L'actu du Lundi 20 Novembre

Fekir, Diakhaby ne peut s'en passer

Maxifoot.fr

Privé de son maître à jouer Nabil Fekir, suspendu, l’Olympique Lyonnais, sans idées, a buté sur Montpellier (0-0) dimanche à l’occasion de la 13e journée de Ligue 1. Après la rencontre, nombreux sont les Gones à avoir regretté l’absence de l’attaquant. A l’image de Mouctar Diakhaby (20 ans, 5 matchs et 1 but en L1 cette saison).


"C'est sûr que Nabil a manqué aujourd'hui. On ne peut pas se passer d'un tel joueur", a assuré le défenseur central devant les médias. "Quand il manque un joueur de la qualité de Nabil Fekir, c'est évidemment un gros problème. Il est très important pour nous", a ajouté son compère de l’axe central, Marcelo (30 ans, 12 matchs en L1 cette saison). Une Fekir-dépendance à double tranchant pour l’OL...

 


 

Ménès n'épargne pas Cornet

Maxifoot.fr

Privé de Nabil Fekir, suspendu, l'Olympique Lyonnais a déçu face à Montpellier (0-0) dimanche en Ligue 1. Aligné sur le côté gauche, l'ailier Maxwell Cornet (21 ans, 10 apparitions en L1 cette saison) a symbolisé les difficultés lyonnaises avec une performance catastrophique. Et l'ancien Messin n'a pas été épargné par le consultant de Canal + Pierre Ménès.


"Il est clair que sans Fekir, cette équipe n’est pas la même. Cela manque de qualité de passe, de liant entre le milieu et l’attaque et puis c’est sûr que, quand Fekir est remplacé numériquement par Cornet, on voit méchamment la différence", a déploré Ménès sur son blog.

 


 

Riolo consterné par le niveau de Lyon sans Fékir

Foot01.com

Suite au triste match nul et vierge de l'OL contre le MHSC dimanche (0-0), Daniel Riolo n'a pas hésité à avancer que Lyon était une équipe banale de Ligue 1... sans Nabil Fekir.

Quinze jours après le derby remporté haut la main contre l'ASSE (5-0), le club rhodanien souhaitait poursuivre sa bonne série de six victoires de suite dans un Groupama Stadium bien garni. Mais au final, Lyon n'a pas trouvé la faille dans la bonne défense de Montpellier par manque de folie offensive. Ce qui n'est pas étranger à l'absence de Nabil Fekir. Suspendu pour ce match contre le MHSC après avoir reçu un nouveau carton jaune lors de sa fameuse célébration contre Saint-Etienne, l'international français a terriblement manqué à un OL presque perdu dans un 4-3-3 sans son capitaine. Autant dire que l'équipe de Bruno Genesio est désormais plus que jamais dépendante de Fekir. Ce que Daniel Riolo confirme.

« Sans Fekir, Lyon manque de beaucoup de choses et notamment de créativité. Montpellier défend bien, ok. Montpellier avait embêté le PSG en bétonnant et avait arraché un nul à Monaco, ok aussi, mais ça va forcément excuser l’OL ? Au moment de profiter du nul de l’ASM à Amiens, Lyon avait le droit de proposer autre chose que cette bouillie de jeu. Fekir était donc remplacé par Aouar et à droite de l’attaque, Traoré par Cornet. Le jeune Lyonnais a fait son max et il serait dur de lui faire des reproches. En revanche avec Cornet, l’OL était vraiment handicapé. Il a été médiocre et ce n’est pas la première fois. Après dix premières minutes encourageantes, l’OL n’a, non seulement rien fait de bien, mais peu à peu, c’est même Montpellier qui a dominé le match ! Sans cohérence, Lyon a, en effet, concédé beaucoup trop de situations près de son but. À un moment, je me suis demandé si Montpellier avait prévu de jouer un tel match, de jouer autant de situations devant le but de l’OL. Est-ce que finalement, ils n’ont pas été surpris ? On a revu l’OL de la saison dernière, du début de saison. Sans jeu, sans imagination. Le 0-0 est même une bonne opération pour ce pauvre OL. La série était belle jusque-là. Le derby a transformé tout le monde en vedette. Dans le contenu, en dehors de ce derby vraiment maîtrisé, c’était peut-être pas toujours abouti. Fekir cachait pas mal de lacunes. Sans lui, l’OL a fait peine à voir… », a balancé, sur RMC, Riolo, qui estime donc que l'OL ne dispose pas d'un autre joueur de classe mondiale capable de faire gagner un match, comme cela est le cas quand Fekir est sur le terrain.

 


 

Les confidences d’Amine Gouiri sur sa découverte du monde professionnel

Footmercato.net

Dix-huit minutes, c’est le temps qu’a passé Amine Gouiri hier pour sa grande première en Ligue 1. À seulement 17 ans, l’attaquant né le 16 février 2000 a donc fait ses débuts dans le championnat de France. Une première qui était très attendue par les supporters lyonnais puisque le jeune homme est présenté comme l’un des très grands espoirs de l’écurie présidée par Jean-Michel Aulas. Mais ce jour était surtout très attendu par le principal intéressé qui a été mis au courant par Bruno Genesio et son staff qu’il était le 18ème joueur lors de la causerie d’avant-match dimanche. Devant toute sa famille, présente pour l’occasion, le numéro 19 de l’OL s’est échauffé avant d’être appelé pour entrer en jeu à la 73ème minute.

Un instant qui a forcément marqué le jeune homme, plutôt timide face aux nombreux journalistes présents en zone mixte. « Ça reste un grand moment, surtout à 17 ans et devant plus de 40 000 personnes je crois (un peu plus de 47 000 personnes, ndlr). C’est un moment que je n’oublierai jamais ». Mais celui qui a signé un nouveau contrat avec Lyon cet été a avoué qu’il aurait aimé être le héros de la soirée en trouvant le chemin des buts pour sa première. « Le coach, Gérald (Baticle) me l’a dit. "C’est toi qui va nous faire gagner. Tu vas marquer". Moi, je voulais marquer ce but. Mais malheureusement, je n’ai pas marqué ». Nul doute qu’il aura d’autres opportunités pour d’y parvenir, lui qui est habitué à enchaîner les buts.


Amine Gouiri ne veut pas relâcher ses efforts


Il devra faire preuve de patience comme cela a été le cas pour sa première en Ligue 1, alors que d’autres éléments comme Myziane Maolida ou Willem Geubbels ont déjà joué chez les pros. « J’attendais avec impatience ma première, oui bien sûr. Je travaille aux entraînements pour en arriver là. C’est chose faite et j’espère continuer comme ça (...) C’est un rêve d’enfant qui se réalise. Depuis tout petit, je venais au stade de Gerland à l’époque. Et aujourd’hui, c’est moi qui suis sur le terrain. Ça fait toujours plaisir ». Sur un nuage, Amine Gouiri garde malgré tout les pieds sur terre et sait qu’il faudra continuer à travailler quotidiennement pour se faire une place dans le groupe pro comme l’ont fait d’autres avant lui.

Un groupe où la pépite lyonnaise née en 2000 est parfaitement à son aise. « Je me sens très bien dans le groupe. Je parle bien avec tout le monde. Vous savez, c’est un groupe jeune. On s’entend bien les uns avec les autres. On a une bonne solidarité (...) J’ai repris avec le groupe dès la préparation. Ils m’ont bien intégré. Les plus âgés me donnent des conseils. J’apprends d’eux ». Arrivé sur la pointe des pieds dans l’équipe professionnelle, Amine Gouiri sait certainement grâce à eux tout le chemin qu’il lui reste à parcourir pour vivre pleinement son rêve et faire la belle carrière que tout le monde lui prédit. À lui de jouer !

 


 

La Ligue 1 fait plus confiance à ses jeunes que ses voisins européens

RMC.fr

L’Observatoire du football CIES a publié une étude sur le temps de jeu des joueurs de 20 ans ou moins en Europe. Notamment dans les grands championnats. Et la Ligue 1 fait office de très bon élève dans ce domaine.

La Ligue 1 laisse de la place à ses jeunes. C’est la conclusion d’une étude menée par l’Observatoire du football CIES, basé à Neuchâtel (Suisse), qui s’est intéressée au temps de jeu des joueurs de 20 ans ou moins en Europe. Et notamment dans les grands championnats. De quoi établir un classement poste par poste en prenant à chaque fois les dix joueurs les plus utilisés par leur club. Des listes dans lesquelles les pensionnaires de Ligue 1 sont très présents, avec 19 joueurs recensés au total.


Lafont, Amian et Tousart dominent leur catégorie


Chez les gardiens, Alban Lafont (Toulouse) arrive en tête aux côtés de Gianluigi Donnaruma (Milan AC). Joris Gnagnon (Rennes) est le deuxième défenseur central derrière Unai Nunez (Athletic Bilbao). Kevin Amian (Toulouse) domine le classement des latéraux à égalité avec Aaron Martin (Espanyol Barcelone). Lucas Tousart (OL) est en tête des milieux défensifs. Faitout Maouassa est sur le podium des milieux offensifs, derrière Carlos Soler (Valence) et Amine Harit (Schalke 04). Malcom (Bordeaux) se classe deuxième chez les attaquants, derrière Richarlison de Andre (Watford).