L'actu du Mercredi 12 Septembre

Ferland Mendy et l’OL attaqués en justice

Football365.fr

Pour une histoire de commission, Ferland Mendy et l’Olympique Lyonnais vont être assignés devant le tribunal de grande instance de Lyon par l’ancien représentant du joueur, Laurent Menestrier.

Déjà embourbé dans une tempête médiatique avec le cas privé de Bruno Genesio, l’Olympique Lyonnais est confronté à une nouvelle histoire extra-sportive. Dans son édition du jour, L’Equipe annonce que le club lyonnais est sur le point d’être assigné en justice par Laurent Menestrier. Ce dernier n’est autre que l’ancien représentant de Ferland Mendy et souhaite faire valoir ses droits concernant le transfert du latéral gauche vers l’OL en juin 2017. « M.Mendy a signé un mandat d’intérêt commun qu’il a résilié de manière unilatérale. Nous allons aussi assigner l’OL pour avoir concouru à la commission de la violation des engagements contractuels de M.Mendy », détaille l’avocat du plaignant.


Menestrier veut sa commission


Une affaire de gros sous donc puisque Menestrier reproche au club de Jean-Michel Aulas d’avoir négocier avec les nouveaux représentants de l’ancien joueur du Havre ce qui l’a empêché de toucher les commissions du transfert. « Mais aujourd’hui, j’en fais une question de principe », souligne l’avocat mandataire sportif. Du coté de l’OL, c’est la surprise qui prédomine et le club a assuré au quotidien sportif n’avoir pas « reçu d’assignation du tribunal. » Même son de cloche dans le camp de Ferland Mendy qui a malgré tout rédigé un communiqué. « Visiblement certaines personnes mal intentionnées cherchent à se faire de la publicité sur mon nom en avertissant la presse d’une procédure dont je n’ai même pas connaissance. » avant d’ajouter qu’il ne ferait plus aucun commentaire concernant cette affaire vieille d’un an. Révélation depuis son arrivée entre Rhône et Saône, Mendy semble droit dans ses baskets.

 


 

Vidéo : Le but d'Aouar avec les Espoirs

Twitter.com





 

Manchester City, PSG, OM… L’OL n’a pas le temps de gamberger en pleine « affaire Genesio »

Football365.fr

Engagé dans une tempête médiatique depuis l’« affaire Genesio », l’Olympique Lyonnais doit repartir de l’avant sur le terrain, et ce dès samedi à Caen (17h00). Une façon de dissiper les doutes sportifs et extra-sportifs dans une période sportive riche en chocs.

La trêve internationale est généralement faite pour recharger les batteries, perfectionner les automatismes, voire fêter un titre de champion du monde, comme l’ont fait les Bleus dimanche soir. A Lyon, les deux semaines sans rencontre ont semblé des mois au sortir d’une tempête médiatique. L’« affaire Genesio » a ravivé les tensions entre un club, ou plutôt son président, et ses supporters. Le climat est délétère entre Rhône et Saône ; mais l’OL s’avance déjà vers un tournant de sa saison. En plus de l’extra-sportif, le club lyonnais n’est pas parti en mini-break de la meilleure des manières. Déjà défaits sur la pelouse de Reims (1-0), les coéquipiers de Nabil Fekir se sont fait surprendre à domicile contre Nice (0-1). Malgré une domination (29 tirs) soulignée par Jean-Michel Aulas, la partition récitée a montré que Lyon est encore en rodage à l’image de Marseille et Monaco.


Le PSG, Marseille ou City au programme


Pourtant il faudra mettre le bleu de chauffe dès samedi (17h00) à Caen. « Reprendre par ce match à Caen sera terriblement important compte tenu de tout ce qui s’est passé ces derniers temps », a lui-même concédé Aulas au Progrès. Après avoir laissé filer des points en route malgré 3 matchs à domicile, le septuple champion de France attaque une période qui peut lui donner de l’espoir ou couler un navire au bord du précipice. Jusqu’à la prochaine trêve internationale début octobre, les hommes de Bruno Genesio ne vont pas avoir le temps de se reposer. En 23 jours, ils vont jouer 7 fois et se coltiner, notamment l’OM et le PSG en L1 (mais aussi Dijon et Nantes), sans oublier Manchester City et le Shakhtar pour le début de la Ligue des Champions. Le programme XXL promis à l’Olympique Lyonnais durant la deuxième partie de septembre aura pour but d’occulter toutes les ondes négatives qui pourrissent le quotidien du club depuis maintenant 10 jours.


Des joueurs enfin au point physiquement et mentalement ?


Critiqué, Genesio sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur, même si sa tête n’est pas mise à prix par Aulas. Que le coach lyonnais se rassure, ces deux semaines de pause ont au moins permis à Fekir de tourner définitivement la page Coupe du Monde contre les Pays-Bas de Memphis Depay (double buteur contre le Pérou) et de se refaire une santé -physique- avec les Bleus. Chez les Espoirs, Moussa Dembélé a trouvé le chemin des filets et validé la qualification des Bleuets avec Lucas Tousart, Tanguy Ndombélé, Martin Terrier et Houssem Aouar, également buteur. Sept joueurs amenés à jouer un rôle important, loin de tous les remous et qui reviendront avec une certaine fraîcheur psychologique. Une dimension mentale qui a son importance, alors que les Lyonnais peinent à séduire dans le jeu depuis le début de la saison. Plus que par un communiqué, c’est sur le terrain que l’OL va devoir répondre présent pour ne pas tomber dans la crise.

 


 

Lyon se paye un renfort pour être meilleur au mercato

Foot01.com

Ancien dénicheur de talents, Florian Maurice est monté en grade ces dernières années, et est désormais le chef de la cellule de recrutement, et le représentant de l’OL en ce qui concerne les transferts. Mais souvent, l’ancien numéro 9 apparaît comme un peu esseulé dans l’organigramme pour traiter tous les dossiers, notamment en ce qui concerne le mercato.

C’est en ce sens que Sud-Ouest annonce que Jérôme Bonnissel a été recruté par l’OL. L’ex-défenseur passé notamment par Bordeaux, Marseille ou La Corogne, occupait le poste de responsable du recrutement chez les Girondins entre 2010 et 2016. Parti en janvier 2016 en raison d’un désaccord avec la direction, Bonnissel a été recruté par Florian Maurice, dont il est proche. Il intègrera la cellule de recrutement pour développer cet aspect et mieux répondre aux demandes du club et des techniciens en ce qui concerne les transferts.

 


 

Dembélé à l'OL, il y en a un que ça arrange bien

Foot01.com

Titulaire indiscutable avec l’Equipe de France U21, Moussa Dembélé a été l’un des grands artisans de la qualification tricolore pour l’Euro 2019.

Homme fort de Sylvain Ripoll, l’ex-buteur du Celtic Glasgow va découvrir la Ligue 1 dans les prochaines semaines puisqu’il s’est engagé, dans les dernières heures du mercato estival, en faveur de l’Olympique Lyonnais. Et cela arrange bien Sylvain Ripoll, son entraîneur en sélection, pour qui Moussa Dembélé va emmagasiner beaucoup d’expérience en disputant la Ligue 1 et la Ligue des Champions.

« Il est très efficace dans l’attaque du but et dans la capacité à marquer. Il est mobile, puissant et garde sa lucidité quand il est dans les seize mètres. Il a cette capacité à être utile dans le jeu collectif aussi donc il est capable d’évoluer à deux devant ou seul en pointe » a-t-il expliqué à L’Equipe avant d’évoquer plus précisément le transfert de Moussa Dembélé à Lyon. « Je suis content de le voir signer à l’OL car il va arriver dans un championnat de niveau important, avec les exigences de la Ligue des champions. Il y a tout ce qu’il faut pour que ce soit bénéfique » s’est réjoui l'ancien coach de Lorient. Maintenant, c’est à l’attaquant de 22 ans de confirmer, car du côté de l’OL, les attentes seront importantes après l’effort consenti cet été pour le recruter.

 


 

Majri, toujours plus haut

Lequipe.fr

Comme elle le souhaite depuis ses débuts avec l'OL, Amel Majri (25 ans) a été repositionnée un peu plus haut dans le couloir gauche en ce début de saison. Avant l'entrée en lice de Lyon en Ligue des champions, mercredi (18h00) sur le terrain d'Avaldsne, l'expérience est plutôt concluante.

«Je préfère évoluer devant. J'ai des qualités pour être offensive.» Cette déclaration d'Amel Majri remonte au mois de novembre 2014 alors qu'elle participait à un rassemblement de l'équipe de France. Majri n'a jamais caché son désir d'évoluer plus haut sur le terrain, comme lorsqu'elle jouait dans les équipes de jeunes de l'OL. Lors de la rénovation de son contrat, en 2016, elle avait demandé des garanties d'évoluer plus souvent à ce poste. «A moi de montrer que je le mérite», avait ajouté la native de Monastir (Tunisie), confiante mais aussi consciente qu'elle serait attendue.

Le débat autour du positionnement d'Amel Majri, en sélection comme en club, a longtemps duré car la jeune pousse s'est montrée performante en défense comme au milieu de terrain. En 2016, après une saison comme latérale gauche sous les ordres de Gérard Prêcheur à Lyon, elle avait été élue meilleure joueuse de D1. Mais l'éclosion de joueuses comme la Montpelliéraine Sakina Karchaoui et Selma Bacha, sa coéquipière de l'OL, ont changé la donne. Désormais, Corinne Diacre, la sélectionneure, et Reynald Pedros, le coach des Lyonnaises, disposent d'alternatives crédibles et Majri peut raisonnablement regarder plus haut sur le terrain.


«En jouant plus haut, elle savait qu'elle allait se frotter à la concurrence»


«J'ai eu une discussion avec elle la saison passée, elle avait émis le souhait de jouer un peu plus haut, a précisé Pedros cette semaine. Je lui avais dit que je voulais qu'elle joue plus haut mais je n'avais que Selma (Bacha) pour la remplacer. Je lui avais expliqué que si je la faisais jouer, elle monterait d'un cran.» Bacha (17 ans) a répondu aux attentes de Pedros, qui n'a donc pas hésité à les associer, notamment en finale de la Ligue des champions.

Cet été, le club a recruté la défenseure allemande Carolin Simon (25 ans) pour renforcer son couloir gauche. «On a deux latérales gauches et du coup, on peut faire jouer Amel plus haut, se réjouit Pedros. Dans cette position, elle savait aussi qu'elle allait se frotter plus à la concurrence. Aujourd'hui ça se passe bien, elle est performante, il faut que ça dure.»

Après les deux premiers matches de l'OL, elle est déjà la meilleure buteuse de l'équipe avec 4 buts inscrits, devant le phénomène Ada Hegerberg (3). Face à Avaldsnes, ce mercredi (18h00), pour l'entrée en lice des Lyonnaises en Ligue des champions, Amel Majri devrait encore faire grimper ses statistiques.

 


 

Lyon ne demande pas l'effet suspensif pour son appel suite à sa sanction infligée par l'UEFA

Lequipe.fr

Comme il l'avait laissé entendre, l'OL a bien fait appel de la sanction (deux matches européens à huis clos, dont un ferme et l'autre avec sursis durant deux ans, ainsi que 100 000 euros d'amende) infligée par la commission de discipline de l'UEFA pour les incidents survenus à l'occasion de la rencontre face au CSKA Moscou (2-3), le 15 mars, en huitièmes de finale retour de Ligue Europa. Mais le club n'a pas demandé qu'il soit suspensif, ce qui aurait pu être accordé par le président de la commission. Pour l'heure, l'OL ne sait pas quand son appel sera étudié, mais il devrait l'être avant son premier match de Ligue des champions à domicile, face au Chakhtior Donetsk, le 2 octobre.

 

 

Contribuez à la survie du site avec un don (2€, 5€,..)


> Vous pouvez aussi désactiver votre bloqueur de publicité pour 100ol.fr/centpourcentol.fr ;-)

 

Last modified on mercredi, 12 septembre 2018 12:41