L'actu du Mercredi 28 Novembre

Voir aussi... OL 2-2 Manchester City : L'After

Un Cornet à ce niveau-là, il faudrait être fou pour le vendre !

Foot01.com

Tout proche de quitter l’Olympique Lyonnais lors du dernier mercato estival, Maxwel Cornet est finalement resté dans la capitale des Gaules. Pour la simple et bonne raison que Jean-Michel Aulas n’est pas parvenu à boucler le transfert de Nicolas Pépé, lequel a souhaité continuer sa progression au LOSC. Agacé par son transfert avorté, l’international ivoirien s’est donc réfugié dans le travail. Et cela paye puisque le n°27 de l’OL réalise un début de saison marqué par trois buts face à Manchester City en Ligue des Champions. Ce qui ravit bien évidemment Jean-Michel Aulas, qui ne se vante pas d'avoir été proche de le vendre lors du dernier mercato...

« Je suis très heureux pour Maxwel. Il marque deux buts mais en a eu deux autres qui étaient à portée. Si les joueurs prennent de la confiance et que Bruno (Genesio) retrouve de la sérénité, je suis heureux aussi. Cornet a participé à la fête et c'est là où le football est parfois injuste. Il faut s'interroger parce qu'on peut passer par des états d'âme et des situations très négatives pour se projeter dans des situations plutôt merveilleuses. Maxwel, ce soir, est heureux comme un gamin. C'est un jeune joueur qui a beaucoup de talent et il a donné tout ce qu'il avait dans le cœur » a expliqué le président de l’OL, qui voit par ailleurs la cote de son joueur exploser avec ce genre de prestation en Ligue des Champions. Reste à savoir si ce dernier sera placé sur la liste des transferts l’été prochain.

 


 

Ce que Guardiola a dit à Genesio

Maxifoot.fr

Mardi soir, l'Olympique Lyonnais est passé proche d'un nouvel exploit contre Manchester City (2-2), en Ligue des Champions. Au coup de sifflet final, l'entraîneur mancunien Josep Guardiola est venu glisser quelques mots à l'oreille de son homologue lyonnais Bruno Genesio.

"Il a été très sympa. Il m'a félicité en me disant qu'on avait une très bonne équipe et qu'on avait réussi à beaucoup les embêter. Ça fait plaisir car c'est, pour moi, l'un des meilleurs entraîneurs du monde. D'être reconnu par ce genre de personne, c'est toujours gratifiant", a expliqué le coach de l'OL en zone mixte.

Une victoire et un nul contre les Citizens, les compliments de Guardiola... Souvent critiqué par ses supporters, Genesio peut savourer.

 


 

La stat folle de Genesio face à Guardiola

RMC.fr

Après son exploit à l'Etihad lors de la première journée (2-1), l'OL a tenu Manchester City en échec ce mardi au Parc OL (2-2), lors de la cinquième journée de la phase de poules de la Ligue des champions. Ce qui permet à Bruno Genesio et Maxwel Cornet d'afficher des statistiques folles contre Pep Guardiola et les Skyblues.

Qui aurait prédit pareille double performance de l'OL, au moment où le tirage au sort a fait hériter au club de Ligue 1 de l'ogre Manchester City? Après leur exploit à l'Etihad Stadium lors de la première journée (2-1), les Lyonnais ont pris un point contre le champion d'Angleterre ce mardi (2-2), lors de la cinquième journée de Ligue des champions.

Bruno Genesio est seulement le deuxième entraîneur à prendre au moins quatre points face à Pep Guardiola, en phase de groupes d'une même édition de la Ligue des champions. Le premier? Kurban Berdyev avec le Rubin Kazan, lors de la saison 2009-2010.


Cornet dans les pas de... Messi


Quant à Maxwel Cornet, déjà buteur à l'Etihad et auteur d'un doublé ce mardi, il est le premier joueur à inscrire au moins trois buts lors d'une même saison de Ligue des champions face à Manchester City... depuis un certain Lionel Messi en 2016-2017 (quatre buts). A graver dans le marbre.

 


 

Le mea culpa de Rafael pour son tacle

Maxifoot.fr

Expulsé pour un tacle avec les deux pieds décollés sur Yann M'Vila lors du derby face à Saint-Etienne (1-0), vendredi, le latéral droit lyonnais Rafael (28 ans, 14 matchs toutes compétitions cette saison) n'avait pas compris la décision de l'arbitre et assurait en zone mixte qu'il n'y avait pas faute (voir ici). Quatre jours plus tard, le Brésilien s'est montré plus lucide.

"Je suis désolé pour l'autre jour. J'ai revu les images. Si ça méritait le rouge ? Bon, c'était un tacle... Il y avait faute oui", a glissé avec le sourire le défenseur de l'OL après le nul contre Manchester City (2-2), mardi en Ligue des Champions.

 


 

L’UEFA n’a pas tranché sur une éventuelle délocalisation du match Donetsk-Lyon

Lemonde.fr

Face à la situation actuelle en Ukraine, les instances européennes du football n’ont pas encore décidé s’il convenait, ou non, de délocaliser le match de Ligue des champions qui doit opposer le Shakhtar Donetsk à Lyon le 12 décembre.

Cette rencontre doit théoriquement avoir lieu à Kharkiv. Or, cette ville est concernée par la loi martiale promulguée mercredi par les autorités ukrainiennes après le bref affrontement maritime avec les Russes, dimanche, près du détroit de Kertch, reliant la mer Noire à la petite mer d’Azov.

Un premier match concernant un club ukrainien a déjà été déplacé : celui qui doit opposer, jeudi en Ligue Europa, le FC Vorskla et Arsenal. La rencontre devait avoir lieu dans la ville de Poltava, au centre de l’Ukraine. Elle aura lieu dans la capitale Kiev pour « des raisons de sécurité », a annoncé l’Union des associations européennes de football (UEFA), mardi.

Dans le même temps, l’instance européenne a fait savoir, dans une déclaration écrite, qu’elle « continuera d’observer la situation concernant la sécurité en Ukraine dans les prochains jours avant de prendre toute décision concernant l’éventuelle délocalisation d’autres matches », a-t-elle.

Interrogée mercredi par l’AFP sur la rencontre Donetsk-Lyon, l’UEFA a déclaré n’avoir « à ce stade » aucun commentaire à faire, renvoyant sur sa précédente communication.

Mardi, le président de l’OL, Jean-Michel Aulas a exprimé sa préférence pour une délocalisation, déclarant ne pas avoir « très envie » d’envoyer son équipe à Kharkiv, car « il y a beaucoup d’insécurité en ce moment », a-t-il dit.

En cas de délocalisation, le match entre le Shakhtar et Lyon, qui s’annonce décisif pour les deux clubs pour leur avenir en Ligue des champions, pourrait se jouer à Kiev ou Lviv, où le Shakhtar a joué entre 2014 et 2016.

 


 

Avec sa prestation XXL face à City, Maxwel Cornet rebat les cartes

Goal.com

Auteur d'un doublé face à City mardi soir (2-2), Maxwel Cornet a signé une prestation de très haut niveau qui pourrait éclaircir sa situation à l'OL.

Le 19 septembre dernier, Maxwel Cornet fêtait sa première titularisation de la saison en Angleterre, à Manchester. Auteur d'un match plein couronné d'un but, l'attaquant de l'OL n'imaginait certainement pas que sa seconde titularisation de la saison interviendrait plus de deux mois après... à l'occasion du match retour face aux Citizens. "Le plus important c’est d’être décisif quand le coach fait appel à moi, nous avait-il expliqué dans un entretien daté du mois d'octobre. À City je pense que je l’ai été. Je n’ai pas enchaîné mais ça ce sont les aléas du football, on fait avec, on continue de bosser et puis ça viendra". Prophétique. De nouveau sur le devant de la scène mardi soir au Groupama Stadium, l'international ivoirien a inscrit un doublé. Cette fois, les choses devraient changer.


Un système de jeu dans lequel il peut pleinement s'intégrer


Le match de Maxwel Cornet n'avait pourtant pas commencé sous les meilleures auspices. Après avoir délivré une passe qui aurait dû être décisive avant que Memphis Depay ne la fasse avorter, le joueur de 22 ans s'était raté de manière presque incompréhensible devant le but laissé vide par Ederson, manquant ainsi de concrétiser la domination lyonnaise du premier acte. Quelques minutes plus tard, parfaitement servi par Depay, sa reprise de volée avait heurté la transversale des Citizens et fait résonner un murmure dans le stade : était-il écrit qu'il n'y arriverait pas ? Mais Maxwel Cornet n'est pas du genre fataliste. Alors qu'il avait montré une très belle activité, oscillant entre appels en profondeur à répétition dans l'axe et une couverture défensive rigoureuse sur le côté droit, l'attaquant lyonnais est allé chercher sa récompense au retour des vestiaires.

De nouveau trouvé par Depay au second poteau, il a d'abord ouvert le score d'une frappe enroulée sublime avant de donner l'avantage une seconde fois en remportant son face à face avec le portier mancunien. "Je suis très content parce que j'étais sur le terrain. Mais ce soir ce n'est pas moi, c'est la performance collective qu'il faut retenir", expliquait-il sobrement après la rencontre. Et si ses coéquipiers ou son entraîneur sont plus largement revenu sur son exploit du soir, Maxwel Cornet a pris le parti de se ranger une nouvelle fois derrière l'équipe. "Il a complètement justifié la confiance qu'on lui a accordé, appuyait Bruno Genesio en zone mixte. Ça montre que quand on a le bon état d'esprit et qu'on lâche pas on est toujours récompensé, je suis content pour lui et pour l'équipe parce qu'on a montré un très beau visage ce soir".

Dans le 3-4-1-2 utilisé depuis quatre rencontres, Maxwel Cornet semble désormais avoir une vraie carte à jouer. Dans un rôle quelque peu hybride d'attaquant de pointe libre de dézonner à qui l'on demande aussi de défendre, l'ancien messin peut empiler ses qualités. "Il a un énorme potentiel, c'est un mec qui travaille pour l'équipe, je suis très content pour lui", résumait Rafael. Suffisant pour intégrer plus durablement le onze de départ rhodanien ? Samedi, sur la pelouse du Losc, un concurrent direct pour la seconde place de Ligue 1, Maxwel Cornet aura un élément de réponse.

 

Voir aussi... OL 2-2 Manchester City : L'After

 

Contribuez à la survie de 100%OL avec un don


> Vous pouvez aussi désactiver votre bloqueur de publicité pour 100ol.fr/centpourcentol.fr ;-)