L'actu du Vendredi 22 Mai

L'actu du Vendredi 22 Mai

Voir aussi... Le Tableau Mercat'OL // L'actu du Jeudi 21 Mai

Une baisse des salaires qui divise

Footmercato.net

L'Olympique Lyonnais s'en sort mieux que l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain sur le dossier de la baisse des salaires. Comme le rapporte L'Équipe, le club rhodanien fonctionne au cas par cas et de nombreux joueurs ont accepté de réduire leurs émoluments de 15%.

Un geste que peut apprécier l'OL, même si cela n'est rien à côté des 75% de réduction de salaire qu'espérait conclure le club présidé par Jean-Michel Aulas. Une volonté qui a d'ailleurs surpris. « Quand le président évoque sans cesse l'argent que gagne l'OL, c'est que les caisses sont pleines, non ? Pourquoi les joueurs devraient en pâtir ? », a rapporté au quotidien un proche du dossier. Des paroles qui ont rapidement fait réagir Jean-Michel, qui a lancé sur Twitter, son terrain de chasse favori, « Comment pouvez vous exprimer l’avis d’un anonyme qui pense que je dis que l’OL en a plein les poches ? Abject ! L'OL est une entreprise ! » Une nouvelle pièce insérée dans la machine JMA.

 


 

Le putsch impossible, Aulas est intouchable

Foot01.com

En froid avec une partie de ses collègues présidents en Ligue 1, Jean-Michel Aulas ne reçoit que des mauvaises nouvelles à l’OL depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19.

Entre le départ de son petit protégé Florian Maurice à Rennes, la fin de championnat défavorable à son Olympique Lyonnais et la fronde à son égard provoquée par certains de ses opposants au plus haut sommet de la Ligue et de l’Etat, Aulas aura vécu des dernières semaines compliquées. Mais alors qu’il fait son maximum pour faire valoir les droits de sa formation rhodanienne, Aulas pourrait subir une autre défaite, au niveau politique cette fois. Car selon L’Equipe, le président du collège de la Ligue 1 serait encore sur la sellette, sachant que ses collègues penseraient à une forme de putsch suite aux dernières déclarations de JMA, allant à l'encontre de l'intérêt général du foot français. Une hypothèse totalement rejetée par Aulas.

« Je ne pense pas. Dans leurs fantasmes, un certain nombre de gens peuvent imaginer résoudre des désaccords en essayant de me mettre sur le côté. Cela fait 33 ans que je milite au G14, à l'ECA, dont je suis à l'origine, pendant 25 ans j'ai été administrateur et vice-président de la LFP, je suis membre du Comité exécutif de la FFF. Je suis au syndicat Première Ligue, je suis à la FIFA pour défendre le foot féminin. Je n'ai rien à me reprocher. Je pense avoir démontré la vision de ce que doit être un dirigeant de club et d'institution, tout ce qu'il fallait faire pour être dans la droite ligne de l'équité et de l'éthique. Si certains pensaient que je ne puisse pas être au poste où je suis, ils avaient l'occasion sur les deux derniers collèges. À aucun moment, il n'a été envisagé de mettre un terme à mes fonctions. La Ligue 1 ? J'espère que ça va reprendre. Nous aurions pu le faire en juillet, car rien n'interdit qu'on puisse reprendre. Rennes et Strasbourg ont déjà repris l'entraînement individuel », a lancé, sur l’AFP, le président de l’OL, qui ira maintenant jusqu’au bout de son combat. Puisqu’après avoir déposé des recours devant la justice, Aulas pourrait bien se tourner vers l'Autorité de la concurrence.

 


 

Tony Parker et Jean-Michel Aulas ont discuté de la présidence

Footmercato.net

Depuis quelques semaines, la possibilité de voir Tony Parker présider l'Olympique Lyonnais a enflé. Jean-Michel Aulas ne s'en cache pas, au contraire, et pense que la légende des San Antonio Spurs serait son idéal successeur. « Ce n'est pas une rencontre par hasard. Depuis le début, il y a des atomes crochus qui font qu'on a envie de se découvrir et de travailler ensemble », déclarait-il dernièrement. TP est ravi de collaborer avec celui qui dirige l'OL depuis 1987. Il va faire tout son possible pour être prêt quand le moment sera venu.

« On en a parlé tous les deux. C'était bien que ça sorte. Jean-Michel a pu me demander si ça m'intéresserait. C'était génial d'avoir cette discussion avec lui. Maintenant, je me rends compte de la position que c'est, de tout le travail qu'il y a derrière. J'ai hâte de continuer à apprendre avec lui sur ces prochaines années et, le jour où il se sentira prêt, j'espère que moi aussi je serai prêt », a-t-il fait savoir dans des propos rapportés par L'Équipe. Cela devrait arriver dans quatre ans, Jean-Michel Aulas aura alors 75 ans et a jugé que l'heure serait venue de passer le témoin..

 


 

La méthode Parker critiquée à Lyon, un mauvais signe ?

Foot01.com

Jean-Michel Aulas ne cesse de le répéter : dans un avenir plus ou moins proche, le président de l’Olympique Lyonnais sera remplacé par Tony Parker.

Une nouvelle qui semble faire l'unanimité chez les supporters des Gones, sachant que l’ancienne star du basket français et de la NBA a le charisme pour prendre la suite d’Aulas. Malgré tout, certains suiveurs du club rhodanien s’interrogent pour savoir si TP a vraiment les épaules pour faire oublier Aulas lors des prochaines années, sachant que le président de l’OL a tout de même amené son club de la D2 au sommet du foot français en l’espace de trente ans. Après la mise en cause de ses connaissances sur le football, Parker doit maintenant faire face à une nouvelle vague de critiques.

Puisque ces dernières heures, le président de l’ASVEL a viré son entraîneur, Zvezdan Mitrovic pour « faute grave », le club de basket lyonnais lui reprochant très sévèrement ses nombreuses expulsions et fautes techniques pendant les matchs. Une décision que le coach monténégrin a contesté, via son avocat. « Mon client est sous le choc de la procédure qui a été engagée contre lui depuis le 4 mai dernier par l'ASVEL. Nous avons malgré cela accordé un délai de 24 heures à l'ASVEL pour abandonner cette procédure qui n'a aucun sens, avant que les choses ne deviennent irréversibles », avait balancé Me Lecerf-Galle mercredi. Un ultimatum rejeté par le co-leader de la Jeep-Elite et le 15e d’Euroligue. Vu que ce jeudi, la formation de Tony Parker a officiellement annoncé la rupture du contrat de Mitrovic. Même si TP « va s'exprimer afin de rétablir certaines réalités », cette façon de faire assez brutale et pas très glorieuse interpelle. Des licenciements pour des fautes graves un peu alambiquées, cela rappelle en tout cas les habitudes de l'OM dans le football, avec les départs de Bédimo ou Rami dernièrement...

 


 

Un Gone s’apprête à faire ses valises

Butfootballclub.fr

Le jeune gardien de l’OL Lucas Margueron devrait quitter le club pour rejoindre Clermont (L2).

L’info est sortie par Bilel Ghazi, le journaliste de L’Equipe, spécialiste de l’OL : le jeune portier Lucas Margueron s’apprête à quitter le club rhodanien. Il devrait s’engager avec Clermont, en L2.

Margueron (19 ans) était le gardien de l’équipe réserve (National 2) et de la Youth League (U19) de l’OL cette saison. Natif de Décines, dans le Rhône, le portier d’1,94 m est arrivé à l’OL en 2014 en provenance de Meyzieu.

 


 

COMMUNIQUÉ DE LA LFP

LFP.fr

La LFP a pris connaissance avec satisfaction du rejet des recours introduits par l’Olympique Lyonnais, l’Amiens SC et le Toulouse FC devant le juge des référés du tribunal administratif de Paris.

Celui-ci a logiquement retenu, par trois ordonnances rendues ce vendredi après-midi, que les décisions de portée générale prises par le Conseil d’administration de la Ligue le 30 avril dernier ne pouvaient être contestées que devant le Conseil d’État, qui est compétent pour connaître des actes de nature réglementaire pris par les autorités à compétence nationale telles que la LFP.

 


 

Solet : « Cette blessure m’a forgé un caractère »

OL.fr

Victime d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche en janvier, Oumar Solet continue sa rééducation dans une période très particulière. Le défenseur de la génération 2000 a pris le temps de donner de ses nouvelles et en a profité pour faire un bilan depuis son arrivée à l’OL en 2018.

« Oumar, comment as-tu vécu cette épreuve liée à ta grave blessure au genou en janvier ?

C’est un choc. C’est une blessure que je n’avais jamais eue. Je n’y croyais pas. La période a été difficile au début. Je me suis mis au travail, il fallait bosser après l’opération. Il n’y avait pas le choix. L’objectif était de revenir au plus haut-niveau. J’ai reçu beaucoup de messages quand la nouvelle est tombée, de la part d’amis, de coéquipiers, d’anciens coaches. Cela m’a donné de la force, m’a redonné le moral. J’étais content qu’ils aient pensé à moi. Je les remercie pour cela. Cette blessure m’a fait mûrir. Elle va me servir pour la suite et me forger un caractère, le mental. C’est une étape et une épreuve. Le plus important est de la surmonter.
 
Où en-es-tu dans ta rééducation ?

Juste après l’opération, je suis allé à Clairefontaine pour changer d’air et voir un peu plus ma famille qui est à Paris. Je suis à Lyon et je travaille avec le kiné, Sylvain Rousseau. Tout se passe très bien. J’en suis à quatre mois et demi. J’avance très bien. Il n’y a pas encore de date précise de retour. Si ça continue comme ça, je pourrais participer aux entraînements durant l’été avec une reprise adaptée. Je retouche le ballon depuis un moment mais ce n’est pas la chose la plus importante. Il fallait retrouver des appuis, les repères, les bons moments.
 
Quels souvenirs as-tu de tes premières minutes en professionnel ?

C’était un réel plaisir de jouer avec les pros. Je suis ambitieux. Je veux toujours faire plus, me montrer plus. Je suis rentré lors du match à Amiens. Je profite du temps de jeu qu’on me donne. J’espère en avoir plus dans les prochaines années. On n’est pas titulaire du jour au lendemain, il faut montrer beaucoup de choses à l’entraînement et avoir la confiance du coach. Ce n’est pas que le terrain, c’est un tout. J’ai envie d’aider l’équipe, gagner des trophées.

Comment as-tu réagi à l’arrêt définitif de la Ligue 1 ?

La décision a été prise trop tôt selon moi. C’est très décevant de ne pas jouer la Coupe d’Europe la saison prochaine. J’espère que le championnat reprendra, c’est tout ce que je souhaite.
 
Quel regard portes-tu sur ton parcours depuis ton arrivée à l’OL en 2018 ?

Je me souviens de la Youth League. Ce ne sont que des bons souvenirs. C’est une très belle compétition. Je pouvais montrer des choses. J’en ai profité pour m’épanouir et m’éclater. Ce n’est pas passé loin la saison passée. On aurait pu faire mieux, on avait l’équipe pour. Je suis heureux de ces aventures en Youth League.
 
On t’avait vu d’ailleurs très à l’aise au milieu de terrain…

Je m’adapte à la situation, peu importe où le coach me met. Je saurais me mettre au niveau pour l’équipe. Certains disent que je suis meilleur au milieu de terrain, d’autres en défense. Je ne sais pas. Ce qui est sûr est que je peux jouer à tous les postes. »

 


 

L'OL veut prolonger le prêt de Karl Toko Ekambi

Lequipe.fr

Le club aimerait pouvoir compter sur l'attaquant en août pour la Ligue des champions, alors que son prêt se termine le 30 juin.

L'OL, très satisfait du rendement de Karl Toko Ekambi (27 ans), arrivé au mercato d'hiver en provenance de Villarreal, aimerait poursuivre l'aventure avec l'international camerounais. Mais avant de songer à cette échéance, le club tient d'abord à prolonger son prêt (payant de 4 M€), qui se termine le 30 juin.

Lyon, qui attend d'en savoir plus sur les dates de la Ligue des champions et de la finale de la Coupe de la Ligue contre le PSG, espère conserver son attaquant jusqu'à la fin du mois d'août. Le prêt était d'ailleurs assorti d'une option d'achat automatique de 11,5 M€ en cas de qualification directe en Ligue des champions, ce qui n'a pas été le cas.

Pour l'instant, l'OL et le joueur sont sur la même longueur d'onde mais rien n'est encore décidé pour l'année prochaine, tant que les clubs ne connaîtront pas l'impact de la crise sur leurs finances. D'autres équipes sont d'ailleurs intéressées par le Camerounais qui donne, toutefois, pour l'instant, sa priorité à l'OL.

 


 

Les finales de Coupes bien parties pour se jouer, les dates connues !

Butfootballclub.fr

D’après le Parisien, la finale de Coupe de la Ligue PSG – OL devrait se jouer le 1er août, suivie de la finale de Coupe de France PSG – ASSE le 8.

Alors que la France se remet timidement en marche après la crise sanitaire du Covid-19 et bien que la LFP et la FFF a annoncé la fin de tous les championnats pour la saison en cours, il est de plus en plus probable que deux matches de la saison 2019-20 se jouent encore : les finales de Coupe.

En effet, désireuses d’éviter de nouveaux recours quant à l’attribution des places européennes, les instances ont bel et bien toujours l’intention de faire disputer PSG – OL (Coupe de la Ligue) et PSG – ASSE (Coupe de France) en août prochain… Dès lors que le gouvernement aura donné son feu vert à la reprise du football à huis clos.

Selon « Le Parisien », la Ligue et la Fédération se seraient entendues pour faire jouer les finales les 1er et 8 août prochain. D’abord la Coupe de la Ligue pour permettre à Lyon de disputer son 8e de finale de Ligue des Champions dans la foulée face à la Juventus. Ensuite la Coupe de France (le PSG ne rentrant en lice qu’en quart de finale de la C1 un peu plus tard que le 8 août). Les deux matches seraient organisé au Stade de France. Ce projet en gestation est toutefois soumis à l’évolution favorable du contexte sanitaire dans l’Hexagone.

 

Voir aussi... Le Tableau Mercat'OL // L'actu du Jeudi 21 Mai

 

Last modified on vendredi, 22 mai 2020 20:15