Infos du Samedi 16 Septembre

Le torchon brûle entre Nasser et Aulas

Footmercato.net

« Non, franchement, ce qu’il dit ou ne dit pas... Honnêtement, je ne l’écoute pas ». Voilà ce que répondait le président du Paris Saint-Germain mardi soir, après la victoire parisienne en terres écossaises, lorsqu’il a été interrogé sur les multiples sorties médiatiques de Jean Michel-Aulas au sujet de son club et de ses transferts exorbitants réalisés cet été. L’Equipe dévoile aujourd’hui de nouveaux éléments sur la relation entre les deux hommes. Le quotidien sportif rapporte par exemple des propos d’Aulas sur son homologue parisien : « je n’ai rien contre Nasser. Souvent, par facilité, on m’oppose à lui, alors que j’apprécie l’homme ».

L’inverse ne semble cependant pas être réciproque. En effet, Aulas explique ne pas avoir reçu d’invitation de la part du président pour les traditionnels repas d’avant match régulièrement organisés entre présidents de clubs avant les matchs. Et selon l’Equipe, le PSG ne compte pas se prêter à ce jeu là. Le média, qui cite l’entourage du président parisien, affirme que « Jean-Michel Aulas l’agace au plus haut point ». Al-Khelaïfi éviterait même le président de l’Olympique Lyonnais lors des réunions de l’ECA.

Si le PSG n’a donc a priori pas l’intention de lancer une réconciliation expresse, comme l’avaient pu faire Desplats et Aulas après leurs récents accrochages, ce dernier veut en tout cas éviter que les choses se dégradent avec le PSG. « Si Nasser est irrité, je comprends, car c’est le jeu médiatique d’avoir voulu nous opposer, mais c’est fondamental que l’on s’entende bien pour défendre les intérêts des clubs français », assure-t-il, toujours dans l’Equipe. Reste donc à voir si le PSG l’entendra de cette oreille, mais une chose semble sure, si Aulas continue ses sorties médiatiques controversées au sujet du club de la capitale, il n’y a que très peu de chances que Nasser Al-Khelaïfi songe à faire un pas vers lui.

 


 

Depay bousculé par un ancien joueur du club

Butfootballclub.fr

Satisfaisant sur le plan statistique, le début de saison de Memphis Depay n’en laisse pas moins l’ancien gardien de l’OL Nicolas Puydebois sur sa faim.

Le début de saison de Memphis Depay prouve que les chiffres ne disent pas tout. Avec un but et trois passes décisives en cinq apparitions, l’ailier de l’OL peut se targuer d’être décisif. Mais l’impression visuelle est celle d’un joueur un peu trop « perso » effectuant rarement les bons choix.


« Depay ne respecte pas ce que le jeu impose »


Nicolas Puydebois fait partie des observateurs qui estiment que le bilan de l’international néerlandais penche pour l’instant du côté négatif. L’ancien gardien des Gones s’est exprimé sur Olympique-et-Lyonnais après le laborieux succès des hommes de Bruno Genesio contre Guingamp (2-1) dimanche dernier.

« Sa passe décisive pour Nabil Fekir ne sauve pas son match. À  cause de son individualisme, il fait des choix par défaut. Le Néerlandais ne respecte pas ce que le jeu impose, en gardant le ballon quand il faut le donner, et en s’en débarrassant quand il n’a plus d’autres solutions. On attend beaucoup plus de lui. »

Une prestation aboutie de Depay – au niveau des stats et du jeu – sur le terrain du PSG dimanche soir en redorerait à coup sûr le blason.

 


 

Maolida attendra le temps qu'il faudra, le message de Genesio

Foot01.com

Quelques heures avant d'affronter le Paris Saint-Germain en Ligue 1, Bruno Genesio s'est confié sur l'intégration des jeunes au sein de l'Olympique Lyonnais.

Si les résultats du début de saison sont corrects, sachant que Lyon n'a pas encore perdu le moindre match depuis le mois d'août, on ne peut pas en dire autant pour le contenu. Assez pauvre techniquement et en manque de rythme, le triste match nul à Limassol en Europa League l'a prouvé jeudi (1-1), le collectif rhodanien est en quête de repères après un mercato estival mouvementé. Le secteur offensif, qui a changé à 50 % avec les arrivées de Mariano et de Traoré, n'a toujours pas trouvé son allure de croisière. Mais ce n'est pas pour autant que Bruno Genesio fait de la place à ses jeunes talentueux, et notamment à Myziane Maolida.

« On croit toujours que c’est facile de les intégrer. Il y a des étapes à franchir et il le fait petit à petit. Il n’y avait pas lieu de changer mon attaque, excepté Traoré qui était très fatigué après le match de Guingamp », a précisé, en conférence de presse, l'entraîneur de l'OL, qui estime donc que ses jeunes loups offensifs, comme Maolida, Gouiri ou Geubbels, seront prêts à jouer en équipe première un jour, mais pas tout de suite.

 


 

Aulas ne pense toujours pas à la retraite

Footmercato.net

Jean-Michel Aulas et l’OL se rendent au Parc des Princes ce dimanche soir (21h). L’ambiance risque d’être tendue entre le président lyonnais et son homologue parisien depuis les prises de position du patron des Gones à l’encontre de la formation parisienne. Interrogé par Canal Plus Sport ce vendredi soir, Aulas a également évoqué le futur et notamment la retraite. Pourtant, lui qui est âgé de 68 ans, ne pense toujours pas à raccrocher.

« La limite, c’est celle de la performance. Quand on sait que ce n’est plus le cas, on s’arrête. J’ai l’impression de pouvoir donner encore beaucoup. Le rêve de l’OL, c’est de gagner une coupe d’Europe. Cette année, c’est une opportunité (la finale de la Ligue Europa a lieu au Groupama Stadium, ndlr). Je ne suis pas prêt d’arrêter. »

 


 

Quand Pierre Ménès tacle Jean-Michel Aulas

Le10sport.com

Alors que l’OL a concédé le nul contre Limassol ce jeudi (1-1), Pierre Ménès s’est permis de tacler Jean-Michel Aulas.

Ces dernières semaines, Jean-Michel Aulas n’a cessé d’envoyer des piques au PSG après les transferts de Neymar et Kylian Mbappé, mais aussi concernant l’écart entre le budget parisien et celui des autres clubs. Toutefois, sur son blog, Pierre Ménès a tenu à envoyer un message à Aulas après le match nul de l’OL contre Limassol en Europa League.


« Il verrait que l’argent ne fait pas tout sur un terrain »


« Jean-Michel Aulas, qui est toujours prompt à parler de l’écart de budget entre son club et le PSG, ferait bien de regarder l’écart qui sépare Lyon et le club chypriote. Il verrait que l’argent ne fait pas tout sur un terrain », a-t-il notamment lancé.

 


 

Le Graët comprend Aulas

Maxifoot.fr

Ces dernières semaines, le président de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas a multiplié les sorties pour critiquer le mode de fonctionnement du Paris Saint-Germain. Proche du dirigeant lyonnais, le patron de la Fédération Française de Football Noël Le Graët lui a apporté son soutien.

"Je suis admiratif de ce que fait le PSG. J'admire aussi Jean-Michel. Il a un système tellement différent. (...) Il est plus proche de la technique du Bayern Munich que du PSG, où il pense que l'argent tombe du ciel. Il y a un nouveau mode de fonctionnement représenté par le PSG, qui se conduit très bien au niveau fiscal, social et dans le comportement. Je ne vois pas ce que l'on peut lui reprocher. En revanche, on peut comprendre Aulas, Marseille demain, Saint-Étienne, Bordeaux ou Lille. La première place est totalement acquise au club parisien. (...) Pour la deuxième place, Monaco a quelques avantages fiscaux, il ne faut pas non plus se raconter d'histoires. Je peux donc comprendre l'attitude d'un club comme Lyon", a estimé Le Graët pour L'Equipe.


Sans véritablement trancher, le patron du foot français défend tout de même les propos tenus par Aulas.

 

Last modified on samedi, 16 septembre 2017 16:32