L'actu du Jeudi 14 Mai

L'actu du Jeudi 14 Mai

Voir aussi... L'actu du Mercredi 13 Mai

Samuel Gigot (Spartak Moscou) plaît aussi à l'OL

Lequipe.fr

L'OL s'intéresse de près au défenseur central de 26 ans, qui évolue en Russie depuis 2018.

Déjà tourné vers la préparation de la saison prochaine, l'Olympique Lyonnais a fait du recrutement d'un défenseur central une priorité. Plusieurs profils ont déjà été étudiés par les dirigeants lyonnais. Ces derniers jours, ils se sont notamment penchés sur la situation du Français Samuel Gigot (26 ans), sous contrat jusqu'en juin 2022 avec le Spartak Moscou. Son profil plairait fortement aux décideurs rhodaniens qui pourraient en faire leur priorité.

 


 

L'arrivée de Bruno Cheyrou bientôt officialisée

Footmercato.net

Bruno Cheyrou sera bien la première recrue de l'Olympique Lyonnais cet été. Annoncé comme le futur successeur de Florian Maurice à la cellule de recrutement lyonnaise, le futur-ex directeur sportif de la section féminine du PSG vit bien ses derniers jours au sein du club parisien. Selon les informations du Parisien, l'OL va officialiser son arrivée avant la fin de la semaine.

Une belle promotion pour Cheyrou dont la collaboration avec Juninho sera scrutée de très près dans le Rhône. La venue de Bruno Cheyrou à Lyon actée, Florian Maurice va pouvoir s'engager au Stade Rennais pour prendre en charge le sportif. Au PSG, c'est Leonardo qui gère les affaires courantes chez les féminines jusqu'à la nomination d'un nouveau directeur sportif.

 


 

L'Equipe révèle un arrangement pour exclure l'OL des coupes Europe

Lequipe via Twittrer

 


 

Aulas charge le gouvernement dans un courrier adressé aux parlementaires

Footmercato.net

La décision de la LFP ne passe toujours pas auprès de Jean-Michel Aulas. Et le président de l'Olympique Lyonnais, qui a accordé de nombreuses interviews depuis le 30 avril, a cette fois-ci envoyé un courrier aux parlementaires. Une lettre dans laquelle le boss des Gones s'en prend directement au gouvernement et à la Ministre des Sports.

La décision de la Ligue de Football Professionnel fait toujours parler. Le 30 avril dernier, le Conseil d'administration de la LFP a tranché et la Ligue a donc mis officiellement fin à la saison 2019-2020 de Ligue 1, mais aussi de Ligue 2. Pour déterminer le classement, un système de quotients a été choisi tout en s'arrêtant à la 28e journée. Du coup, l'Olympique de Marseille et le Stade Rennais, deuxième et troisième, verront par exemple la Ligue des Champions dans quelques mois. Mais il n'y a pas que des heureux.

Avec ce choix, la LFP s'est attirée les foudres de plusieurs clubs, dont l'Olympique Lyonnais. Septième de Ligue 1, le club rhodanien ne disputera aucune coupe d'Europe lors de l'exercice 2020-2021, sauf si la finale de Coupe de la Ligue BKT contre le PSG se joue en août (et si l'OL la gagne, il jouera la Ligue Europa). Mais pour le moment, le président des Gones, Jean-Michel Aulas, tente tout pour que la LFP revienne sur sa décision. Sorties médiatiques, communiqués... JMA a utilisé plusieurs moyens pour se faire entendre, en vain pour le moment. Mais le boss de l'OL a opté pour une autre solution dernièrement.

JMA s'adresse directement à la Ministre des Sports

D'après les informations du Parisien, Jean-Michel Aulas a tout simplement envoyé une lettre aux sénateurs et députés pour tenter de se faire entendre. Et dans celle-ci, le président de l'Olympique Lyonnais a décidé d'utiliser des mots forts. L'homme d'affaires âgé de 71 ans a par exemple directement chargé la Ministre des Sports, Roxana Maracineanu : « par ailleurs, Madame la ministre des Sports a annoncé que si elle avait eu 3 ou 4 propositions sur la table différentes et bien voilà on aurait peut-être acté les choses différemment. Or, je me permets de vous rappeler qu'il existait d'autres scénarios permettant de redémarrer début août notamment via un système de play-offs. »

Et comme dimanche dans le communiqué du club, Jean-Michel Aulas affirme qu'il y a encore du temps pour faire marche arrière : «je pense qu'on est actuellement dans une mauvaise direction mais ce n'est peut-être pas trop tard pour essayer d'imaginer, au regard de ce qui se passe partout en Europe, quelque chose qui soit cohérent tant sur le plan politique que sanitaire et sportif.» Avec la reprise de la Bundesliga ce week-end et les dernières bonnes nouvelles en Italie, Jean-Michel Aulas a ensuite utilisé de nombreux exemples de nos voisins pour appuyer ses propos. Mais ce n'est pas tout.

«Il est toujours possible de revenir sur sa position»

Car dans quelques jours, le gouvernement va prendre de nouvelles mesures concernant le déconfinement et la lutte contre le Covid-19. Et pour Jean-Michel Aulas, il va falloir que tout le monde fasse attention à ça : «si ce texte est adopté, dès lors qu'une ordonnance interviendrait, il conviendra de se prononcer sur sa conformité à la Constitution et à la Convention européenne des droits de l'homme qui n'autorisent de telles validations que s'il est possible de faire état de raisons impérieuses d'intérêt général.»

«Je vous propose que vous puissiez solliciter Madame la ministre des Sports sur le fait qu'il est toujours possible de revenir sur sa position pour terminer la saison dans les semaines à venir et se laisser du temps pour décider définitivement selon l'évolution de la situation sanitaire», conclut Jean-Michel Aulas dans sa lettre. Après avoir multiplié les interviews, le président de l'OL tente donc autre chose avec ce courrier. Reste désormais à savoir si tout ça sera payant.

 


 

Kalulu, le cas qui stresse l'OL

Lequipe.fr


 


 

« La messe est dite pour ceux que ça arrange mais elle n’est pas honnête » pour Michel Seydoux   

Lavoixdunord.fr

L’ancien président lillois (2002-2016), membre du conseil d’administration et du bureau de la Ligue de football professionnel pendant de nombreuses années, ne comprend pas la décision de mettre un terme aux championnats de Ligue 1 et de Ligue 2.

– La LFP a-t-elle pris sa décision de mettre un terme au championnat trop vite ?

« Depuis le début, tout en privilégiant la santé de tous, des joueurs et des spectateurs, j’ai toujours dit qu’on ne pouvait pas arrêter un championnat en cours. On a un problème sur la justice des places acquises. C’est une décision qui a été prise trop hâtivement. Qu’on ne puisse plus jouer au football en France avant le mois de septembre : oui, ça, c’est probablement une vérité. Mais nous sommes un grand championnat, avec de belles équipes, de nouveaux investisseurs, beaucoup de suspense. Vous ne pouvez pas dire aux deux-tiers de la série : «J’arrête tout». Ce n’est pas possible. »

– Que fallait-il faire ? Patienter davantage ?

« On suspend tout et on regarde ce que font les autres. A priori les Coupes d’Europe vont reprendre. Donc les clubs qui vont reprendre leur championnat ne seront pas au même niveau physique que les clubs qui n’auront pas repris. Je partage l’opinion de M. Aulas parce que Lyon, Lille, Amiens et d’autres sont particulièrement lésés dans cette affaire. La Ligue s’est prise pour un gendarme. Quand je vois Caïazzo (président de Saint-Étienne) dire que la messe est finie, je ne suis pas d’accord. Parce que lui il aurait peut-être pu descendre en deuxième division. C’est ça qui fait le suspense. La messe est dite pour ceux que ça arrange mais elle n’est pas honnête. C’est une messe qui est truquée. »

– Peut-on encore faire machine arrière ?

« Si l’UEFA ne demande pas l’arrêt du championnat, il n’y a pas de raison qu’on ne puisse pas faire machine arrière. Mais c’est très compliqué. On sent que les instances n’ont pas géré la crise. On prend des décisions parce que le Premier ministre a prononcé une phrase qui est probablement un peu maladroite. Mais je suis certain qu’il n’a jamais entendu dire qu’on bloquait le championnat avec tel ou tel calcul pour le positionnement des places. Parce que c’est ça qui est injuste. Amiens, c’est scandaleux. Et ceux qui montent, devaient-ils monter ? Je n’en sais rien moi. Je suis ravi que Lens soit en première division mais il ne l’a pas gagné. Pour moi, tout ce qu’on gagne, c’est une médaille en chocolat. »

– Donc on peut encore faire ce que réclame M. Aulas ?

« On peut critiquer M. Aulas et je sais qu’il n’attire pas toutes les sympathies sur lui. Mais M. Aulas est quelqu’un qui travaille vraiment ses dossiers et qui est très fort sur les parties juridiques. Si M. Aulas se bat, ce n’est pas contre des moulins. Maintenant, moi, je n’ai pas les dossiers, je ne suis plus aux affaires. »

– L’arrêt de notre championnat peut-il avoir des conséquences à moyen terme ?

« Évidemment. Ça fout en l’air beaucoup de choses. Qui nous dit qu’il n’y aura pas d’autres pandémies, d’autres drames ? Personne. À chaque fois qu’il y a un problème et que pour une raison ou pour une autre on arrête le foot, les diffuseurs vont dire «Ben moi je ne paie plus». Et puis, pourquoi suivrait-on ce championnat alors qu’on n’est pas sûr d’avoir la fin des épisodes ? Moi quand je regarde un feuilleton, j’aime bien voir le dernier épisode. La solution que je trouve la plus intelligente, c’est de revenir au football calendaire. On termine tranquillement les coupes européennes et les championnats au quatrième trimestre et l’année prochaine on redémarre un championnat. Mais pourquoi ne veulent-ils pas de ça ? Parce qu’ils attendent les milliards de Mediapro. »

– Mais il faudrait un consensus européen pour ça…

« Je suis un immense optimiste. C’est une occasion unique qui nous est proposée. Avec ce drame, créons quelque chose de nouveau. Qu’on en profite pour réfléchir sur nos abus et nos mauvaises habitudes. Pourvu que ça ne recommence pas comme avant. »

 


 

Une recrue d’expérience pour contenter Rudi Garcia ?

Butfootballclub.fr

Alors que l’OL doit se pencher sur ses prochains renforts, une piste serait activée pour voir débarquer un défenseur central.

Même si l’OL fait surtout l’actualité, ces derniers jours, par son président Jean-Michel Aulas et ses nombreux griefs, la question sportive reste également importante. Les Gones doivent préparer un Mercato où quelques renforts sont attendus.

Que l’OL soit européen ou non, des arrivées sont espérées notamment dans le domaine défensif avec un joueur axial. Si l’on en croit l’insider Mohamed Toubache-Ter, une piste concrète mènerait à l’international algérien Djamel Benlamri.

Le défenseur central d’Al Shabab, en Arabie Saoudite, n’a plu qu’un an de contrat avec son club. Evoqué sur le départ ces derniers temps, Benlamri aurait toutefois affirmé lors d’un live Instagram son envie de rester dans son club actuel. Reste à voir si l’OL sera assez convaincant pour donner au défenseur de 30 ans l’envie de découvrir un nouveau challenge.

 


 

La grosse surprise, Arsenal se pointe pour Bruno Guimaraes !

Foot01.com

Dans son édition de lundi, le journal L’Equipe affirmait que plusieurs joueurs importants de l’OL étaient susceptibles de partir, mais certainement pas Bruno Guimaraes.

A peine recruté en provenance de l’Athletico Paranaense pour 20 ME, l’international espoir brésilien représente l’avenir de l’Olympique Lyonnais aux yeux de Juninho, à l’origine de ce transfert. Néanmoins, et malgré la volonté très ferme des Gones de conserver le joueur, ce dernier attire de nombreuses convoitises dans l’optique du mercato. Il y a quelques jours, l’intérêt du FC Barcelone était notamment évoqué en cas de départ de Vidal, de Rakitic ou d’Artur. Ce mercredi, un autre cador européen est associé à Bruno Guimaraes. Et c’est encore plus surprenant puisqu’il s’agit d’Arsenal, qui ne sera pas qualifié en coupe d’Europe la saison prochaine.

A en croire les informations obtenues par le média TodoFichajes, Mikel Arteta apprécie tout particulièrement le profil de Bruno Guimaraes, un véritable milieu défensif très à l’aise techniquement, capable d’amorcer les relances de son équipe. Les Gunners, qui visent également Thomas Partey, souhaitent frapper plusieurs gros coups sur le marché des transferts afin de satisfaire l’appétit de leur nouvel entraîneur et pour cela, ils sont visiblement prêts à dépenser beaucoup d’argent. Reste à voir s’ils ont une infime chance dans le dossier Bruno Guimaraes, ce qui ne semble pas être le cas à première vue. Car si l’OL paraît enclin à sacrifier des joueurs comme Houssem Aouar, Moussa Dembélé ou encore Memphis Depay, il n’en est pas de même pour le Brésilien. Dans ses colonnes lundi, le journal L’Equipe dévoilait par ailleurs que Rudi Garcia a l’intention d’articuler son équipe autour de Guimaraes, de Reine-Adelaïde et de Thiago Mendes la saison prochaine.

 


 

L’OL pense à Bensebaini

Le10sport.com

Auteur d’une superbe saison en Bundesliga, Ramy Bensebaini s’éclate avec le Borussia M’Gladbach. Et l’ancien rennais se retrouve sur les tablettes de l’OL…

Après plusieurs départs manqués, Ramy Bensebaini a fini par saisir l’opportunité de rejoindre le Borussia M’Gladbach. Contre un chèque de 8 millions d’euros, le défenseur algérien a quitté le Stade Rennais pour la Bundesliga. Un choix totalement gagnant puisqu’en l’espace de quelques mois, Bensebaini est devenu l’une des révélations de la saison 2019-2020. Avec 4 buts et 1 passe décisive, il est considéré comme l’un des meilleurs latéraux gauche du championnat. Quatrième de Bundesliga, l’ancien rennais se prend à rêver d’une qualification en Ligue des Champions. Des prestations qui ne laissent bien évidemment pas insensibles, en Allemagne comme en Europe. Et même en France…


Le profil parfait pour Lyon


Selon nos informations, Ramy Bensebaini serait effectivement dans les petits papiers de l’Olympique Lyonnais. Son nom aurait récemment été cité dans la perspective du prochain mercato estival. Latéral gauche, capable d’évoluer dans l’axe de la défense, l’Algérien dispose du profil parfait pour les Gones. Rudi Garcia souhaite en effet l’arrivée d’un nouveau renfort pour l’axe central. Le journal L’Équipe a évoqué différentes pistes : Aïssa Mandi (Bétis Séville), Merih Demiral (Juventus), Robson Bambu (Athletico Paranaense) ou encore Marash Kumbulla (Hellas Vérone). Avec Ramy Bensebaini, Garcia aurait la possibilité d’avoir une option dans sa charnière mais également un latéral pour son côté gauche, où Youssouf Koné est à la peine quand Marçal, dont le contrat expire en juin 2021, n’est pas certain de rester.
 
S’il est plus que prématuré pour parler d’une possible arrivée à Lyon, Ramy Bensebaini est aujourd’hui un nom de la short-list lyonnaise pour cet été. Récemment interrogé sur son avenir, l’Algérien a évoqué son plus grand rêve. Et ce n’est pas Lyon : « Certes, je me sens bien en Allemagne. Je joue régulièrement avec mon club et je ne pense pas à mon avenir mais si j’avais la possibilité de changer d’air dans les prochaines années, je choisirais la Premier League. Comme tout le monde le sait, je suis un grand fan de Manchester United. C’est un rêve pour moi d’évoluer dans ce club ».

 


 

La Juventus veut piller Lyon, une revanche au mercato ?

Foot01.com

A la recherche d’un défenseur central afin d’épauler Jason Denayer la saison prochaine, l’OL explore plusieurs pistes au mercato.

La semaine dernière, le journal L’Equipe a dévoilé la liste des défenseurs ciblés par l’Olympique Lyonnais. Une liste dans laquelle on ne retrouve pas Benoit Badiashile selon le quotidien, qui dément donc les informations de TF1 à ce sujet. En revanche, le journal est convaincu de l’intérêt de l’OL pour Merih Demiral, le solide défenseur turc de la Juventus Turin. Très bon à chaque apparition chez les Bianconeri, l’ancien pilier de Sassuolo souffre néanmoins de la concurrence à la Juve, où il n’a disputé que 7 matchs toutes compétitions confondues depuis le début de la saison.

L’occasion est donc parfaite pour Lyon, qui souhaite relancer ce taulier de la sélection turque. Toutefois, il ne sera pas simple de boucler le transfert du joueur de 22 ans, à en croire les informations obtenues par Tuttosport. Et pour cause, la Juventus Turin considère Merih Demiral comme son défenseur de demain, alors que Gorgio Chiellini ou encore Leandro Bonucci ne sont plus tout jeunes. Dans certains médias italiens, un hypothétique échange avec Houssem Aouar, qui intéresse la Juventus Turin, a été évoqué. Mais cette piste est hautement improbable, Lyon ayant avant tout la volonté de récupérer du cash grâce au transfert de son milieu de terrain en cette période de crise sanitaire impactant durement les finances de chaque club de Ligue 1. Les discussions risquent donc d'être tendues, mais il ne fait aucun doute que l'OL cherche son futur défenseur centrale, et qu'un joueur du profil de Demiral fait saliver les recruteurs rhodaniens.

 


 

Gourcuff soutient Aulas et dénonce la suspension définitive de la Ligue

Topmercato.com

L'entraîneur du FC Nantes, Christian Gourcuff, a profité d'une interview accordée sur le site internet du club de Loire-Atlantique pour donner son opinion sur l'arrêt de la saison 2019-2020 de Ligue 1.

Le technicien des Canaris est allé dans le sens du président de l'Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, en regrettant une décision survenue "assez soudainement". Le coach de 65 ans poursuit dans ce sens : "Je pense qu'il était nécessaire qu'on se donne le temps, qu'on gèle les choses tant que la situation sanitaire n'était pas satisfaisante. Après, dans le football, nous vivons dans des conditions très privilégiées donc nous aurions pu patienter davantage pour terminer la saison en cours. Personnellement, c'est une aberration totale de ne pas avoir été au bout de l'exercice en cours."

Christian Gourcuff était prêt à accepter d'"achever la saison à l'automne pour repartir sur un championnat basé sur l'année civile" et déplore "cette fin de saison anticipée". Non sans avoir un mot pour les Amiénois, 19es et donc relégués et "totalement lésés" par ce couperet. L'ancien entraîneur de Rennes insiste en parlant d'une "stupéfaction sur les décisions sportives" et en fustigeant les instances. "Elles se doivent d'avoir une certaine hauteur de vue qu'elles n'ont pas eu. Le football est lié à un contexte international et l'UEFA par exemple, n'a pas du tout été à la hauteur, notamment sur les sorts des différents championnats."

 


 

Gigot aura du mal à recaler Lyon au mercato

Foot01.com

Dans l’ombre des déclarations quotidiennes de Jean-Michel Aulas, l’Olympique Lyonnais prépare son mercato estival avec une priorité bien définie.

Pour les dirigeants rhodaniens, il est clair que le recrutement d’un défenseur central est prioritaire. Depuis une semaine, les noms se succèdent dans la presse de Benoît Badiashile à Robson Bambu en passant par Merih Demiral. Ce jeudi, c’est un défenseur peu connu du public français qui est annoncé dans le viseur de l’Olympique Lyonnais par le journal L’Equipe puisqu’il s’agit de Samuel Gigot, un Français de 26 ans évoluant au Spartak Moscou, où il est clairement le taulier de la défense. A en croire le quotidien national, le profil du défenseur tricolore plairait fortement aux décideurs rhodaniens, lesquels pourraient rapidement faire de Gigot leur priorité n°1 au mercato.

Assurément, l’OL aura une chance dans ce dossier puisque dans une interview accordée à Goal il y a tout juste deux semaines, Samuel Gigot ouvrait la porte à un transfert en Ligue 1. « Moi je suis vraiment quelqu’un qui vit au jour le jour. J’ai toujours été comme ça, car ça va tellement vite dans le football, d’un côté comme de l’autre. Mais c’est sûr que si j’ai une opportunité, j’y réfléchirai, c’est certain. Surtout, je pense que quand vous êtes européen vous rêvez de jouer dans l’un des meilleurs championnats du continent. Mais bon, j’essaye déjà de donner le maximum sur le terrain pour être le meilleur possible. Si j’ai la possibilité de connaitre la Ligue 1, oui pourquoi pas. C’est normal quand vous êtes Français. J’ai toujours bougé à l’étranger, donc si j’ai la chance un jour, je n’y serai pas opposé » expliquait-il. Reste simplement à voir quelle somme d’argent le Spartak Moscou réclamera pour son défenseur, sous contrat jusqu’en juin 2022.

 


 

Guimarães : « Quand je joue, je représente l’amour des supporters »

OL.fr

Recruté lors du mercato hivernal, Bruno Guimarães se sent déjà comme à la maison. Le Brésilien de 22 ans, aussi vite adopté par les supporters qu’adapté à son nouvel environnement, a impressionné lors de ses premières prestations. Pour les médias de l’OL, le milieu de terrain a accepté de revenir, en longueur et avec déjà quelques mots en français, sur ses débuts avec le club. 2nde partie.

« Bruno, comment expliques-tu ta relation déjà particulière avec les supporters ?

Avant mon arrivée à l’OL, les supporters avaient déjà une grande tendresse pour moi. Ils avaient envahi mes réseaux sociaux. J’avais déjà senti au Brésil leur amour, leur affection. Je l’ai ressenti à chaque match que j’ai joué. C’est maintenant à moi de leur rendre sur le terrain toute cette joie qu’ils me procurent. Je ne peux pas encore parler français avec eux, mais j’apprends… J’avais déjà une très bonne relation avec les supporters du club dans lequel j’évoluais au Brésil. J’étais une idole pour le public.
 
Cela te met -il une pression supplémentaire ?

Je ne pense pas. Je rentre sur le terrain pour tout donner et jouer mon meilleur football. Je sais que quand je joue pour le club, que je porte ce maillot, je représente l’amour de ces supporters pour le club. C’est à moi de leur rendre.

As-tu été surpris de ta convocation en sélection brésilienne, juste avant la coupure ?

Je savais que j’étais déjà dans la zone de radar du sélectionneur avant d’arriver à l’OL. J’ai progressé avec l’équipe en faisant de bons matches. J’ai été sélectionné suite à cela avec beaucoup de satisfaction. C’était magnifique. C’était beaucoup d’émotions. J’étais très heureux. C’était mon rêve mais aussi celui de ma famille. Et la famille c’est tout pour moi… Je suis d’accord avec le report des JO. Il faut préserver des vies. J’espère qu’ils garderont la même année de naissance pour que je puisse y participer l’été prochain. Je veux jouer les JO. C’est un rêve pour moi. »

 

Voir aussi... L'actu du Mercredi 13 Mai

 

Last modified on jeudi, 14 mai 2020 17:44