L'actu du Mardi 6 Février

Les 10 plus gros salaires de l’OL en 2018

Foot01.com

L’Olympique Lyonnais a franchi un cap ces derniers temps en ce qui concerne ses dépenses sur le marché des transferts, et forcément donc au niveau des salaires. Si le club rhodanien a toujours eu des têtes de gondoles bien rémunérées (Gourcuff, Lisandro, Gomis, Valbuena), les efforts effectués ces derniers mois ont bouleversé la grille, ce qui est aussi forcément lié au départ de joueurs majeurs comme Lacazette et Tolisso. Le fait de s’appuyer sur son centre de formation permet aussi d’avoir des joueurs titulaires, et qui n’apparaissent pas dans le Top10 des salaires, comme Tousart ou Aouar.

 
Le Top10 des salaires (en brut mensuel) de l’Olympique Lyonnais

1°) Mariano Diaz 350.000 euros

2°) Memphis Depay 350.000 euros

3°) Nabil Fékir 300.000 euros

4°) Yanga-Mbiwa 300.000 euros

5°) Bertrand Traoré 300.000 euros

6°) Rafael 250.000 euros

7°) Anthony Lopes 220.000 euros

8°) Cornet 180.000 euros

9°) Marcelo 150.000 euros

10°) Tete 140.000 euros

 


 

Les salaires explosent en L1, Aulas accuse le PSG !

Foot01.com

Ce mardi, le journal L’Equipe dévoile les salaires des clubs de Ligue 1, et cela fait forcément (beaucoup) réagir.

Les supporters, mais également les dirigeants, Jean-Michel Aulas le premier. Dans les colonnes du quotidien national, le supporter de l’OL a notamment évoqué le salaire monstrueux de Kylian Mbappé dans la capitale (1,5ME par mois). Selon le président rhodanien, c’est précisément ce genre de cas qui rend les négociations compliquées avec tous les jeunes joueurs, notamment au moment de la signature du premier contrat professionnel.

« Le récent cas Mbappé modifie encore les équilibres. Il a un peu moins de 20 ans et des rémunérations invraisemblables. Donc les discussions pour les jeunes joueurs deviennent plus difficiles. On a une attitude plus ouverte que par le passé mais on essaie surtout de faire des plans de carrière plus longs. Même si le premier contrat pro est limité à trois ans, on s’inscrit dans une politique de plus long terme en intégrant des primes qui se transforment en salaire » explique Jean-Michel Aulas dans L’Equipe, avant de confirmer l’importance capitale d’une qualification européenne pour un club comme Lyon.

« Alors même si on démarre en dessous de certains clubs, la qualification en Ligue des champions ou en Ligue Europa détermine automatiquement leur salaire sur le futur. Ça permet de résister le plus possible au marché, et pour le joueur et pour l’agent, si ça se passe bien, ce qui est plutôt le cas… Ça donne un coefficient multiplicateur automatique. Ils savent qu’en jouant à Lyon, ça va grimper très vite » a lâché l’homme fort de l’OL. Pour rappel, le salaire le plus élevé de l’effectif rhodanien est de 350.000 euros (brut mensuel), bien loin des rémunérations gigantesques du PSG.

 

 


 

Genesio, dans le top 10 des meilleurs salaires de L1

Madeingones.com

Dans le même temps que le classement des joueurs les mieux payés, L'Équipe a publié le détail complet des salaires des entraîneurs de notre L1. Et, sans surprise, c'est Unai Emery qui arrive en tête, avec une rémunération, selon le quotidien, de 450 000€ brut mensuel. Le Francilien est talonné par Leonardo Jardim, prolongé cet été par l'AS Monaco. Sur le Rocher, le Portugais touche près de 350 000e mensuel. Enfin, Claudio Ranieri complète le podium avec ses quelques 340 000e. Le Top 5 est formé de Rudi Garcia, 4ème (250 000e), suivi de Lucien Favre (200 000e). Bruno Genesio, de son côté, n'est que neuvième de ce classement avec -tout de même- 100 000e brut. Antoine Kombouaré (110 000€), Christophe Galtier (118 000€) et Gustavo Poyet (120 000€) sont notamment devant le Lyonnais.

Dans la deuxième partie de tableau, nous retrouvons Michel Der Zakarian, ex-aequo avec Stéphane Moulin et Jean-Louis Gasset, tous percevant 60 000e selon nos confrères. Le dernier de ce classement n'est autre que Mickaël Debève, qui vient de prendre la place de Pascal Dupraz, avec 20 000e. Devant lui, nous retrouvons Christophe Pélissier (19e, 30 000e), Jean-Louis Garcia (18e, 35 000e), Patrice Garande (17e, 40 000e), Thierry Laurey, Olivier Dall'Oglio et Frédéric Hantz (14es, 45 000e).

 


 

Le départ de Ghezzal à Monaco a fait mal à Aulas

Foot-sur7.fr

Rachid Ghezzal (25 ans) a quitté son club formateur l’OL pour signer à l’AS Monaco lors du mercato estival dernier. Il n’avait pas prolongé son contrat et avait attendu la fin de saison (2016-2017) pour filer librement.

C’est ainsi qu’il s’est engagé avec le club de son choix. Un départ qui a affecté Jean-Michel Aulas, le patron des Gones qui avait tout tenté pour que le milieu offensif de 25 ans reste à Lyon.

« On a tout fait, on a "débridé" les plafonds, mais ce n'est pas lui qui a négocié. Je l'ai vu à Monaco et il m'a embrassé. J'ai cru comprendre qu'il n'avait pas le même agent aujourd'hui... Ghezzal, ça m'a fait plus mal sur le plan affectif que technique… », a confié le dirigeant du club rhodanien à L’Équipe.

L’international algérien a fait sa formation à l’Academy lyonnaise entre 2004 et 2012 et a porté les couleurs du club de la capitale des Gaules en Ligue 1, de 2012 à juin 2017. Il a signé un contrat de 4 saisons avec le club de la Principauté le 7 août 2017.

 


 

Aouar joueur algérien ? L'Algérie ne dira pas non

Foot01.com

International Espoirs à deux reprises avec la France, Houssem Aouar peut encore rejoindre l’équipe d’Algérie pour peu que la FIFA lui accorde une autorisation. et du côté des Fennecs, on pense encore avoir ses chances concernant le milieu de terrain de l’Olympique Lyonnais et cela même si Jean-Michel Aulas plaide ouvertement pour que son joueur opte définitivement pour la France. Interrogé par Goal.com, le sélectionneur national algérien ne veut pas relancer le débat, mais il ne dira pas non si Houssem Aouar opte pour l’équipe d’Algérie.

« Si j’ai tiré un trait sur le Lyonnais Houssem Aouar pour une sélection avec l'Algérie ? C'est vrai que c'est un très bon joueur. Je ne sais pas pour quelle sélection il a optée. Mais s'il souhaite jouer pour notre équipe nationale, la porte lui sera ouverte. Tout joueur qui peut rendre service à notre équipe nationale est le bienvenu », a prévenu Rabah Madjer, qui ne fera pas des déclarations intempestives sur le sujet des bi-nationaux mais n’a pas l’intention de se priver de jeunes pépites.

 


 

Féminine : l’OL écarte Montpellier de la course au titre (2-1)

Olweb.fr

L’OL Féminin s’est imposé face à Montpellier (2-1), ce lundi soir, au Groupama OL Training Center, lors du choc de la 14e journée de D1 Féminine.

C’est avec confiance et sérénité que l’OL Féminin s’avançait vers cette affiche de la 14e journée de D1 Féminine contre Montpellier, ce lundi soir, au Groupama OL Training Center. Un choc face à une formation placée en troisième position du classement, que l’équipe de Reynald Pedros, leader du championnat, avait écrasé à l’aller (5-0) et qu’elle pouvait mettre hors d’état de nuire dans la course au titre.

Malgré les absences de Wendie Renard, sa capitaine, et d’Ada Hegerberg, sa serial buteuse, l’OL démarrait pied au plancher cette rencontre sous les yeux de son président Jean-Michel Aulas et de Corinne Diacre, sélectionneur de l’équipe de France. Menée par des latérales en feu et par une Dzsenifer Marozsan impériale, Lyon se créait une première occasion franche par le biais de Bronze, dont la tentative passait de peu à côté (9’). Son pendant côté gauche, Bacha, se mettait à son tour en évidence en servant l’internationale allemande qui plaçait une tête captée par Gérard (12’). Seule en pointe, au milieu d’une défense héraultaise bien regroupée, Le Sommer ratait l’immanquable sur un service de Marozsan (41’) mais se rattrapait parfaitement en offrant un caviar à la n°10 lyonnaise pour l’ouverture du score (43’, 1-0).

Une avance logique prise juste avant la pause que l’OL allait doubler après l’heure de jeu, grâce à une merveille de coup franc que Marozsan expédiait dans la lucarne adverse (68’, 2-0). Un but libérateur qui faisait suite à un autre refusé à Majri pour hors-jeu (48’) et à une frappe surpuissante de l’Allemande qui aurait dû être validée après avoir tapé la barre et franchi la ligne (63’). Avec ces deux buts d’écart, l’OL se mettait à l’abri face à un adversaire inoffensif jusqu’en fin de match, le moment choisi par Sembrant pour faire parcourir un léger frisson dans les travées du Groupama OL Training Center (90+1’, 2-1). Une réduction de la marque trop tardive et qui restera sans incidence.

Avec ce succès, l’OL écarte définitivement un concurrent direct au sacre final en mettant Montpellier à une distance longue de douze unités. Un creux au classement trop important malgré ce match en moins que comptent les Héraultaises. Un seul obstacle se dresse désormais sur la route des Rhodaniennes dans leur quête d’un douzième titre consécutif : le Paris Saint-Germain.


LA FEUILLE DE MATCH

Au Groupama OL Training Center de Décines.

D1 Féminine (J14) : OL – Montpellier HSC 2-1 (1-0).

Arbitre : Elodie Coppola. Spectateurs : 500 environ.

Buts : Marozsan (43’ et 68’) pour l’OL. Sembrant (90+1’) pour Montpellier.


Last modified on mardi, 06 février 2018 14:42