Dimanche, 26 Février 2017

Partager cet article

Infos du Mercredi 8 Février
Écrit par Viv    Mercredi, 08 Février 2017 17:40   

Tolisso: "J’ai complètement pété un câble"

RMC.fr

EXCLU RMC SPORT. Trois jours après la défaite de l’OL à Saint-Etienne (2-0), Corentin Tolisso est revenu au micro de RMC Sport sur son violent tacle, qui a poussé Fabien Lemoine à quitter le terrain. Le milieu de terrain de l’OL se dit choqué par son attitude et assure qu’on ne l’y reprendra jamais.

Corentin, trois jours après le match, comment analysez-vous ce geste ?

C’est inexcusable. Il reste 30 secondes de jeu, on a fait un très mauvais match. Il y a encore des échéances à venir. Je ne vais pas jouer pendant quelques matchs. Je me pénalise, je pénalise mon équipe. C’est un manque de maturité. J’aurais dû plus réfléchir.

Que s’est-il passé ?

J’ai complètement craqué à la fin du match. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. J’ai fait un très mauvais geste. Je suis désolé. Je n’ai pas pris conscience des conséquences que ça pouvait avoir pour moi et mon équipe. C’est un mauvais exemple que je donne aux plus jeunes. Je suis déçu de ce geste, qui est à bannir des terrains de foot.

Avez-vous revu les images ?


Je les ai revues. Je ne me reconnaissais pas dans ces images. C’est un geste grave. J’ai très vite compris que c’était quelque chose à ne plus refaire. J’irai ce jeudi à la commission de discipline, je dirai que je ne suis pas un joueur méchant. C’était mon premier carton rouge en plus de 100 matchs de Ligue 1. C’était vraiment le contexte du match et tous les événements qui ont fait que j’ai complètement pété un câble.

Qu’avez-vous envie de dire à Fabien Lemoine ?

Je voudrais lui dire que je regrette ce que j’ai fait. Je comprends qu’il ait pu avoir peur. Je suis arrivé vite. C’est un geste que je ne referai plus dans ma carrière. J’ai compris beaucoup de choses. Comme l’a dit Christophe Jallet, on est tous humains. Ça n’excuse pas ce que j’ai fait. Mais c’était une réaction humaine. On fait tous des erreurs. J’ai fait une grosse erreur. Je vais l’assumer. Ça va me permettre d’apprendre et de grandir.

Comment vos proches ont réagi ?

Ma famille n’a pas compris mon geste. Ils savent que je ne suis pas ce genre de personnes. Je suis plutôt calme. Mes parents, mes amis, mes agents n’ont pas compris.

Les compos probables de Lyon – Nancy

Football365.fr

Les équipes probables

Lyon : Lopes – Jallet, Mammana, Yanga-Mbiwa, Morel – Tousart, Gonalons (c) – Cornet, Fekir, Valbuena – Lacazette

Nancy : Tchernik – Cuffaut, Diagne, Badila, Cétout (c) – Guidileye, Diarra, Marchetti – Robic, Dalé, Maouassa


Les groupes

Lyon : A.Lopes, Gorgelin, Gaspar, Jallet, Mammana, Morel, Rybus, Yanga-Mbiwa – Aouar, Darder, Ferri, Gonalons, Tousart, Cornet – Fekir, Memphis, Valbuena, Lacazette

Nancy : Chernik, Ndy Assembe – Cuffaut, Cétout, Diagne, Badila, Maouassa – A.Diarra, Aït Bennasser, Guidileye, N’Guessan, K.Coulibaly, Marchetti, Robic – Dalé, Dia, Mandanne, Hadji

Govou pense que Lyon a « flingué » son image contre l'ASSE

Foot01.com

Revenant sur le le derby perdu dimanche soir à Saint-Etienne, Sidney Govou n'est pas tendre avec certains des joueurs actuels de l'Olympique Lyonnais. Car pour l'ancien attaquant de l'OL ce qui s'est passé en fin de rencontre et après le match dans le Chaudron est totalement inadmissible et met à mal tout le travail effectué depuis des années au sein du club de la capitale des Gaules.

Dans 20 Minutes, Sidney Govou a vidé son sac. « Dans la vie, il faut savoir accepter la défaite et ne pas chercher des excuses de partout. Le haut niveau impose d’être maître de ses nerfs. J’ai connu de nombreux provocateurs sur les terrains, et même Rémy Vercoutre qui faisait dégoupiller les latéraux adversaires depuis le banc de touche. Un joueur ne peut pas faire sortir une équipe entière de son match. Au pire, tu peux péter un plomb mais ne pas le reconnaître ensuite est plus que ridicule. Les dégradations ? Même si je ne cautionne pas, j’ai régulièrement pu voir ça durant ma carrière. A la base, l’OL n’était pas forcément un club aimé en raison de son président très médiatique et de sa ville bourgeoise. On a mis beaucoup de temps à construire une image de beau club et un match comme celui-là la flingue d’un coup », fulmine Sidney Govou, qui ne comprend pas vraiment comme tout cela a pu dégénérer.

Yanga-Mbiwa est un peu perdu après le crash du derby

Foot01.com

Ce mercredi soir, les joueurs de l'Olympique Lyonnais vont devoir sérieusement rectifier le tir après la déroute de dimanche à Saint-Etienne et tout cela devant des supporters qui seront probablement remontés. Autrement dit, l'ambiance risque d'être un poil tendu à l'occasion de la réception de Nancy. Revenant sur la rencontre perdue à Geoffroy-Guichard, Mapou Yanga-Mbiwa admet qu'il a encore bien du mal à comprendre comme les joueurs de l'OL ont pu ainsi dérailler face à l'ASSE. Et le défenseur lyonnais de sembler assez décontenancé par tout cela.

« La semaine passée, on a tellement trop bien préparé ce match (sic) qu’on était sur les nerfs. Et les circonstances ont fait que certains ont perdu les pédales, mais dans ces matches-là il faut garder son sang-froid (…) Personnellement, je n’arrive toujours pas à comprendre ce match, mes collègues aussi. Les matches abordables on doit les jouer à 2.000% et on ne le fait pas. Les gros matches, on a peut-être peur du ridicule et on hausse le niveau (…) La défaite à Saint-Etienne est grave car d’abord c’est un derby, et ensuite une victoire nous permettait d’avoir trois points de plus et de rester au contact des autres et éloigner nos concurrents. Mais si elle est grave, cette défaite ne nous démoralise pas, car les équipes devant nous ne sont pas totalement détachées (Ndlr : entretien accordé avec la victoire du PSG et de Monaco mardi). En plus on va recevoir Nice et Monaco au Parc OL, et là il faudra être à 100%. Là il ne faudra pas faire des calculs, mais faudra gagner », a prévenu, lors de Tant qu’il y aura des Gones, Mapou Yanga-Mbiwa.

Tolisso et Ghezzal rattrapés par la patrouille

Footmercato.net

Expulsés lors du derby de dimanche soir face à Saint-Étienne pour des fautes sur Fabien Lemoine, les joueurs lyonnais Rachid Ghezzal et Corentin Tolisso, vont être convoqués demain devant la commission de discipline de la Ligue.

Le premier risque un match de suspension pour avoir reçu deux cartons jaunes successifs, mais son attitude à la sortie du terrain pourrait peut-être alourdir la sanction. Corentin Tolisso, lui, risque bien plus gros. Son tacle envers Lemoine pourrait être assimilé à une « faute grossière à l’encontre du joueur » et lui valoir une suspension de trois matches selon L’Équipe.

Nice a tenté Memphis Depay cet hiver (et mis l’OL sur la piste)

RMC.fr

Dans une interview accordée à L’Equipe, Jean-Pierre Rivère, le président de l’OGC Nice, révèle que son club a tenté de recruter Memphis Depay lors du mercato d’hiver. Un intérêt qui a donné des idées à l’Olympique Lyonnais.

Memphis Depay réalise des débuts très difficiles en Ligue 1. Arrivé en provenance de Manchester United lors du mercato d’hiver, l’attaquant néerlandais livre pour l’instant des matchs brouillons et décevants avec l’Olympique Lyonnais. Une situation que doit suivre de près Jean-Pierre Rivère. Dans une interview accordée à L’Equipe, le président de l’OGC Nice confie avoir tenté de recruter l’international néerlandais en janvier.

Rivère : « Aulas m’a dit : "C’est grâce à vous" »


« On était sur Memphis Depay… et Lyon fait Depay, explique le patron du Gym avec le sourire. Bon, c’est fait, n’en parlons plus. Il y a quelques jours, j’ai d’ailleurs félicité Jean-Michel Aulas. Il m’a répondu : « C’est grâce à vous qu’on l’a fait, sinon on n’y serait pas allé ! » En fait, on leur a donné l’envie d’y aller… » Pas vraiment de quoi le regretter pour l’instant.

Lacazette sur le départ, Aulas est totalement d’accord

Foot01.com

Arrivé à Lyon en 2003, Alexandre Lacazette dispute probablement ses derniers mois en tant que joueur de l’Olympique Lyonnais. L’attaquant de 25 ans a souvent été annoncé sur le départ, mais cette fois-ci, depuis ses confidences de dimanche dernier sur Canal+, son transfert cet été ne fait guère de doute. Même Jean-Michel Aulas ne cherche pas à s’y opposer, lui qui avait déjà fermé la porte à un tel transfert par le passé. Cette fois-ci, à l’image de ce qui a été fait avec d’autres départs majeurs il y a quelques années de cela, il écoutera les offres et n’ira pas contre la volonté de son buteur, comme il l’a confié sur OL TV.

« Si un jour il y a une opportunité, évidemment comme nous l'avons fait avec Sam Umtiti ou Eric Abidal à Barcelone ou encore Karim Benzema à Madrid ou plus loin dans le temps avec Ludo Giuly à Monaco, qui sont partis, pourquoi pas ? Qu'Alex ait envie de jouer dans un très grand club et que l'OL ne s'y oppose pas, nous sommes parfaitement en ligne », a expliqué Jean-Michel Aulas, qui pose là les bases d’un transfert bien parti pour être le plus gros de l’histoire du club. Reste maintenant à trouver la destination et l’offre qui pourront faire l’unanimité entre les différentes parties concernées.

Tolisso, un geste qui divise le vestiaire lyonnais

Foot01.com

À froid, Bruno Genesio et Christophe Jallet ont analysé d'une manière différente le carton rouge de Corentin Tolisso lors du derby contre l'AS Saint-Etienne (2-0).

Dimanche, l'Olympique Lyonnais a affiché une triste image chez son ennemi stéphanois avec les deux pétages de plombs de Ghezzal et de Tolisso. L'expulsion du milieu de terrain pour un tacle assassin sur Lemoine a logiquement fait couler beaucoup d'encre après le derby. Ce très vilain geste va coûter cher à Tolisso, avec déjà une sanction financière de l'OL et une suspension de la part de la LFP, et ce n'est pas Bruno Genesio qui se montrera clément avec son joueur.

« Ce n’est pas excusable de faire ça. Je pense qu’il faut savoir se maîtriser, savoir garder son sang-froid, même si on est frustré, même si on peut être énervé, même si plein d’émotions peuvent passer. Il faut qu’on progresse dans ce domaine-là si on veut progresser dans la maturité, dans la gestion de nos émotions », a lancé, en conférence de presse, le coach rhodanien, qui ne trouve donc aucune excuse pour Tolisso. Au contraire de Christophe Jallet...

« On a toujours banni ce genre de gestes et je ne suis pas là pour le féliciter, au contraire. Mais, voilà, ce sont des choses qui peuvent arriver. On est des hommes, on ressent des émotions et, quelquefois, ça déborde un peu. On n’aime pas voir ce genre de gestes, mais ce sont des réactions épidermiques, humaines qui arrivent parfois et, malheureusement, c’est tombé sur Coco cette fois-ci et j’espère qu’il retiendra la leçon et que ça ne se reproduira plus », a lancé le latéral droit lyonnais, qui ne préfère donc pas accabler son coéquipier.



Mis à jour ( Mercredi, 08 Février 2017 17:51 )
 

Partager cet article