L'actu du Lundi 19 Mars

Voir aussi... OM 2-3 OL : L'After

Aouar a joué en étant malade

Football365.fr

Il y est allé de son but et pourtant, Houssem Aouar n’était pas en possession de l’intégralité de ses moyens physiques. Ce dimanche, en clôture de la 30eme journée de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais est allé s’imposer de justesse sur la pelouse de l’Olympique de Marseille (2-3). Grand artisan de ce précieux succès, le jeune milieu français était souffrant. Déjà diminué physiquement toute la semaine à l’entraînement, le natif de Lyon a même dû être hospitalisé mercredi dernier, en raison d’une angine. Dimanche, le joueur de 19 ans faisait partie du onze de départ concocté par Bruno Genesio, avant de céder sa place à Jordan Ferri (77eme), à cause de maux de ventre et de tête.

 


 

Aulas : «Genesio ne m'a pas présenté sa démission»

Lequipe.fr

«Quel est votre sentiment sur la victoire de votre club ce soir ?
On avait bien disséqué la situation avant de venir. On pouvait revenir à deux points, on savait que Marseille allait continuer à jouer un quart européen qu'on ne jouera pas malheureusement mais on ne s'épuisera pas le jeudi soir, car on sait que c'est compliqué. Il reste suffisamment de matches pour combler deux points et revenir à la 3e place. Comme pour les gros matches, l'équipe devait être à son plus haut niveau de performance et c'est ce qu'elle a fait ce soir.


«Marcelo a pris un coup de coude dans la figure»


Que s'est-il passé à la fin du match ?
Regardez les images, j'ai vu qu'il y avait un certain nombre de gars de la sécurité qui ont fait des choses qu'ils n'avaient pas à faire aux joueurs, dont Diakhaby et une attitude d'un certain nombre de joueurs de l'OM, dont Adil Rami, avec Marcelo. Marcelo a pris un coup de coude dans la figure. Il a simplement indiqué à Rami, qui lui proposait de venir se battre, que le sujet était de faire un match et le gagner. Si rappeler à son adversaire de faire des choses cohérentes, c'est faire quelque chose alors il a fait quelque chose. Vous êtes rompus comme moi à ce genre de matches, il ne faut pas faire de déclarations comme ça quand on perd à la loyale, l'addition n'est même pas très lourde.

Bruno Genesio vous a-t-il présenté sa démission cette semaine ?
C'est une ineptie de plus, Bruno ne m'a pas présenté sa démission, je n'ai pas eu à la refuser. Bruno, malgré une défaite, avait remobilisé son groupe, on s'est vu tous les jours, il fait un travail formidable, ses joueurs le lui rendent bien. On voit que c'est infâme et injuste de dire ça.»

 


 

À défaut d’être le « meilleur joueur du monde », Memphis Depay sait se distinguer dans les moments importants

Football365.fr

Souvent agaçant en raison de son attitude égoïste sur le terrain ou de son irrégularité, Memphis Depay dispose néanmoins d’une formidable aptitude à se sublimer dans les grands rendez-vous. Le Lyonnais en a encore fait la preuve ce dimanche, en offrant la victoire à son équipe sur la pelouse de Marseille (2-3).

C’est une évidence : depuis qu’il a posé ses valises à Lyon, lors du Mercato hivernal 2017, Memphis Depay n’a cessé de susciter des sentiments contradictoires auprès des supporters de l’OL. Loué pour ses qualités techniques et son imprévisibilité, critiqué pour son rendement jugé insuffisant et son arrogance, l’ancien joueur de Manchester United ne laisse personne indifférent. D’ailleurs, comment pourrait-il en être autrement ? Dans un milieu de plus en plus lisse, la personnalité du Néerlandais dénote. Alors que de nombreux footballeurs manient aisément la langue de bois, lui privilégie la communication sans filtre et dit clairement ce qu’il pense. L’interview qu’il a accordée au Canal Football Club et qui a été diffusée ce dimanche, en amont du choc des Olympiques entre Lyon et Marseille, l’illustre parfaitement. « Je veux être le meilleur, a principalement martelé le numéro 11 des Gones. Je veux jouer contre de grandes équipes, face à de grandes stars. Je veux être une grande star donc l’idée c’est de trouver le moyen d’être le meilleur. (…) Cristiano Ronaldo avait 24 ans quand il est devenu très important, décisif à chaque match. »

Nonchalant, égoïste… Depay a poussé les supporters lyonnais à bout

Des déclarations qui n’ont pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux, où de nombreux internautes ont oscillé entre moqueries et indignation. Il est vrai que le timing était pour le moins délicat. Trois jours plus tôt, Lyon se faisait piteusement bouter hors de la Ligue Europa en s’inclinant sur sa pelouse face au CSKA Moscou (2-3). Memphis Depay, lui, avait provoqué l’ire des supporters du Groupama Stadium en multipliant les mauvais choix en attaque. Son attitude nonchalante et son entêtement à vouloir faire la différence en solitaire était, une nouvelle fois cette saison, exaspérante. Il avait atteint un point de non-retour. Peut-être pour le sanctionner, Bruno Genesio a d’ailleurs choisi de laisser Depay sur le banc au coup d’envoi, préférant titulariser Maxwel Cornet sur le côté gauche. « Je dois accepter d’être remplaçant, je n’ai pas le choix, a reconnu l’intéressé dans l’interview accordée au CFC. Mais c’est frustrant. »

En deux mois, Depay a permis à l’OL de battre le PSG et l’OM

Cette frustration, justement, permet peut-être au joueur formé au PSV Eindhoven d’avoir un sursaut d’orgueil quand on fait appel à lui, et cela d’autant plus lorsqu’il s’agit d’un grand rendez-vous. Car le natif de Moordrecht a une spécialité sous le maillot lyonnais, celle de réaliser des coups d’éclat dans les matchs importants. C’est lui qui, en janvier, avait offert le scalp du PSG à son équipe (2-1), expédiant un missile dans la lucarne d’Alphonse Areola au bout du temps additionnel. Lors du seizième de finale aller de Ligue Europa face à Villarreal, il avait donné plus d’ampleur au succès de l’OL d’une lourde frappe à ras de terre (3-1). Enfin, ce dimanche, il est sorti de sa boîte à point nommé pour crucifier Steve Mandanda de la tête et permettre aux Rhodaniens de s’imposer sur la pelouse de Marseille, devant un public réduit au silence (2-3). Dans ces trois cas de figure, il était remplaçant au coup d’envoi et a inscrit un but très important en toute fin de rencontre. Oui, Memphis Depay est arrogant, c’est une certitude. Mais l’international oranje dispose d’une qualité propre au cercle fermé des grands joueurs, cercle qu’il aspire à intégrer au cours de sa carrière : il sait briller dans les moments qui comptent.

 


 

Coach de l'OL ? Un sujet qui énerve Ranieri

Foot01.com

Annoncé dans le viseur de l'Olympique Lyonnais en vue de la saison prochaine, Claudio Ranieri est quelque peu monté dans les tours...

En plus d'être dans le dur avec son équipe du FC Nantes en cette deuxième partie de saison, vu que les Canaris ont perdu leur cinquième place de Ligue 1 au profit de Rennes en ne faisant pas mieux qu'un nul à Metz dimanche (1-1), Claudio Ranieri doit aussi gérer les rumeurs de départ... Le week-end dernier, le quotidien Presse Océan avouait que le coach italien « regrette d'avoir rejoint Nantes » et qu'un « bruit persistant envoie le Mister et sa bande du côté... de Lyon, voire de Nice, la saison prochaine ». Une sortie médiatique qui a eu le don d'énerver l'ancien manager de Leicester.

« Je veux parler de ce que vous écrivez. Il n’y a rien. Et même s’il y avait quelque chose, je ne dirais rien de toute façon ! Avant, on parlait de la sélection italienne, maintenant c’est un club, puis un autre... Je suis à Nantes, ok ? », a balancé, face à un journaliste, Ranieri, qui a ensuite quitté la salle de conférence de presse avec le sourire, mais sans saluer les personnes présentes... Histoire d'enterrer toutes les rumeurs.

 


 

L’OL domine le championnat du "Big Four" (pour l’instant)

RMC.fr

A huit journées de la fin du championnat, il ne reste plus qu’une affiche à disputer entre clubs du Big 4. Ce sera PSG-Monaco, le 15 avril. Avant ce choc entre les deux premiers, RMC Sport dresse le bilan de ces confrontations entre cadors de Ligue 1.

Sur le papier, ce sera la dernière grande affiche du championnat. Et elle pourrait bien accoucher d’une passation de pouvoir. En accueillant Monaco, le 15 avril au Parc des Princes, le PSG aura l’occasion de remporter le 7e titre de son histoire (s’il ne le fait pas avant). Avant ce choc entre les deux premiers, il est l’heure de se pencher sur les confrontations entre les membres du "Big Four" cette saison (Monaco, Paris, Lyon, Marseille).

Et de constater que l’OM est le grand perdant de cette lutte en altitude. C’est simple, le club phocéen n’a remporté aucune de ses six confrontations avec ses principaux rivaux (4 défaites, 2 nuls). Soit 2 points pris sur 18 possibles. Un bilan calamiteux qui lui coûte sans doute sa place sur le podium.


Paris peut encore dépasser Lyon


A l’inverse, l’OL, qui s’est imposé dimanche au Vélodrome au terme d'un match tendu (2-3), a été particulièrement performant dans ces matches à enjeu. Les Gones, qui ont battu une fois tous leurs adversaires, ont empoché 12 points, avec 4 victoires et 2 défaites au compteur.

Seul le PSG, qui a pour l’instant 10 points (3 victoires, 1 nul, 1 défaite), peut faire mieux. A condition de battre Monaco dans un mois. L’ASM, elle, affiche un bilan mitigé avec 7 points pour 2 victoires, 1 nul et 2 défaites. Mais un gros coup au Parc changerait évidemment la donne.

 


 

Lopes remercie Anguissa

Maxifoot.fr

L'Olympique Lyonnais a réussi un joli coup en s'imposant sur la pelouse de l'Olympique de Marseille (3-2) dimanche en clôture de la 30e journée de Ligue 1. Après la rencontre, le gardien lyonnais Anthony Lopes (27 ans, 29 matchs en L1 cette saison) a reconnu que les propos du milieu marseillais André-Frank Zambo Anguissa (voir ici) avaient représenté une source de motivation supplémentaire.

"Ces déclarations ont été une certaine source de motivation. On avait déjà à cœur de venir prendre les trois points. Après ces paroles nous ont permis de trouver une autre source de motivation pour venir chercher cette victoire avec les tripes", a admis le portier portugais pour RMC.

La prochaine fois, Anguissa se retiendra peut-être avant de titiller un adversaire avant un match.

 


 

"Aouar et Maxime Lopez, ce n’est pas la même galaxie", estime Riolo

RMC.fr

Après la victoire de Lyon sur la pelouse de Marseille, dimanche en clôture de la 30e journée de Ligue 1 (2-3), Daniel Riolo a salué la grosse performance d’Houssem Aouar, estimant qu’il était nettement au-dessus de Maxime Lopez.

Houssem Aouar a sorti un match impressionnant sur la pelouse du Vélodrome. A 19 ans, le milieu de terrain de l’OL a joué un rôle majeur dans la victoire de son équipe à Marseille, ce dimanche, en clôture de la 30e journée de Ligue 1 (2-3). Une performance saluée par Daniel Riolo, qui ne comprend pas que certains puissent comparer le Lyonnais à Maxime Lopez (20 ans), également titulaire lors de ce choc des Olympiques.


"A un moment, ouvrez les yeux!"


"Aouar a fait un match extraordinaire, plein de maturité. Il a faculté à tenir le ballon, il met un but. J’espère que personne n’a dans la tête l’idée, même toute petite, de le comparer avec Maxime Lopez. Parce qu’on n’est pas du tout dans la même galaxie. Ça n’a rien à voir. A un moment, ouvrez les yeux!"

 


 

Aouar c’est le Brésil, ce consultant est fan !

Foot01.com

Grippé cette semaine, Houssem Aouar était indisponible pour le match de Ligue Europa entre l’OL et le CSKA Moscou jeudi soir.

Toujours malade, l’international espoir français était tout de même titulaire contre l’OM au Stade Vélodrome. Et s’il n’a pas été en mesure de terminer la rencontre, il a tout de même brillé face à Marseille, au point d’être élu homme du match. Consultant pour le site Olympique et Lyonnais, Nicolas Puydebois a expliqué qu’il était totalement fan du milieu de 19 ans.

« Il a pris possession de ce match. Sous son impulsion technique, l’OL a pris cette rencontre en main et s’est remis en ordre de marche. Houssem Aouar est un vrai leader technique pour cette équipe. Dans tous les bons coups, à l’initiative et à la conclusion de l’action sur son but, son impact fut encore plus visible après sa sortie. Du haut niveau ! » s’est enflammé l’ancien gardien de but rhodanien. Un avis qui devrait être partagé par l’ensemble des observateurs de l’OL… Jean-Michel Aulas, y compris.

 


 

Thauvin accuse et menace, « les Lyonnais le paieront ! »

Foot01.com

Après ce qui a été un bon match et même un très bon match de Ligue 1, la rencontre OM-OL s'est terminée avec de vifs incidents entre joueurs à la sortie du terrain. Difficile de comprendre que cette soirée se termine comme cela, mais il est évident que les images diffusées en direct à la télévision ne sont pas à la gloire des footballeurs concernés par cette bagarre de cours d'école.

Pour Florian Thauvin, les joueurs lyonnais sont les seuls coupables de cette séquence pathétique et l'international marseillais a fait savoir que cela ne restera pas sans conséquence. « Des Lyonnais se sont permis de nous chambrer, ce n’est pas professionnel. L’un d’eux (Ndlr : Marcelo) a montré son maillot à nos supporters, il n’avait pas à faire ça. Ils ont gagné, c’est bien. Mais il ne faut pas se comporter comme ça. Ils le paieront. Quand on se comporte comme ça, on le paye toujours », a prévenu Florian Thauvin, sans en dire plus sur la manière dont les joueurs lyonnais passeront à la caisse pour cela. A priori, il se passera de longs mois avant que les deux équipes se croisent en compétition, espérons que d'ici là tout le monde se sera calmé et aura retenu les leçons de cet après-match pathétique.



Voir aussi... OM 2-3 OL : L'After