L'actu du Jeudi 11 Octobre

Juninho ne peut pas encore revenir à Lyon

Foot01.com

C’est une sorte de tradition à l’Olympique Lyonnais : la porte est toujours ouverte pour les anciens du club rhodanien.

Florian Maurice, Claudio Caçapa et Grégory Coupet pourront confirmer, Jean-Michel Aulas trouve toujours une place pour ses ex-Gones. Surtout s’ils ont contribué à l’épopée de l’OL au début des années 2000 comme l’a fait Juninho. Ce n’est un secret pour personne, le président lyonnais aimerait inscrire le Brésilien dans son organigramme. Mais l’ancien artilleur a refusé l’invitation et s’est expliqué dans la presse.

« J’ai reçu une proposition de Lyon mais j’ai préféré attendre. J'ai les compétences pour être dirigeant. Mais à cause de ce qu’il se passe au Brésil et de ce que j’ai vu du monde des médias, je préfère attendre, a confié le consultant à El Pais. J’ai joué au football pendant 20 ans. J’ai toujours eu en tête de ne pas être dans le besoin au moment d’arrêter. Et pour ne pas avoir à vendre mon âme, je n’ai jamais dépensé plus de 30% de ce que j’ai gagné en tant que joueur. Je me suis préparé. J’ai investi 70% de mes revenus. »


Juninho surpris par les Français


Mais que JMA se rassure, « Juni », affecté par la mentalité dans son pays natal, pourrait vite changer d’avis. « Ce qui a éveillé ma conscience politique, c’est le côté humain des Français, a-t-il raconté. Je pensais que les Brésiliens étaient des gens solidaires. Mais quel mensonge ! Les Français le sont. Il y a des extrémistes, des gens qui méprisent les musulmans, des racistes. Mais la plupart sont des gens évolués humainement. » Simple exemple avec les jeunes talents tricolores.

« J’ai vu des jeunes à qui l'on proposait des contrats deux fois plus importants dans d’autres clubs mais qui les refusaient, parce qu’ils voulaient rester dans la ville où ils ont grandi, s’est étonné Juninho. Je ne comprenais pas, je ne voyais que le côté financier. Nous sommes très égoïstes ici. Si je le sais, c’est parce que j’ai vécu en dehors du Brésil. Le football m’a appris à voir le monde. Le football m’a sauvé la vie. » Autant dire qu’un retour en France n’est pas à exclure…

 


 

Des joueurs à fort potentiel déjà sur le marché

Foot-sur7.fr

Jean-Michel Aulas n’est pas certain de pouvoir garder des joueurs de l’ OL lors du mercato estival prochain. Ils sont déjà convoités par de grands clubs d’Europe selon le président du club rhodanien.

L’ OL regorge de jeunes joueurs à fort potentiel qui sont déjà sur les tablettes de grosses écuries européennes. Jean-Michel Aulas en est conscient et avoue qu’il ne peut pas les retenir si la demande est trop forte.

« C’est sûr qu’on sera encore plus en difficulté. On avait des propositions pour Nabil Fekir, Houssem Aouar, Tanguy Ndombele, Ferland Mendy… Et si on obtient de bons résultats, forcément, ces joueurs seront convoités. Je ne peux pas vous garantir, par exemple, qu’on pourra garder Ndombele ou Aouar », a annoncé le boss des Gones en conférence de presse, ce mercredi.

« Je rappelle que la plupart des joueurs qui ont été vendus, l’été dernier, n’étaient pas des têtes d’affiche. Et on a prolongé de nombreux joueurs comme Aouar, Tousart, Ndombele et Mendy », a souligné Aulas pour rassurer que l’équipe de sera pas entièrement dégarnie en cas de départs.

Le dirigeant de Lyon n’a pas manqué d’expliquer aux supporters pourquoi, le club est obliqué de vendre des joueurs qui ont atteint un certain statut.

« C’est une économie de marché. Ce n’est pas voulu, on ne décide pas chaque année de vendre des joueurs comme Lacazette, Tolisso… Ils ont acquis un statut et des clubs s’intéressent à eux. Ces joueurs, et on ne peut pas lutter contre, ils veulent jouer les uns à Madrid, les autres à Barcelone, les suivants à Manchester.

Je le répète, on ne peut pas s’y opposer. Si on veut un jour être sur le toit de l’Europe, il faut avoir des comptes récurrents qui soient positifs. On s’inscrit dans un modèle et on espère, année après année, qu’on va progresser », a rassuré Jean-Michel Aulas pour conclure.

 


 

Jardim à Lyon ? Aulas brise le rêve des supporters

Foot01.com

Toujours aussi contesté par les supporters lyonnais, Bruno Genesio a néanmoins le soutien total de son président.

Très actif sur les réseaux sociaux, Jean-Michel Aulas sait bien que de nombreux twittos passent leur temps à suggérer de nouveaux entraineurs pour leur club. Des noms ronflants, des techniciens d’expérience, des meneurs d’homme ou bien un profil différent qui scierait bien à Lyon : celui d’un coach capable de faire progresser de manière spectaculaire les jeunes. C’est pourquoi le nom de Leonardo Jardim est arrivé jusqu’aux oreilles de « JMA », l’entraineur portugais étant sur le point de se faire virer par l’AS Monaco après un début de saison difficile. Pas de quoi faire changer d’avis le président rhodanien, persuadé qu’il a déjà tout ce qu’il faut sous la main avec Bruno Genesio.

« Jardim, c’est un entraîneur de qualité. Certains de nos supporters en faisaient l’un des leaders au niveau des entraîneurs étrangers. Aujourd’hui, il est en difficulté. Si j’étais à la place de Monaco, je le garderais évidemment. Ne venez pas me tenter de dire que c’est quelqu’un qui pourrait intéresser Lyon. On a un très bon entraîneur qui est en poste. Pour l’essentiel, il réussit parfaitement. La question n’est pas d’actualité », a fait savoir Jean-Michel Aulas. Et si, en fin de saison en cas d’objectifs non remplis, la question devenait d’actualité pour une éventuelle collaboration entre Leonardo Jardim et l’Olympique Lyonnais ?

 


 

Memphis Depay fait passer un message fort à Bruno Genesio

Butfootballclub.fr

Memphis Depay n’est pas spécialement heureux de sa reconversion en tant qu’avant-centre et l’a fait savoir.

Passé de joueur de couloir à attaquant de pointe avec l’OL, Memphis Depay ne se voit pas faire carrière devant. En effet, si Bruno Genesio s’était servi des prestations du Néerlandais en sélection pour lui offrir le poste de Mariano Diaz en fin de saison dernière, celui-ci pourrait prochainement faire marche arrière à la demande express de l’ancien Mancunien.

Questionné sur son nouveau poste lors de la trêve internationale avec les Pays-Bas, Memphis n’a pas donné dans la langue de bois : « Je ne me sens pas comme un véritable attaquant. J’aime jouer, toucher le ballon. Je me sens plus à l’aise quand j’ai un peu d’espace et de liberté, quand je peux plonger dans le dos de la défense. Je me considère plus comme un milieu de terrain. La comparaison avec van Basten ou van Nistelrooy ? Eux, c’étaient des vrais buteurs, très grands en taille. Moi, je mesure 1m77. Je ne veux pas me comparer à ces grands noms. Ce sont des légendes du football néerlandais. Moi, je suis toujours un jeune joueur ».

Nabil Fekir blessé et absent plus d’un mois, il n’est pas impossible que Bruno Genesio lui confie les clés du jeu et donne à Moussa Dembélé le poste de buteur…

 


 

Tanguy Ndombélé laisse de gros regrets du côté de Guingamp

Butfootballclub.fr

Du côté des anciens éducateurs de l’En Avant Guingamp, on reconnaît l’erreur de ne pas avoir conservé Tanguy Ndombélé lorsque l’intéressé avait 17 ans.

Drôle de hasard de l’histoire : c’est à Guingamp, au Roudourou, que Tanguy Ndombélé pourrait faire ses débuts en équipe de France face à l’Islande ce jeudi soir. Il faut dire que le milieu de terrain de l’OL est passé par le centre de formation du club breton avant d’en être recalé.


« J’aurais aimé qu’il reste »


Dans les colonnes de L’Equipe ce jeudi matin, les anciens éducateurs de l’EAG reviennent sur le passage de Ndombélé en Armorique avec une pointe de regret. Philippe Le Maire, ex entraîneur des U16 et U17 de l’EAG aujourd’hui sur le banc du club de Fougères (National 3) revient sur l’épisode : « Ne par l’avoir conservé, c’est un choix du club. Je reste persuadé qu’il aurait pu apprendre la répétition des efforts chez nous. On n’était pas obligés de passer par un renvoi. Il lui fallait juste un peu plus de temps. J’aurais aimé qu’il reste, mais je n’étais pas décideur. Et je n’aborderai jamais les raisons pour lesquelles il n’a pas été conservé. J’en connais trop les tenants et les aboutissants ».


«  Ne pas le conserver, c’est un choix que j’assume »


S’il relativise son choix, Lionel Rouxel, ex directeur du centre de formation devenu sélectionneur des Bleuets U19, avoue aussi qu’il aurait pu prendre une autre décision : « Le potentiel, il l’avait déjà. Mais ce potentiel, il n’avait pas encore la maturité pour l’exploiter. Sur la durée, il manquait de constance dans les efforts et de volonté au quotidien sur les terrains. On aurait aimé aller plus loin mais il y avait d’autres joueurs dont il fallait s’occuper. Ne pas le conserver, c’est un choix que j’assume. Mais des regrets, on en a toujours. On aurait même pu le garder pour aller au bout du bout. Mais quand on utilise beaucoup de leviers, pour assurer une certaine légitimité en tant qu’éducateur ou directeur du centre de formation, il y a des choix à faire ».

 

 

 

Contribuez à la survie du site avec un don


> Vous pouvez aussi désactiver votre bloqueur de publicité pour 100ol.fr/centpourcentol.fr ;-)

 

Last modified on vendredi, 12 octobre 2018 20:28