L'actu du Jeudi 16 Novembre

Aulas kiffe totalement cette France au parfum lyonnais

Foot01.com

Didier Deschamps, qui cherche toujours la bonne formule chez les Bleus en vue de la Coupe du monde, peut en tout cas s’appuyer sur un nouveau noyau dur qui marche fort, celui des Lyonnais.

Les joueurs formés à l’OL ont marqué beaucoup de points lors des derniers matchs, et notamment Samuel Umtiti en défense centrale, Corentin Tolisso au milieu de terrain, ainsi que Nabil Fékir, Anthony Martial et Alexandre Lacazette devant. Et ça, Jean-Michel Aulas ne pouvait pas le laisser passer, lui qui suit toujours de près l’équipe de France, et a pris ses fonctions au sein dans le comité exécutif de la FFF dernièrement.

« On sait que l’académie de l’Olympique Lyonnais est dans les meilleures d’Europe. On voit aussi qu’on sait former beaucoup d’attaquants, mais aussi au milieu avec Tolisso et Umtiti qui est en train d’exploser. Mais c’est vrai que nous avons une spécialité d’attaquants made by académie de Lyon. C’est aussi un état d’esprit qui fait que progressivement, en donnant la possibilité aux jeunes joueurs de réussir, on leur offre la possibilité de rejoindre les plus grands clubs européens. On a vu du beau foot face à l’Allemagne, c’était un match de grande qualité, et Lacazette, Tolisso et Martial m’ont beaucoup plu », a livré le patron de l’OL, qui espère que cette réussite lyonnaise touchera aussi Nabil Fékir, un peu plus en retrait au niveau du temps de jeu malgré des performances de premier plan avec l’OL.

 


 

LdC Féminine : Lyon et Montpellier en quarts !

Football.fr

En ballottage favorable, voire très favorable, à l’issue des huitièmes allers, Lyonnaises et Montpelliéraines se sont aisément qualifiées pour les quarts de finale de la Ligue des champions, ce mercredi au terme de matches retours joués à domicile.

Victorieuses 0-7 sur la pelouse des Kazakhes de BIIK-Kazygurt, les Fenottes, doubles tenantes du trophée, ont encore surclassé leurs adversaires (9-0) – avec un quadruplé de Hegerberg, un triplé d’Abily et des buts de Majri et Cascarino à l’appui. Une semaine après leur court succès en Italie, les Héraultaises, elles, ont étrillé les joueuses de Brescia (6-0), sur des réalisations signées Dekker, Jakobsson, Veje, Toletti, Leger et Torrecilla. Pas une mince performance.

Un peu plus tôt dans la soirée, outre les Suédoises de Linkoping, sans pitié face au Sparta Prague (4-1 au cumul des scores), les favorites que sont les joueuses de Wolfsbourg, du Barça et de Chelsea avaient toutes passé avec brio ce stade des huitièmes de finale, aux dépens respectivement de la Fiorentina (7-3), de Gintra (9-0) et de Rosengard (4-0). Le Slavia Prague et Manchester City devraient logiquement suivre le mouvement jeudi. En attendant le tirage au sort des quarts programmé le 24 novembre prochain.

 


 

Nouveau record pour Camille Abily

Lequipe.fr

Camille Abily, 32 ans, n'en finit pas d'aligner les records. Après avoir disputé son 300e match sous le maillot de l'OL le 28 octobre dernier face à Lille (6-0) en D1, la milieu de terrain est devenue mercredi soir la meilleure buteuse de l'histoire du club rhodanien en Ligue des champions. Elle a marqué le 4e but de l'OL face à l'équipe kazhake de BIIK Kazygurt (9-0), portant à 42 son total de réalisations en C1. Elle devance désormais l'attaquante suédoise Lotta Schelin. «Ca fait toujours plaisir de battre ce record que détenait Lotta (Schelin), qui était une très grande joueuse», a sobrement réagi Abily à l'issue de la rencontre.

 


 

Ce que Lacazette s’est dit quand il a quitté Lyon

Foot01.com

Alexandre Lacazette fait clairement partie de ceux qui ont marqué des points lors des matchs internationaux de novembre, avec notamment un doublé contre l’Allemagne. Une efficacité et une implication dans le jeu qui lui permettent d’être toujours en course pour faire partie des 23 en vue de la Coupe du monde. Le chemin est encore long, mais une bonne partie a tout de même été effectuée, lui qui n’entrait pas dans les plans de Didier Deschamps il y a encore quelques mois de cela. Son départ de Lyon pour Arsenal lui a en tout cas permis de s’aguerrir, même s’il retrouve les anciens lyonnais en équipe de France avec grand plaisir. D’ailleurs, cette réussite de joueurs comme Martial, Tolisso, Umtiti ou Fékir fait la fierté de l’ancien capitaine rhodanien.

« C’est bien pour la formation lyonnaise, ça montre qu’il y a eu du bon boulot de fait », explique ainsi l’avant-centre au Progrès, avant de reconnaître que le fait de quitter l’OL était une évolution normale. D’autant plus normale que la relève pointait le bout de son nez, comme l’a fait remarquer Lacazette avec malice. « On est tous partis à l’étranger ? C’est vrai, c’est le cas pour plusieurs d’entre nous mais ça fait partie du foot. Il faut se dire qu’on laisse la place aux plus jeunes », a confié le buteur d’Arsenal, qui ne se doutait probablement pas que Mariano Diaz allait démarrer aussi fort. Néanmoins, Lacazette est bien placé pour savoir que l’OL a une faculté hors-normes à former des buteurs, ce qui est toujours d’une valeur inestimable.

 


 

Fékir sur le banc des Bleus, l'OL n'a pas aimé

Foot01.com

L’Olympique Lyonnais, qui a récupéré ses joueurs après les matchs internationaux, peut d’ores et déjà compter sur un Nabil Fékir pas trop fatigué.

Entré en seconde période contre le Pays de Galles, l’attaquant n’a pas joué contre l’Allemagne, en dépit d’une forme resplendissante, et même de quelques actions d’éclat face aux Gallois. La faute à un système changeant en fonction de l’adversaire et mis en place par Didier Deschamps, qui a totalement assumé cette décision. Une mise sur le banc difficile à digérer à Lyon, et ce pour deux raisons.

Tout d’abord, car le joueur, en pleine forme et qui parvenait à enchainer les matchs, a donc joué 25 minutes en 15 jours, ce qui n’est pas optimal. « On a fait beaucoup de physique avec les hommes restés à Lyon, car ce sera plus dur ensuite avec le rapprochement des matchs », a ainsi expliqué Bruno Genesio, qui espère que cette coupure involontaire ne va pas casser le rythme de son capitaine. L’autre question que l’on se pose visiblement à Lyon selon Le Progrès, c’est de savoir s’il n’y a pas une autre raison que celle invoquée pour justifier cette mise à l’écart. « Que s’est-il passé pour qu’il ne joue pas ? », se demande-t-on au club selon le quotidien régional. Le rendement offensif des joueurs alignés face à l’Allemagne explique peut-être aussi pourquoi Nabil Fékir n’a pas eu sa chance à Cologne ce mardi soir.