L'actu du Samedi 3 Novembre

Voir aussi... OL - Bordeaux : L'Avant Match

L’équipe de France, l’obsession de Moussa Dembélé

Butfootballclub.fr

Passé par Fulham et le Celtic Glasgow avant d’arriver à Lyon cet été, Moussa Dembélé (22 ans) n’aurait qu’une idée en tête : intégrer l’équipe de France championne du monde.

L’Equipe, ce samedi, consacre un long article à Moussa Dembélé, qui retrace le parcours de l’attaquant lyonnais. Formé au PSG, Dembélé avait quitté le club de la capitale pour rejoindre Fulham, alors en Championship, avant de préférer filer au Celtic Glasgow plutôt qu’à Chelsea ou à la Juventus Turin, qui le sollicitaient, en 2016.

Le quotidien explique que Dembélé avait failli signer à Brighton à l’été 2017, mais qu’il avait préféré rester au Celtic après avoir inscrit 32 buts lors de sa première saison en Ecosse, dont un triplé face aux Rangers dans un Old Firm remporté 5-1 par le Celtic.

Auteur de 3 buts en 6 matches depuis son arrivée à Lyon, Dembélé est ambitieux. Il veut continuer son ascension.

« En choisissant l’OL, il est toujours dans une logique de progression, confie Tangy Ndombele, qui le connait depuis l’enfance. Même s’il a beaucoup voyagé, il n’a que 22 ans. »

Prochaine étape pour Dembélé : les Bleus. C’est en tout cas son rêve le plus cher, comme le confie un proche : « L’équipe de France, il ne rêve que de ça. »

 


 

Lyon viré d'une Super League européenne avec l'OM et le PSG !

Foot01.com

Si Jean-Michel Aulas est rapidement monté en première ligne pour tacler le Paris SG, suite aux révélations de Mediapart, le président de l'Olympique Lyonnais n'a pas réagi à un autre scoop supposé de Football Leaks. En effet, dans les milliers de documents analysés par les médias européens, on apprend ainsi que 16 clubs européens se sont déjà entendus afin de créer dès 2021 une Super League européenne, qui forcément porterait un coup probablement fatal à la Ligue des champions.

Et ces 16 clubs, qui devraient signer un document durant ce mois de novembre, on trouve le FC Barcelone, le Real Madrid, Manchester United, le Bayern Munich, la Juventus, Chelsea, Arsenal, le Paris Saint-Germain, Manchester City, Liverpool et le Milan AC, l'Atlético Madrid, l'Olympique de Marseille, l'Inter Milan, l'AS Rome et le Borussia Dortmund. Nul trace de l'Olympique Lyonnais, lequel aurait donc été mis de côté par cette Super League, et cela alors que le patron de l'OL ne rate jamais l'occasion de rappeler que son club est le numéro 1 en France concernant les participations européennes. Cependant, Football Leaks présente des documents qui tendent à penser que l'équivalent d'une deuxième division pourrait être créée afin d'intégrer plus de clubs. Le vieux serpent de mer d'une ligue fermée rejaillit encore plus fort, et cette fois de manière officielle ou presque.

 


 

Lacombe défend encore Genesio

Football.fr

Conseiller du président Aulas, Bernard Lacombe fait partie des plus farouches défenseurs de Bruno Genesio. Dans une interview accordée au Parisien en marge de la rencontre entre Bordeaux et Lyon, l'ancien international français a de nouveau été au front pour l'entraîneur rhodanien. "Bruno est très critiqué ? Comme d'habitude, c'est de sa faute... Je salue salue son travail à l'OL depuis son arrivée. On est beaucoup à apprécier son travail et il le sait. De toute façon, quand vous êtes entraîneur, vous êtes responsable d’un jeu qui est joué par les autres".

Lacombe, qui a vécu cette pression depuis le banc entre 1996 et 2000, comprend la difficulté de la tâche de Genesio au quotidien. "J’ai passé des moments très compliqués comme entraîneur. En fait, on passe par des sentiments d’euphorie extraordinaire à des instants où on se retrouve totalement seul. Ou du moins on se sent seul. C’est très facile pour un entraîneur de tomber dans la paranoïa".

 


 

Tousart s'attaque à « ce monde de requins » qu’est le foot

Foot01.com

Après un excellent début de saison avec l'Olympique Lyonnais, Lucas Tousart a connu un passage à vide, et cela s'est même aggravé après deux expulsions en deux semaines (Dijon, puis PSG), lesquelles ont contraint le milieu de terrain à s'installer dans les tribunes pour regarder ses coéquipiers. Ajoutez à cela, la décision de Bruno Genesio de mettre Lucas Tousart remplaçant contre l'OM au Groupama Stadium, juste avant ses deux expulsions, et forcément cela a mis sous pression le joueur qui, rappelons le, n'a que 21 ans. Et ce samedi, avant de croiser la route de Bordeaux, Lucas Tousart admet dans Le Progrès que tout cela lui a servi au moins sur le plan mental.

Car le milieu de terrain de l'Olympique Lyonnais a notamment fait face à des critiques parfois virulentes. « Les critiques sont-elles trop dures ? Si tu ne te mets pas dans une bulle, même inconsciemment… Il faut se protéger de ce monde là, un peu méchant. Moi je ne m’apitoie pas sur mon sort, je travaille. Les critiques vont avec le monde du foot, font partie du foot. C’est sûr que c’est un monde de requins, on fait un match de m…, on est l’homme à abattre et après un très bon match, le gars va sauver le club !, fait remarquer Lucas Tousart, qui avoue avoir compris les choix de Bruno Genesio, notamment lorsqu’il l’a mis remplaçant. Le séjour sur le banc, ce n’est pas forcément ce que l’on préfère quand on est joueur. Mais le coach a décidé comme ça, et il avait raison, il voulait me titiller un peu. C’est tout à fait logique de sa part. Quand on joue souvent, on ne se rend plus compte. Mais on doit jouer un match comme si c’était le dernier de sa vie. »

 


 

Leboeuf calme l’irrespectueux Depay

Maxifoot.fr

Si son talent ne fait aucun doute, l’attaquant de l’Olympique Lyonnais, Memphis Depay (24 ans, 11 matchs et 3 buts en L1 cette saison), manque cruellement de régularité. Longtemps critiqué pour sa nonchalance, le Néerlandais ne convainc toujours pas le consultant Frank Leboeuf qui déplore son attitude.

"C’est quelqu’un qui a des facilités techniques et qui est en plus plutôt bon en ce moment, mais il se prend peut-être parfois pour quelqu’un qu’il n’est pas, a taclé le champion du monde 1998 sur RMC Sport. Quand on pense être un des meilleurs joueurs au monde, on ne peut pas se permettre certaines choses. Il est quelquefois dilettante, à la limite de l’irrespect par rapport à ses coéquipiers. Ce garçon a le talent qu’il faut, mais il a un mental défaillant."

Cette semaine, le Batave a déjà eu droit à un recadrage devant ses coéquipiers de la part de son coach, Bruno Genesio, après s’être plaint publiquement d’avoir commencé sur le banc contre Angers (2-1) samedi dernier en championnat.

 


 

Convoité, il rassure l’OL et l’OM sur son prix

Foot01.com

A l’image du FC Nantes, Valentin Rongier (23 ans) a retrouvé des couleurs depuis le changement d’entraîneur et la nomination de Vahid Halilhodzic.

Positionné derrière l’attaquant avec Miguel Cardoso, le milieu relayeur a vécu un début de saison difficile sur les plans individuel et collectif. Mais ce n’est peut-être pas la seule explication. Pendant le mercato hivernal, le capitaine des Canaris a été annoncé dans le viseur de Lyon et Marseille. Avant d’entendre Waldemar Kita évoquer un prix de 45 millions d’euros pour son transfert.

« Forcément ça perturbe un petit peu, dans le sens où tu te demandes ce que tu vas faire. Tu ne sais pas si tu vas rester ou pas, a reconnu Rongier dans un entretien accordé à France Football. Après, on connaît notre président... En disant 45 millions, c'était surtout pour me mettre en valeur. On sait tous que je ne vaux pas 45 millions, mais j'espère qu'un jour je pourrais dire "Je vaux 45 millions". »


Rongier est « bien à Nantes » mais...


« Mais le problème n'est pas là. Je me sens bien à Nantes, la saison est lancée maintenant et je me concentre pleinement sur mes objectifs avec le club, a confié le milieu de terrain. Quand c'est l'été, c'est la période des transferts et ça fait partie du job. On est forcément amené à réfléchir à son avenir, à prendre des décisions. Ce sera encore le cas l'été prochain et les autres années. »

D’autant que Rongier ne cache pas sa volonté de franchir un cap. « J'ai envie d'aller le plus loin possible. J'aimerais bien voir de quoi je suis capable à un niveau au-dessus, pour me tester et savoir si je peux prétendre à jouer plus haut ou si je resterai un joueur de Ligue 1 plutôt classique. Ça me permettra de voir un petit peu mieux mon avenir », a glissé le Canari, dont le message arrivera sûrement jusqu’aux Olympiques…


Voir aussi... OL - Bordeaux : L'Avant Match

 

Contribuez à la survie de 100%OL avec un don


> Vous pouvez aussi désactiver votre bloqueur de publicité pour 100ol.fr/centpourcentol.fr ;-)

 

Last modified on samedi, 03 novembre 2018 14:27