L'actu du Dimanche 4 Novembre

Voir aussi... OL 1-1 Bordeaux : L'After

Le tacle d'Aulas à Ndombele après Bordeaux

RMC.fr

Au micro d'OL TV, Jean-Michel Aulas a regretté l'attitude de ses joueurs face à Bordeaux (1-1), samedi, à l'occasion de la 12e journée de Ligue 1. Il a plus particulièrement épinglé Tanguy Ndombele.

"On n’a pas été au niveau et on a vu une très bonne équipe de Bordeaux." Dans un entretien à OLTV, Jean-Michel Aulas est revenu sur le nul concédé par les Gones samedi face à Bordeaux (1-1), à l’occasion de la 12e journée de Ligue 1, et il n’a pas épargné ses troupes. Le président lyonnais n’a pas franchement apprécié le comportement de certains de ses joueurs sur la pelouse du Groupama Stadium. "On a eu des attitudes qui n’étaient parfois pas les bonnes. Mentalement, on doit être fort dans nos têtes", a-t-il observé, avant de viser un joueur en particulier.


"Il faut positiver"


"Bruno Genesio a tenté de changer de système car Ndombele n’était pas très concerné aujourd’hui. Cela peut arriver", a-t-il lancé. En difficulté dans le milieu en losange mis en place par Genesio au coup d’envoi, l’international français a cédé sa place à Bertrand Traoré dès la pause et l’OL est alors passé en 4-2-3-1, avant de revenir à un 4-3-3. La sortie de Ndombele n’a toutefois pas empêché les Lyonnais de se faire reprendre à la 73e sur un but d’Andreas Cornelius. "On a pris un point, on aurait pu en prendre zéro, donc il faut positiver", a ajouté Aulas au micro d’OLTV.

Provisoirement quatrième de Ligue 1, l’OL pourrait perdre une place ce dimanche en cas de victoire de l’OM à Montpellier.

 


 

Génésio, Lopes, Rafael... Les lyonnais étaient dépités après le nul contre Bordeaux

Goal.com

Tenus en échec (1-1) et surtout trop limités dans le jeu face aux Girondins, les Lyonnais étaient très inquiets face aux médias après la rencontre.

Restant sur deux victoires de rang en championnat depuis sa claque reçue sur la pelouse du Parc des Princes (5-0), l'Olympique Lyonnais avait l'occasion de confirmer son regain de forme samedi soir, sur un plan comptable tout du moins, et de passer provisoirement devant le MHSC pour s'installer sur le podium de Ligue 1. Ce qui n'aurait pas été de trop compte tenu des critiques entourant le club ces dernières semaines.


"On mène 1-0 par miracle. On aurait du réagir sur la deuxième période"


Néanmoins, si les protégés de Bruno Génésio avaient ouvert le score juste avant la mi-temps par Houssem Aouar, le joueur formé au club ayant au passage inscrit son 4ème but cette saison, les lacunes des lyonnais ont été criantes dans ce match, et c'est fort logiquement que les Girondins de Bordeaux ont pu égaliser et ramener un point du Rhône, eux qui auraient même pu espérer beaucoup mieux. Et ce n'est pas Rafael qui dira le contraire.

"On a eu de la chance de faire match nul. On a été très mauvais. Il faut vite se reprendre pour mercredi. On a perdu beaucoup trop de ballons en deuxième mi-temps. On mène 1-0 par miracle. On aurait du réagir sur la deuxième période. On a commencé à rater des passes et tout le monde s’énerve. On doit plus se parler et se remettre ensemble dans le droit chemin", a analysé le défenseur Brésilien de l'OL face aux médias, après la rencontre.


"Nous n’avons aucun motif de satisfaction ce soir"


"Ils ont poussé en deuxième période. On a aussi été en difficulté en première période donc le match nul est logique. Il y a plein de choses à mettre en ordre. C'est dommage de perdre des points à la maison mais le match nul est logique. C'est problématique, on est un club ambitieux. Il faut remettre la machine en route", a de son côté déclaré le gardien portugais Anthony Lopes devant les caméras de Canal+, mécontent.

Des discours émanant des joueurs eux-mêmes, qui forcément, trouvaient un certain écho dans celui de leur entraîneur Bruno Génésio, qui ne trouvait pour sa part pas le moindre motif de satisfaction dans ce partage des points. "Nous n’avons aucun motif de satisfaction ce soir. Nous devons vite passer à la préparation d’Hoffenheim. Il faudra produire un autre match. Nos joueurs sont abattus ce soir. Nos joueurs ont besoin de notre soutien pour relever la tête. Tout le monde est passé à côté, cela arrive. A nous de rebondir", a prévenu le technicien via le compte twitter du club. Des mots qui reviennent avec insistance.

 


 

Aulas ne croit pas à "une Super Ligue européenne"

RMC.fr

A l'issue du match nul de l'OL contre Bordeaux (1-1) samedi lors de la 12e journée de Ligue 1, Jean-Michel Aulas s'est exprimé sur la rumeur d'un projet de création d'une ligue fermée, regroupant les plus grands clubs d'Europe. "Je n'y crois absolument pas", déclare le président lyonnais.

Parmi les dernières révélations des Football Leaks, l'idée un nouveau projet de Ligue privée aurait été relancé en octobre. D'après ces informations recueillies par Mediapart, Der Spiegel et le réseau de médias European Investigative Collaborations, les clubs les plus riches d'Europe réfléchiraient à créer une Super Ligue réunissant l'élite du football à partir de la saison 2021-2022. Un vieux serpent de mer qui refait surface et qui ne convainc pas Jean-Michel Aulas.


Il ne pense pas que cette ligue privée "puisse voir le jour"


Après le match nul de l'OL face aux Girondins de Bordeaux (1-1), samedi au Groupama Stadium, le président des Gones a exprimé ses doutes à ce sujet. "J'ai été président du G14, qui regroupait les plus grands clubs: ce sujet est revenu à plusieurs reprises et n'a jamais vu le jour. J'imagine que ceux qui ne respectent pas toujours les règles du fair-play financier de l'UEFA peuvent imaginer s'en affranchir en créant une ligue privée, en choisissant, en fonction des copinages, celui qui peut ou ne peut pas participer."

Jean-Michel Aulas n'y croit donc pas et pense que ce projet est "un élément de pression à un moment où ceux qui avaient besoin de faire courir ce bruit-là avaient besoin de mettre en difficulté l'UEFA". "Tout ceci arrive pour justifier des choses inqualifiables, estime-t-il. Nul ne sait ce qui se passera dans le futur mais il m'étonnerait fort que cette ligue privée, surtout compte tenu de ce qui vient de sortir ces deux derniers jours, puisse voir le jour."

 


 

Vincent Duluc distribue des gifles à Lyon !

Foot01.com

La prestation de l'Olympique Lyonnais samedi face à Bordeaux a laissé tout le monde pantois tant la formation de Bruno Genesio a semblé d'une faiblesse abyssale face à des Girondins qui méritaient mieux que ce point du nul. Forcément, à quelques jours d'un match probablement décisif en Ligue des champions face à Hoffenheim, cette copie a de quoi inquiéter. Et au moment d'analyser le match de l'OL, Vincent Duluc est sans pitié, pointant toutes les graves lacunes lyonnaises.

Dans L'Equipe, le journaliste qui suit attentivement les performances de l'Olympique Lyonnais ne ménage personne. « Il se passe trop peu de choses dans le jeu de l'OL, on ne sent pas une équipe, la qualité technique se délite, et si le constat qu'il a seulement perdu à Paris depuis le mois d'août va s'étirer quelques jours de plus, ce n'est même pas un aspect à sauver du match terrifiant de faiblesse qu'il a livré hier face à Bordeaux (...) La confiance s'est insensiblement évaporée, la spontanéité n'est pas revenue, et il n'y a plus de force collective, ni pour attaquer, ni pour défendre (...) Rien de ce qu'a tenté l'entraîneur lyonnais n'a fonctionné (...) De fait, Ndombele n'a pas fait grand-chose de bon, mais le dilettantisme revenu de Depay, la rentrée catastrophique de Traoré et le poids globalement insuffisant de Dembélé quand son équipe ne joue pas assez bien pour le servir, n'ont pas aidé l'OL à s'arracher à la médiocrité (...) Rafael, au moins, est venu assumer tout cela au nom des autres, et on ne pourra pas reprocher aux Lyonnais d'avoir voulu chercher du positif où il n'y en avait pas », écrit un Vincent Duluc, très inquiet pour cette version de l'Olympique Lyonnais. Il est vrai que si l'OL se permet encore ce genre de blague en C1 les choses pourraient tourner au vinaigre.

 


 

Aulas attend plus de Depay

Maxifoot.fr

Titularisé par Bruno Genesio malgré la polémique du début de semaine, Memphis Depay (24 ans, 12 matchs et 3 buts en L1 cette saison) a livré une prestation indigeste contre Bordeaux (1-1), samedi en Ligue 1. Le président de l'Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, espère que l'attaquant néerlandais relèvera la tête contre Hoffenheim, mercredi en Ligue des Champions.

"Il n’a pas été excellent comme il l’est d’habitude. Il a subi des critiques mais je sais que c’est un grand joueur. Il nous doit une revanche et il va nous l’apporter mercredi", a affirmé le dirigeant rhodanien pour OLTV.

 


 

Enfoncer le PSG, Aulas repart au combat

Foot01.com

Sans langue de bois, Jean-Michel Aulas a livré son ressenti sur les dernières révélations de Mediapart dans les Football Leaks.

Ces dernières saisons, et notamment depuis les transferts record de Neymar et de Mbappé, Jean-Michel Aulas n'a eu de cesse de critiquer les investissements colossaux réalisés par le Paris Saint-Germain sur le mercato. Autant dire que le président de l'Olympique Lyonnais n'a pas manqué l'occasion de remettre un petit coup de pression autour du club de la capitale française après les nouvelles accusations des Football Leaks. Selon Mediapart, les dirigeants franciliens ont négocié, au cours des dernières années, un accord avec l'UEFA pour rentrer dans les clous du fair-play financier. Une méthode qui ne plaît pas du tout à JMA.

« Dans toute situation, à un moment ou à un autre, la régulation vient mettre un terme aux excès. Là, on est dans des excès qui sont très importants. Surtout dans une compétition, la C1, qui permet d’obtenir des gains de plus en plus importants. Si les informations sorties sont des informations réelles, c’est pénalisant pour ceux qui n’en bénéficient pas car ils n’ont plus accès aux retombées de la Ligue des champions. Parfois, quand on en a parlé il y a quelque temps, certains ont souri, d’autres n’ont pas écouté ou fermé leur micro. Je n’ai pas d’information particulière, mais ça me paraît tellement inflationniste et tellement élevé comme information qu’on se doit, ne serait-ce que pour l’indépendance et la démocratie du football, d’y attacher un regard. Une Super League sans l'OL ? Depuis que j’ai été président du G14, qui regroupait les plus grands clubs européens, ce sujet est revenu comme un serpent de mer à plusieurs reprises. Il n’a jamais vu le jour. J’imagine que ceux qui ne respectent pas toujours les règles du fair-play financier de l’UEFA peuvent imaginer s’en affranchir en créant des ligues privées et en choisissant en fonction des copineries celui qui peut ou qui ne peut pas y participer. Pour être bien informé, je ne crois absolument pas à cette ligue fermée. Il s’agit simplement d’un élément de pression à un moment où ceux qui ont laissé courir ce bruit-là avaient besoin de mettre en difficulté l’UEFA », a lancé, dans Le Parisien, Aulas, qui estime donc que le PSG mérite une sanction, si les pratiques sont avérées réelles.

 


 

Ménès fait un bilan terrible sur Lyon

Foot01.com

Les spectateurs du Groupama Stadium, et les supporters de l'OL abonnés à Canal+, ont eu bien du courage en regardant le match Lyon-Bordeaux samedi après-midi. Et le point du nul est plutôt flatteur pour l'équipe de Bruno Genesio. Revenant sur cette bouillie de football, Pierre Ménès estime, sur son blog, que cela confirme que l'Olympique Lyonnais n'a pas réellement de fond de jeu et que tout se joue encore une fois sur un exploit individuel. Le consultant de C+ n'est pas tendre avec l'OL, mais difficile tout de même de lui donner tort sur ce coup-là.

Car son analyse est réaliste. « Ce n’est pas la première fois que je le dis, mais cette équipe lyonnaise version 2018-2019 est parfois très inquiétante, à l’image de cette première mi-temps apocalyptique à tous les niveaux. Erreurs techniques à la pelle, manque d’agressivité, niveau de jeu proche du néant… Malgré ça, Lyon avait réussi le plus dur en ouvrant la marque juste avant la pause et contre le cours du jeu, Aouar reprenant du plat du pied un centre de Fekir, qui effectuait son retour après sa blessure à la cheville. A la reprise, ce sont les Bordelais qui ont pris les choses en main en se créant les meilleures occasions. Ils ont logiquement égalisé sur une belle volée signée Cornelius. Les hommes de Génésio ont bien tenté de réagir pour tenter d’arracher la victoire dans les dix dernières minutes, mais de manière trop désordonnée pour tromper des Girondins solides derrière. Une fois de plus, l’OL n’a montré aucun fond de jeu et se repose uniquement sur ses individualités pour faire la différence. Pas rassurant du tout avant de jouer Hoffenheim en Ligue des Champions », constate Pierre Ménès, qui s'inquiète pour l'avenir européen de l'Olympique Lyonnais.

 

Voir aussi... OL 1-1 Bordeaux : L'After

 

Contribuez à la survie de 100%OL avec un don


> Vous pouvez aussi désactiver votre bloqueur de publicité pour 100ol.fr/centpourcentol.fr ;-)

 

Last modified on dimanche, 04 novembre 2018 13:07