L'actu du Mardi 10 Avril

Fekir impressionne en interne avant son grand retour

Butfootballclub.fr

L’Équipe l’assure : le capitaine de l’OL Nabil Fekir sera de retour samedi pour la réception d’Amiens. Et, en interne, l’international tricolore impressionne.

Touché au genou droit contre l’ASSE le 25 février dernier (1-1), Nabil Fekir a été contraint d’effectuer ensuite une arthroscopie qui l’a éloigné des terrains environ quatre semaines mais ce coup dur n’est plus qu’un mauvais souvenir. L’Équipe affirme qu’il a, par exemple, effectué dans l’intimité des huis clos une semaine d’entraînement de bon niveau : « Il est très bien revenu et il est déjà prêt », assure un équipier.


Fekir impressionne déjà ses partenaires


Il a ainsi participé à la mise en place, la veille du déplacement à Metz, et a déjà impressionné certains partenaires. Mais Bruno Genesio ne comptait visiblement pas prendre de risques avec son leader, même s’il a glissé, durant sa conférence de presse post Metz, qu’il revenait en bonne forme physique… On pourra bientôt juger si c’est le cas.

 


 

Aulas évoque la possibilité Hatem Ben Arfa

Lequipe.fr


Il y a quelques jours, Hatem Ben Arfa fêtait avec humour son année sur le banc au PSG. En fin de contrat en juin, l'attaquant de 31 ans va enfin quitter Paris et devra se trouver un point de chute. Interrogé sur la possibilité de le voir revenir à Lyon, Jean-Michel Aulas n'a pas caché qu'il appréciait toujours le joueur tout en restant très prudent.

«On l'a toujours souhaité (faire revenir Hatem Ben Arfa, ndlr), l'année derrière aussi. Avec Gérard Houiller dans mon bureau à Paris, on avait tapé dans la main. Et puis le lendemain le PSG est arrivé avec, je ne vais même pas dire le montant de la proposition qui lui a été faite... C'est un garçon sympathique, de talent, une année sans jouer c'est terrible. (...) Je pensais vraiment qu'Hatem allait revenir. Je suis en contact avec son agent qui m'a appelé, mais on n'a absolument pas ouvert les discussions.»

 


 

L’impressionnante statistique des Lyonnais

Football.fr

Vainqueur 5-0 à Metz, l’Olympique Lyonnais a confirmé ses bonnes dispositions à l’extérieur. Des bonnes dispositions qui lui valent d’avoir l’attaque la plus prolifique d’Europe loin de ses bases avec déjà 42 buts inscrits en 17 matches. A titre de comparaison, le PSG en a inscrit 35, Manchester City 37 et Barcelone 36.

 


 

Ranieri à la lutte avec Gasset (ASSE) pour entraîner l’OL ?

Butfootballclub.fr

L’information a été avancée lundi soir par le journaliste de RMC Edward Jay : Bruno Genesio pourrait décider de son propre chef de quitter l’OL en fin de saison, troisième place assurée ou pas ! L’entraîneur des Gones serait usé et pourrait donc laisser sa place plus tôt que prévu. Les remplaçants ne devraient pas manquer.


Genesio pourrait prendre la décision de quitter l’OL tout seul


En plus de l’entraîneur du FC Nantes Claudio Ranieri, France Football avance que Jean-Michel Aulas pourrait compter sur le duo composé de Laurent Blanc et Jean-Louis Gasset (ASSE) pour mener sa prochaine barque ! FF précise que rien n’est encore acté mais que Blanc – qui serait automatiquement accompagné de Gasset – vise un club plus prestigieux qu’Everton et que Chelsea pourrait bel et bien l’intéresser. L’OL, aussi, évidemment. « Lyon songerait aussi à lui en cas de départ de Bruno Genesio. L’arrivée de Gasset à l’OL, après avoir redressé le voisin honni, ne manquerait pas de sel », concluent nos confrères.

 


 

Nkoulou, le Torino confirme son transfert définitif

Foot-sur7.fr

Comme annoncé, le Torino FC a levé l’option d’achat de Nicolas Nkoulou avant même la fin de la saison. Le joueur prêté par l’Olympique Lyonnais a franchi le nombre de matchs qu’il fallait pour qu’il appartienne automatique au club turinois.

Dimanche dernier, le défenseur a fait sa 30e apparition dans le championnat transalpin. Mais avant même la confrontation avec l'Inter Milan au Stadio Olimpico (1-0), le patron du « Toro » avait déjà annoncé la couleur sur l’avenir de l’international camerounais.

« Le transfert de NKoulou ? Il est automatique en fonction du nombre de matchs joués, donc je peux dire qu'il restera à Turin », a indiqué Urbano Cairo sur TV italienne Premium Sport, relayé par le Corriere dello Sport.

Pour mémoire, l’arrière central de 28 ans avait fait l’objet d’un prêt payant d’un montant de 500 000 €. Concernant l'option d’achat, elle était fixée à 3,5 M€. Soit un total de 4 M€ dans les caisses de Lyon.



Les déclarations à retenir après l’intervention d'Aulas sur TLM

Football365.fr

Invité sur le plateau de TLM, Jean-Michel Aulas a balayé l’actualité de l’OL. Du possible retour de Juninho à l’avenir de Bruno Genesio en passant par le recrutement, le président lyonnais s’est confié dans son style sur de multiples sujets.


    « Vous allez contre l’intérêt du club »


Très attendu, le « règlement de compte » entre Jean-Michel Aulas et Nicolas Puydebois, après le sévère tacle du premier sur le second il y a quelques semaines, a eu lieu. Sans s’excuser, le président lyonnais, nerveux et tatillon sur les mots, a plus généralement fait le procès de l’émission « Tant Qu’il Y Aura Des Gones » et du site « Olympique et Lyonnais » : « Le site Olympique et Lyonnais pose problème d’un point de vue de l’éthique et de la déontologie. On a l’impression de l’intérieur que c’est systématiquement contre, court-termiste, jusqu’au moment où je pousse un coup de gueule. Quand on a autant de matchs que moi au compteur, on a avis qui est de l’ordre de la justesse, de l’équité, et de l’éthique. Vous allez contre l’intérêt du club et il faut se rendre compte que quand on s’autorise des analyses sur votre site, on est suivi par des gens qui n’ont pas le recul nécessaire. Les joueurs viennent me voir et me demandent « qu’est-ce qu’ils ont contre nous ? »», a-t-il déclaré sur TLM, dans l’émission « Tant Qu’il Y Aura des Gones ».


    « Les objectifs ? Il n’y avait rien de promis »


Si l’OL va mieux, Bruno Genesio et ses hommes ont connu une période de turbulences, marquée par une élimination très critiquée contre le CSKA Moscou, en huitièmes de finale de Ligue Europa. Ainsi, l’un des deux objectifs de la saison – celui de disputer une finale de Coupe d’Europe au Parc OL – s’est envolé.

« Si les objectifs sont onformes aux attentes ? Un, il n’y a pas eu de promesses. Deux, on a fait le maximum pour aller le plus loin possible et on a été éliminé contre le CSKA Moscou. Aujourd’hui, on est en train de lutter contre Marseille et Monaco pour la Ligue des Champions. La lutte avec Marseille sera difficile, elle sera acharnée. On n’est pas très loin des objectifs. »


    « Les sceptiques ? Je leur dis de me faire confiance »


Malgré le regain de forme observé ces dernières semaines, certains supporters rhodaniens sont toujours frustrés par la qualité globale du jeu proposé par l’écurie lyonnaise, mais aussi les points perdus dans des matchs supposés abordables. Là encore, JMA a balayé ces réserves d’une main.

« Il faut être intelligent et regarder sur une période durable. Si c’est tout casser une année et descendre en Ligue 2 après… Aujourd’hui on vit un drame à Lille. De quoi avons-nous besoin pour atteindre le podium ? Que les joueurs soient en confiance et qu’on soit derrière eux. Un supporter, c’est quelqu’un qui peut être déçu, mais qui ne doit pas avoir une position inflexible envers les joueurs. Les sceptiques ? Je leur dis de me faire confiance. On est sur une trajectoire absolument incroyable. Il fallait avoir une avance sur tous les autres en termes d’identité. J’avais quatre ambitions : avoir l’un des meilleurs centres de formation d’Europe, on est troisième, avoir une bonne équipe féminine, avoir nos propres équipements en termes de stade et de camps d’entraînement. On s’est qualifié 21 fois de suite en Coupe d’Europe, 22 fois l’année prochaine ».


    « Genesio ? En fonction de la qualification, on prendra une décision »


Autre sujet sensible à Lyon, celui de l’avenir de Bruno Genesio. Si l’avenir de l’entraîneur rhodanien semble s’écrire loin de Lyon en cas d’échec à se qualifier sur le podium, Aulas a entretenu le flou.

« Je ne vois pas pourquoi Bruno Genesio ne serait pas entraîneur si on se qualifie. Après, dans le football, tout est possible. Il faudra voir s’il a encore envie, parce que le traitement qui lui a été infligé pendant plusieurs années a été injuste. Rien n’est décidé. Il y a un contrat, j’aime quand ils sont respectés. Ce que je veux, c’est qu’il y ait une unité pour se qualifier en Ligue des Champions. En fonction de la qualification, on prendra une décision. Un entraîneur étranger ? Tout est envisageable. Laurent Blanc ? J’ai d’excellentes relations avec lui et son agent. Mais je connais aussi beaucoup d’autres agents et entraîneurs. Je n’ai pas contacté Claudio Ranieri. »


    « Juninho va revenir »


Voici un dossier qui traîne en longueur : celui d’un potentiel nouveau directeur sportif à Lyon, avec comme favori l’ancien numéro 8  rhodanien Juninho. Le président lyonnais a laissé entendre que tout était encore possible…

« Nous avons Bernard Lacombe qui est là tous les jours. J’ai aussi fait revenir Gérard Houllier. On n’est pas sans directeur sportif. On a une structure qui fonctionne parfaitement. J’ai effectivement fait revenir Juninho. Les choses avancent, on discute toujours. Il y avait un certain nombre de préalables techniques. C’est important d’avoir des diplômes. Il n’y a pas d’urgence, mais à un moment ou un autre, quand vous vous y attendrez le moins, Juninho va revenir. Pour la saison prochaine ? Tout est possible. Il y a un souci familial qui est en train d’être réglé. « Juni » nous aide aussi à concrétiser un partenariat dans un centre de formation au Brésil. »


    « On aura une équipe encore meilleure la saison prochaine »


Enfin, le sujet du prochain Mercato a évidemment été évoqué. Entre recrutement d’éléments expérimentés et progression des jeunes, Jean-Michel Aulas n’a pas toutes les cartes en main.

« Il faut d’abord se qualifier pour une compétition européenne. En fonction de la compétition, on a des pistes. La volonté est de faire progresser les jeunes joueurs ensemble. Mais à côté de la volonté, il y a des adversaires… Je n’ai pas 100% de chances de garder tout le monde. On a sûrement intérêt à faire mûrir nos joueurs. Mais comme ils sont très bons, je ne peux pas vous garantir qu’ils seront tous là. Ce que je vous garantis, c’est qu’on aura une équipe encore meilleure la saison prochaine. Ben Arfa ? On l’a toujours souhaité, l’année dernière aussi. Dans mon bureau, on avait tapé dans la main. Et le Paris Saint-Germain est arrivé… Mais une année sans jouer, c’est terrible. Je pensais vraiment qu’il allait revenir. Je suis en contacts avec son agent mais on n’a absolument pas engagé les discussions. »

 


 

Gonalons n’a pas rallumé la flamme

Football365.fr

Arrivé à l’AS Rome en début de saison après une fin d’aventure en queue de poisson à Lyon, Maxime Gonalons n’a jamais gagné sa place en Italie. De quoi déjà envisager un départ…

« Je ne veux pas rester à Lyon si les ambitions sont à la baisse ». Cette déclaration faite dans Le Progrès, et la réaction disproportionnée de Jean-Michel Aulas, ont précipité la fin de l’aventure de Maxime Gonalons à Lyon l’été dernier. Huit ans après avoir débuté en équipe première, cinq ans après avoir hérité du brassard de capitaine de l’OL, l’international français et son agent Frederic Guerra ont dû se résoudre à prendre un nouveau départ du côté de l’AS Rome. Le tout après une dernière saison moins aboutie, plus irrégulière, et marquée par des critiques croissantes de ses supporters. Un véritable crève-cœur.

Gonalons n’a jamais gagné sa place à l’AS Rome

« Les choses se sont faites assez rapidement. J’ai ressenti un peu d’incompréhension sur ma situation. A aucun moment je n’ai voulu rabaisser le club. J’avais simplement envie de savoir quelle allait être l’équipe la saison prochaine. Ça aurait pu se passer différemment et ça aurait pu rester entre nous ». Sur RMC, Gonalons avait bien tenté de clarifier les choses peu après son départ. Mais l’essentiel n’était plus vraiment là. Il s’agissait alors de s’imposer dans son nouveau club en franchissant un palier. Une mission pour le moment loin d’être remplie par l’homme aux 334 matchs avec l’OL. Quinze rencontres disputées toutes compétitions confondues depuis le début de saison, c’est évidemment trop maigre pour un joueur qui n’avait pas joué moins de 40 matchs depuis 2010-2011. A son poste de milieu défensif, mais surtout à son âge (29 ans), le natif de Vénissieux doit retrouver un temps de jeu plus conséquent. Histoire de regagner en confiance et éviter le genre d’entrée qui a été la sienne contre le FC Barcelone mercredi dernier, avec à la clé un but « offert » à Luis Suarez.

Gonalons, un fidèle soldat pas forcément prédestiné à bouger

Depuis le début de saison, Gonalons joue en moyenne un match sur trois en Serie A. Bien qu’il ait manqué un gros mois de compétition en raison d’une blessure à un mollet entre fin janvier et fin février, « Capitaine Max » est loin de participer activement à la lutte pour une qualification en Ligue des Champions que livre actuellement la Louve. « Ma saison est un peu tronquée, car j’ai été absent les deux premiers mois de l’année pour cause de blessure. Je joue moins mais je travaille dur à l’entraînement ». Devant le micro de Canal +, à l’issue de la lourde défaite des Romains à Barcelone (4-1) en quart de finale aller de Ligue des Champions, la frustration du Français se ressentait très fortement. Et pour cause, après avoir été lancé victorieusement par Claude Puel sur la pelouse de Liverpool, Gonalons a pris du galon et s’est imposé comme un titulaire indiscutable entre Rhône et Saône, dans un environnement qu’il connaissait parfaitement. Le numéro 21 faisait même partie de ces joueurs régulièrement cités comme susceptibles de faire toute leur carrière dans le club de Jean-Michel Aulas. « J’aurais aimé suivre la carrière de De Rossi et rester dans un seul club pour toute ma vie, mais maintenant, je suis heureux d’être à la Roma » avait-il d’ailleurs déclaré lors de sa présentation en conférence de presse.

Un départ dès cet été pour Gonalons ?

Une chose semble sûre, Gonalons ne terminera pas sa carrière à la Roma. Et la suite de son parcours pourrait d’ailleurs se fait hors d’Italie. Selon le Corriere dello Sport, Monchi, le directeur sportif de l’actuel quatrième de Serie A, ne serait pas satisfait de son rendement et aurait déjà coché des noms pour lui succéder dans l’entrejeu. Ainsi, Bryan Cristante, qui s’est révélé sous les couleurs de l’Atalanta Bergame au point de devenir international italien, ferait office de priorité. Mais le nom de Jean-Michaël Seri, moins en vue cette saison à Nice mais toujours ciblé par plusieurs écuries, est aussi évoqué par la presse italienne. Alors qu’un départ semblait d’actualité dès l’hiver dernier, l’ancien Lyonnais n’a pas rebondi après la fin précipitée de son histoire commune avec son club de cœur. La Liga et Villarreal, associés au joueur dont le contrat expire en 2021, pourraient peut-être se révéler comme un meilleur remède…

 


 

Aulas accuse le PSG sauce Qatar « de ne pas être bon pour le foot français »

Foot01.com

Jean-Michel Aulas n'a jamais caché qu'il n'était pas favorable à la manière dont le Qatar déversait un flot d'argent sur le Paris Saint-Germain. Et le président de l'Olympique Lyonnais l'a encore répété lors de l'émission Tant qu'il y aura des Gones, le PSG version QSI fait plus de mal au football français que de bien, Jean-Michel Aulas estimant que les dirigeants qataris abusaient totalement de leur puissance financière et tuaient la compétition nationale.

« J’ai mené durant des années le club dans une économie durable au niveau le plus haut. On a donc conçu une stratégie qui a fait qu’à un moment donné, à partir du centre de formation et d’un certain nombre d’hypothèses, on a gagné des titres. Et puis après, il y a une nouvelle décennie avec une nouvelle économie du sport qui voit arriver sur le plan européen un certain nombre de partenaires. Et sur le plan français d’investisseurs qui ne sont pas bons pour l’Olympique Lyonnais mais pas bons non plus pour le football français, ils n’ont aucune notion de la concurrence et aucune notion de la valeur de l’argent (...) Le PSG a un budget de 800ME, pas 500 ou 600ME », a fait savoir le président de l'Olympique Lyonnais, toujours aussi remonté contre le Paris Saint-Germain et pas décidé à lâcher l'affaire.