L'actu du Lundi 2 Avril

Voir aussi... OL 2-0 Toulouse : L'After

Aulas furieux et indigné par la mauvaise humeur des supporters !

Foot01.com

Jean-Michel Aulas n'a pas apprécié du tout que les Bad Gones lancent dimanche un appel afin de mobiliser les troupes pour faire connaître leur mécontentement suite à l'élimination de l'OL en l'Europa League. Et le président de l'Olympique Lyonnais a encore moins apprécié que cela se concrétise par des banderoles revendicatives avant le début du match contre Toulouse, dimanche soir en direct sur Canal+.

« C'est un drame pour moi. Quand on a 60 points, qu'on a battu les trois premiers à domicile, qu'on a gagné 5-0 à Saint-Etienne, qu'on a gagné à Marseille, à Nice. C’est extrêmement dur et ça donne une image, auprès des partenaires économiques, qui n'est pas l'image du club. Pour Lyon, c'est un tour de force de réunir autant de partenaires économiques. Et on a besoin de solidarité. L'ADN de Lyon, c'est l'unité. Si on s'est redressés après l'élimination, c'est qu'il y a eu une unité à tous les niveaux. Et les supporters ne peuvent pas être absents de cette rédemption. J'ai été peiné. J'espère qu'il y aura une prise de conscience. On ne peut pas arriver deuxième ou troisième sans cette unité. Les plus jeunes n'ont pas l'historique mais regardez les grandes villes comme Bordeaux, Saint-Etienne, Lille... Il faut avoir les sens des responsabilités. La provocation peut tourner au drame. En foot, on peut passer de l'excellence au drame. J'appelle les groupes de supporters à être avec nous. Et on saura se qualifier pour la C1 », a expliqué, face à la presse, un jean-Michel Aulas, visiblement très touché par ce comportement qu'il n'apprécie pas et auquel il était peu habitué.


 

Memphis Depay, l’intérim gagnant

RMC.fr

En l’absence de Mariano, suspendu, l’Olympique Lyonnais a évolué avec Memphis Depay en pointe face à Toulouse, ce dimanche, en clôture de la 31e journée de Ligue 1 (2-0). Un choix gagnant puisque l’international néerlandais a inscrit les deux buts de la rencontre.

Bon, tout n’aura pas été parfait non plus. Et Bruno Genesio ne s’est pas gêné pour le lui faire savoir, n’hésitant pas à le recadrer, en fin de match, même lorsque le match semblait acquis. Memphis Depay est toujours un joueur inconstant, capable de fulgurances et de coups de génie comme d’incroyables moments d’absence mais ce dimanche, l’international néerlandais était plutôt dans la première catégorie, pour le plus grand bonheur de Lyon. Mariano suspendu, Fekir toujours blessé, l’OL avait bien besoin de sa star néerlandaise, habituel ailier et reconverti avant-centre  devant Toulouse, pour s’imposer au Groupama Stadium (2-0) et rester au contact de l’OM dans la course au podium.


Vexé de sortir avant la fin du match


Mobile, à l'aise avec le ballon, toujours disponible, l’ancien joueur de Manchester United s’est mis au diapason de son nouveau rôle - déjà éprouvé sur la scène européenne en Ligue Europa - bien aidé par Houssem Aouar, particulièrement en jambes. C’est d’ailleurs le jeune milieu de terrain qui offre l’ouverture du score à Depay, qui a parfaitement ajusté Alban Lafont (24e). Ce dernier remettra ça en toute fin de première période, sur un penalty cette fois obtenu par Tanguy Ndombélé (43e). Circulez, il n’y a plus rien à voir. Ou presque. Car c’est un OL gestionnaire qui se présentera en seconde période, moins tranchant, moins précis.

A l’image d’un Depay, plus préoccupé par le fait d’amuser la galerie – et d’aller chercher son 3e but – que de jouer juste. C’est forcément avec le masque et sans un regard pour son entraîneur, qui prendra le temps de l’attraper au bond, que le Néerlandais quitte la pelouse avant le coup de sifflet final, remplacé par Amine Gouiri (87e). Pas content, Depay. L’essentiel était fait pourtant. Malgré quelques frayeurs bien repoussées par Lopes (Sanogo, 50e et Amian, 79e) et un gros d’Aouar (90e+1), Lyon n’a jamais tremblé face à une faible équipe toulousaine. Et reste accroché, avec deux points de retard, au wagon de l’OM et du 3e strapontin pour la prochaine Ligue des champions.

 


 

Aouar patron de l'OL, Riolo a un énorme doute

Foot01.com

Homme fort de l’Olympique Lyonnais à Marseille il y a deux semaines, Houssem Aouar a remis ça dimanche soir face à Toulouse au Groupama Stadium (2-0).

Passeur décisif sur l’ouverture du score de Memphis Depay, l’international espoir français a brillé de mille feux dans l’entrejeu rhodanien, aux côtés de Lucas Tousart et de Tanguy Ndombélé. Son leadership technique à seulement 19 ans a de quoi impressionner. Journaliste sur RMC, Daniel Riolo apprécie beaucoup le joueur. Néanmoins, le polémiste de l’After soulève une question : est-ce normal que le maître à jouer d’une équipe comme l’OL soit un gamin qui débarque à peine en Ligue 1 ?

« Aouar est l'homme clé. Un mot là-dessus... Je n'ai aucun problème à dire qu'il est bon. Tant mieux, d’ailleurs. Mais est-ce normal que ce joueur dont c'est la première saison en L1 soit l'homme clé d'un club aussi ambitieux ? N'est-ce pas le signe de la santé moyenne d'une Ligue, d'un club ? » s’est interrogé Daniel Riolo. Rappelons tout de même que Nabil Fekir, véritable patron technique de l’OL depuis le début de la saison, était absent pour ce match de la 31e journée de Ligue 1 face au TFC. Mais la remarque du journaliste de RMC Sport fera sans doute beaucoup réagir à Lyon…

 


 

Quand Myziane Maolida rend fou de rage Genesio

Foot01.com

Entré en cours de première mi-temps à la place de Maxwel Cornet, blessé, Myziane Maolida n'aura pas marqué des points ce dimanche soir, même si l'Olympique Lyonnais s'est tranquillement imposé contre Toulouse (2-0). Alors que Memphis Depay a profité des absences de Fekir et de Mariano pour inscrire un doublé, l'attaquant de 19 ans, lui, n'a pas montré grand-chose d'un point de vue offensif en ne tirant que deux fois au but.

Mais pire encore, le jeune du centre de formation de l'OL s'est montré en dilettante au niveau du repli défensif... Et ce n'est pas Bruno Genesio qui dira le contraire, lui qui a même failli le sortir en fin de match après que Maolida l'ai mis en rogne sur un non-respect d'une consigne de pressing... Auteur d'un seul petit but en 13 matchs sous le maillot lyonnais, Myziane a encore beaucoup de travail pour devenir le nouveau Lacazette.

 


 

Vairelles et son échange avorté avec CR7

Maxifoot.fr

Voilà une anecdote qui devrait donner des regrets aux supporters de l'Olympique Lyonnais. Ancien attaquant du club rhodanien, Tony Vairelles intéressait le Sporting Portugal à l'issue de la saison 2002-2003. Pour attirer l'ex-buteur français, la formation lusitanienne a proposé un échange avec... Cristiano Ronaldo (33 ans, 35 matchs et 37 buts toutes compétitions cette saison), plus un autre joueur. Une offre refusée par Jean-Michel Aulas.

"Lyon voulait de l'argent, a indiqué Vairelles sur le plateau de J+1. Il me restait un an de contrat, donc Lyon voulait un transfert et ne voulait pas d'un échange. Je pense que Lyon doit regretter aujourd'hui !"
Finalement, Vairelles a rejoint Rennes quand Ronaldo a pris la direction de Manchester United. Rien ne dit que le quintuple Ballon d'Or aurait eu la même trajectoire s'il avait rejoint le club français. Mais dans un OL qui brillait, CR7 n'aurait pas fait tache, loin de là..

 


 

Domenech met l'OL en garde devant ce grand danger

Foot01.com

Dimanche soir, l’OL s’est imposé sans véritablement trembler contre Toulouse (2-0). Néanmoins, la tâche aurait pu être plus délicate sans deux arrêts déterminants d’Anthony Lopes en seconde période. Car une nouvelle fois, les hommes de Bruno Genesio se sont arrêtés de jouer après avoir mené au score. Un vrai problème selon Raymond Domenech, qui estime que l’OL va au-devant de gros problèmes s’ils ne règlent pas ce gros problème.

« Lopes a été obligé de faire des arrêts en deuxième mi-temps, c’est la preuve qu’ils n’ont pas tout maîtrisé. Cette équipe n’arrive jamais à finir correctement le travail parce qu’ils se font plaisir avec des talonnades, des mauvais choix personnels… Au lieu de marquer le 3-0, ils relancent l’adversaire car ils jouent moins simple, etc. Ils ne savent pas jouer simple quand ils mènent au score. Ils vont à Metz au prochain match, ils vont devoir faire très attention à ça » a expliqué l’ancien sélectionneur de l’Equipe de France sur la Chaîne L’Equipe. Un problème qui a coûté beaucoup de points aux hommes de Bruno Genesio depuis le début de la saison et qui pourrait valoir la 3e place à l’OL en fin de saison…


 

Ménès est persuadé que l'OL peut griller l'OM

Foot01.com

Statut quo en tête de la Ligue 1 à l’issue de la 31e journée puisque Lyon et Marseille se sont imposés. La lutte pour le podium s’annonce toujours aussi intense entre les deux clubs, et le week-end prochain pourrait être particulièrement piégeux pour l’OM. Selon Pierre Ménès, la réception de Montpellier, trois jours après un déplacement européen et sans plusieurs cadres (Mandanda, Rami) constitue un réel danger pour les hommes de Rudi Garcia. Ceux de Bruno Genesio parviendront-ils à en profiter, alors qu’ils seront en déplacement chez la lanterne rouge de la Ligue 1, à savoir Metz ?

« Lyon a très facilement battu une équipe de Toulouse qui va devoir se réveiller si elle veut rester en Ligue 1. Comme l’a dit Cahuzac au micro de Paga, la première mi-temps du Téfécé était vraiment dégueulasse. Quand tu joues le maintien, tu dois mettre un minimum de grinta dans ton match et ne pas laisser 10 mètres à ton adversaire. Dans ce contexte, Aouar et sa technique soyeuse se sont trimballés et ont offert le premier but à Memphis, avant que Sangaré ne concède ce péno inutile sur Ndombélé et permette à Depay de signer un doublé. Le second acte a été nettement moins maîtrisé par l’OL, ce qui a permis à Toulouse d’avoir deux ou trois occases sur lesquelles Lopes a été bon. Lyon revient donc à 2 points de l’OM, qui va devoir jouer un mois sans Mandanda et sûrement 15 jours sans Rami. Ce qui fait que la réception de Montpellier le week-end prochain au Vélodrome s’annonce particulièrement piégeuse » a expliqué le journaliste de Canal Plus sur son blog. Il sera forcément très intéressant de voir comment les deux clubs géreront leurs matchs, qui peuvent tous les deux ressembler à un piège lors de la 32e journée…

 

 

Voir aussi... OL 2-0 Toulouse : L'After

 

Last modified on lundi, 02 avril 2018 17:08