est très grave compte tenu de l’arrêt des compétitions. Ce ne sont pourtant pas des prêts qui vont sauver le foot français, mais des subventions d’exploitation. Il faut réclamer des aides sectorielles, comme l’aviation, le tourisme, l’événementiel… Le prêt va permettre de passer l’échéance de mai juin », confie le président de l’Olympique Lyonnais.


 

Aulas « impopulaire » ? Une pure invention... selon Aulas

Foot01.com

Le président de l'Olympique Lyonnais ne lâche rien depuis le début du confinement, de quoi lui valoir de sévères attaques. Mais Jean-Michel Aulas ne voit rien de bien méchant.

Même si l’on fait exception des réseaux sociaux, où la courtoisie et la politesse ne sont pas réellement la norme habituelle, Jean-Michel Aulas ne s’est pas fait que des amis depuis le début de l’épidémie de Covid19. Le président de l’Olympique Lyonnais semble être obsédé par la situation de l’OL, au point même d’oublier que cette situation était exceptionnelle et dans une période qui marquera l’histoire sanitaire de la planète l'intérêt est à la santé et pas tellement à forcer la main aux autorités sportives. Mais, quand sur RTL Denis Balbir l’a directement questionné sur la dégradation de son image auprès du grand public, Jean-Michel Aulas estime que c’est une pure invention.

Pour le patron de Lyon, son image n’a pas souffert de ses prises de position, sauf auprès de ceux qui sont les grands gagnants de la décision de la Ligue de Football Professionnel et qui généralement ne sont pas totalement ses plus grands fans, suivez mon regard. « Je n’ai pas le sentiment d’être impopulaire, je suis submergé par les contacts, les mails. Mais je comprends que cela peut agacer, surtout ceux à qui ces décisions iniques profitent. Ces décisions condamnent le football français à avoir un déficit, j’exprime seulement le fait qu’il fallait attendre le 25 mai pour prendre une décision. Si l’OL avait été deuxième évidemment que j’aurais fait la même chose… », a expliqué, sur la première radio de France, Jean-Michel Aulas.

 


 

Aulas prêt à faire des annonces fortes ?

Butfootballclub.fr

Le départ de Florian Maurice au Stade Rennais et son remplacement par Bruno Cheyrou pourraient être officialisés ces prochains jours à l’OL.

C’est un secret de Polichinelle à l’OL : Florian Maurice, le responsable du recrutement, devrait quitter le club. L’ancien attaquant est attendu au Stade Rennais, et pour lui succéder, le choix des dirigeants rhodaniens se serait porté sur Bruno Cheyrou, l’ancien lillois, aujourd’hui consultant TV.

Rien n’a encore été officialisé mais ce pourrait être pour bientôt à en croire ce qu’a dit Jean-Michel Aulas sur les réseaux sociaux, relayé par OL+ : « Il y a eu des contacts avec Juninho et Gérard Houllier. Je pense qu’on sera prêt à annoncer un certain nombre de choses dès lors que nous aurons des confirmations, sur le départ, comme sur les arrivées(…)RdV au 15/06 au plus tard, et même si possible fin mai ».

 


 

Un 4-3-3 avec Thiago Mendes, Guimaraes et Reine-Adelaïde l'année prochaine ?

Foot01.com

Non-qualifié pour les compétitions européennes la saison prochaine sauf s’il gagne la Coupe de la Ligue, ou la Ligue des Champions, l’OL s’apprête à vivre un mercato extrêmement agité cet été.

Et pour cause, de nombreux joueurs risquent de vouloir quitter le navire, sans Ligue des Champions ni même Ligue Europa pour se consoler la saison prochaine. Memphis Depay a d’ores et déjà prévenu Jean-Michel Aulas qu’il réfléchissait à la possibilité de partir tandis que le départ d’Houssem Aouar est déjà acté en interne. Quant à Moussa Dembélé, il dispose d’une cote énorme en Angleterre et en Italie, ce qui ne garantie pas non plus sa présence dans l’effectif de Rudi Garcia la saison prochaine. Autrement dit, c’est une grande lessive qui attend l’Olympique Lyonnais lors du prochain mercato. Et selon les informations de L’Equipe, seuls deux joueurs sont certains à 100 % de rester au club.


Reine-Adelaïde et Guimaraes au cœur du projet


Il s’agit de Bruno Guimaraes et de Jeff Reine-Adelaïde. Le premier cité a rejoint l’OL en janvier dernier et s’est déjà imposé comme le patron du milieu de terrain des Gones. Dans le viseur de Barcelone selon la presse espagnole, il est certain de poursuivre au minimum un an de plus à Lyon, même sans coupe d’Europe. Quant à « JRA », son début de saison était extrêmement prometteur mais l’ancien Angevin a été coupé dans son élan par une rupture des ligaments croisés le 15 décembre dernier au Groupama Stadium. Dans l’esprit de Rudi Garcia, l’OL s’articulera en 4-3-3 la saison prochaine avec un milieu composé de Reine-Adelaïde, de Guimaraes et probablement de Thiago Mendes. Voilà un premier indice sur le prochain mercato des Gones, qui enregistrera à l’issue de la saison sportive le départ de Lucas Tousart au Hertha Berlin et la venue de Tino Kadewere en provenance du Havre.

 


 

Ca se bouscule pour Bertrand Traoré

Footmercato.net

Sous contrat jusqu'en 2022 avec l'Olympique Lyonnais, Bertrand Traoré pourrait bien changer d'air cet été. Plusieurs clubs sont déjà venus aux nouvelles.

Cela aurait pu être une histoire remplie de succès, mais depuis son arrivée à l'Olympique Lyonnais en 2017, Bertrand Traoré n'a pas su devenir un incontournable. Apprécié pour sa capacité à débloquer un match, mais critiqué pour son manque d'impact défensif, il n'a jamais fait l'unanimité chez les supporters lyonnais par exemple.

Pourtant, le joueur garde une très belle cote sur le marché des transferts, et ce depuis toujours. Everton s'était notamment penché sur lui l'été dernier. La prochaine période estivale pourrait bien être celle du départ pour le Burkinabé âgé de 24 ans, qui avait été titularisé à 14 reprises cette saison en Ligue 1. En effet, selon nos informations, plusieurs clubs sont venus aux renseignements ces dernières semaines.


Des intérêts de plusieurs pays


On trouve plusieurs formations espagnoles, dont le Betis Séville, actuel club de Nabil Fekir, ex-coéquipier à l'OL. Mais aussi une écurie allemande, le Bayer Leverkusen, et encore plus intéressant au regard du rachat en cours, Newcastle. La Premier League n'a pas oublié un joueur qui n'a jamais vraiment eu sa chance à Chelsea et dans leur quête de recrues estivales, les Magpies pourraient bien passer à l'action.

Traoré, lui, est à l'écoute des propositions. Il sait que l'OL dispose d'un secteur offensif assez chargé et il ne veut pas être considéré comme une solution de secours, ce qu'il était devenu depuis l'arrivée de Rudi Garcia sur le banc de touche. Dès lors, un départ est envisageable. Reste à savoir où.

 

 

 

Last modified on lundi, 11 mai 2020 19:17