L'Actu du Samedi 25 Novembre

Genesio donne des nouvelles de sa recrue perdue de vue

Butfootballclub.fr

Arrivé fin août au mercato, Pape Cheikh Diop n’a pas encore disputé une seule minute avec l’OL en pro. Son coach Bruno Genesio reste néanmoins convaincu de ses qualités.

Pour l’instant, même les supporters de l’OL les plus assidus auraient du mal à vous le décrire. Gêné par des blessures récurrentes, Pape Cheikh Diop n’a en effet disputé que quelques bouts de match avec l’équipe réserve depuis son arrivée à la fin du mercato estival.


Genesio demande du temps pour Pape Cheikh Diop


Invité par les journalistes à donner des nouvelles du milieu relayeur de 20 ans, l’entraîneur lyonnais Bruno Genesio s’est voulu rassurant.

« Diop est plus offensif que Tousart, mais plus défensif que Ndombele, c’est pour cela qu’on l’a recruté. Il est très technique et peut trouver passes vers l’avant, récupérer des ballons et faire jouer les autres. Il a eu pas mal de pépins physiques depuis qu’il est arrivé. Il a des chances d’être dans le groupe dimanche. Comme je l’ai déjà dit, il faut être patient et lui laisser le temps. »

Rien ne dit que le déplacement de l’OL sur la pelouse de l’OGC Nice dimanche (15 heures) permettra à Diop de faire ses débuts sous le maillot de l’OL.

 


 

L’émouvant hommage de Lopes à Bats

Footmercato.net

Cet hiver, une page va se tourner à l’Olympique Lyonnais. Entraîneur emblématique des gardiens du club depuis 2000, Joël Bats va tirer sa référence afin d’aller relever un nouveau challenge à l’Impact Montréal aux côtés d’un certain Rémi Garde. Un départ qui bouleverse Anthony Lopes qui lui a rendu hommage après le match contre Limassol (4-0).

« Le départ de Bats ? C’est difficile. Je perds mon mentor, je perds la personne qui m’a permis de devenir international. Je l’ai su quand j’étais en sélection. On a passé pas mal de temps au téléphone. Ça fait partie de la vie d’un footballeur. Il va falloir passer à autre chose. Mais pour moi, c’est compliqué, c’est vraiment mon papa au sein du club. Il m’a amené tout en haut. Je lui dois énormément de choses ».

 


 

Bozok, l’attaquant qui cartonne en Ligue 2 et "admire" l’OL

RMC.fr

Après le nouveau triplé d’Umut Bozok ce vendredi lors de Nîmes - Bourg-Péronnas (4-0), l’After a invité la pépite de 21 ans à évoquer ses ambitions. L’occasion pour l’international turc U21 d’évoquer l’équipe de France et l’Olympique Lyonnais.

Umut Bozok est inarrêtable. Pour la troisième fois de suite à domicile, l’attaquant de 21 ans a inscrit un triplé en faveur de Nîmes ce vendredi soir contre Bourg-Péronnas (4-0).

De quoi placer les Crocodiles à la deuxième place de Ligue 2, quatre unités derrière le Stade de Reims, et deux points devant le trio Clermont, Lorient, Paris FC.

L’intéressé, lui, s’extirpe vitesse grand V en tête du classement des buteurs avec 13 unités (en 15 rencontres, dont 14 comme titulaire), soit cinq de plus que Lebo Mothiba (Valenciennes) et Florian Martin (Sochaux).


Lâché par Metz


Bozok est pourtant loin d’être aguerri à ce niveau. L’an passé, le joueur, lâché par son club formateur Metz, évoluait en National avec Marseille Consolat (18 buts en 33 rencontres).

Invité ce vendredi dans l’After sur RMC après sa démonstration au stade des Costières, l’international turc U21 n’a pas caché ses ambitions.


"Je ne ferme pas la porte à l’équipe de France"


"Je suis compétiteur, lance Bozok. Aujourd’hui, la sélection turque joue les qualifications pour l’Euro. Ça ne se passe pas très bien. Je pense que la qualification va être assez compliquée. Mais on y croit toujours. Le but, c’est de frapper à la porte des A. Mais je ne ferme pas la porte à l’équipe de France. Je suis Français, j’ai 21 ans, je peux encore être appelé avec les Espoirs. Il reste beaucoup de travail à accomplir mais j’y crois et je continuerai de travaille."

Interrogé sur ses rêves d’élite, Bozok a également fait un appel du pied à deux clubs: "Mon club de cœur, dans le monde, c’est Galatasaray. En France, j’admire beaucoup l’Olympique Lyonnais pour ce que ce club fait avec ses jeunes."

 


 

Marcelo, patron du syndicat des défenseurs brésiliens en L1

Foot01.com

Le cliché du joueur brésilien qui ne sait pas défendre a disparu depuis bien longtemps en France, et c’est notamment grâce à Lyon.

A la grande époque de l’OL, Cris, Caçapa ou Edmilson ont porté Lyon au plus haut niveau et les deux premiers sont même toujours au club, où ils permettent à cette fibre de se poursuivre. Autant dire que le recrutement de Marcelo l’été dernier a été apprécié à sa juste valeur, puisque le grand défenseur central arrivé de Besiktas a été prié de devenir le patron de ce secteur à Lyon, avec son jeu de tête, son calme et son expérience. Interrogé avant le match face à Nice sur sa rivalité avec Dante, qu'il a affronté dans le championnat auriverde, Marcelo a reconnu que le Brésil comptait plusieurs ambassadeurs de choix en Ligue 1 en ce qui concerne les défenseurs centraux, avec Thiago Silva en tête de proue.

« Dante ? Je l’ai affronté pendant trois ans au Brésil. Il a de grandes qualités techniques. Il a aussi une grosse expérience du haut niveau : il a joué la Ligue des Champions, la Coupe du Monde... j’ai un profond respect pour lui. Evidemment, on parle plus des attaquants brésiliens que des autres joueurs. Mais il y a eu de très grands défenseurs dans l’histoire du Brésil et beaucoup d’entre eux se sont faits remarquer en Europe. Il y a aussi Thiago Silva bien sûr, qui est pour moi l’un des meilleurs défenseurs au monde », a souligné le joueur lyonnais, qui espère toujours se faire une place en Seleçao, mais sait qu’avec Thiago Silva et Marquinhos, le PSG procure déjà deux éléments à la formation de Tite.

 


 

Genesio a protégé Cornet des sifflets

Maxifoot.fr

En manque de temps de jeu, l’attaquant de l’Olympique Lyonnais Maxwel Cornet (21 ans, 10 apparitions en L1 cette saison) n’était même pas dans le groupe pour affronter l’Apollon Limassol (4-0) jeudi en Europa League. Un choix fort de l’entraîneur Bruno Genesio qui craignait les sifflets du Groupama Stadium contre l’ancien Messin, décevant face à Montpellier (0-0) le week-end dernier.

"Ce n'était pas une sanction mais un choix. Un choix par rapport à son état de forme, à la confiance du joueur. Maxwel doit retrouver cette confiance, c’est important pour un attaquant. C’est plus difficile pour lui à domicile et il faut le protéger, ne pas le remettre en difficulté, a expliqué le technicien. Le contexte de dimanche sera différent. S’il a plus de mal cette saison, il reste un jeune joueur avec des qualités. Maintenant, il doit les démontrer. Il lui faut ce déclic. En tout cas, il est dans l’esprit aux entraînements, il est impliqué et je ne ressens pas de relâchement."

Avec la blessure de Bertrand Traoré, Cornet pourrait au moins entrer en jeu à Nice dimanche (15h) en championnat.


Last modified on samedi, 25 novembre 2017 13:54